Ennui au travail, une histoire de famille ?

Ennui au travail, une histoire de famille ?

Mary Mann

Fidélité familiale, quand tu nous tiens !

S’ennuyer au travail. N’est-ce pas un comble ? Comment peut-on accepter de s’ennuyer dans une activité qui nous occupe une bonne partie de notre vie ? Pourtant en 2019, six Français sur dix déclaraient s’ennuyer au travail. Et parmi eux, un tiers ne trouvaient vraiment aucun intérêt à leur travail. Erreur de casting ? Erreur d’orientation ? Bullshit job ? Quand certains se sont trompé de voie, d’autres se laissent simplement porter par la vie et finissent par échouer au hasard quelque part… par opportunisme. Mais d’autres se plient carrément à la pression familiale…

Laissez-moi vous compter l’histoire du mystérieux Modigliani barbu

 

L’aut’jour, j’ai regardé TébéSud

– Tébé Quoi ?! Vous voulez dire Teubé ?

Mais non ! 😄 La chaîne bretonne locale ! Sur le canal 33 !

Elle s’appelle TébéSud.

Je suis sûre que ça vous arrive aussi dans des moments d’égarement télévisuels… De finir sur des chaines improbables et locales 😳

Où on tombe sur des reportages du terroir, avec des présentateurs au charisme d’un hareng mort.

Et des sujets de reportages qui stimulent notre curiosité autant que notre appétit le serait par du poisson froid cuit de la veille et qui attend dans le frigo !

 

Hier, c’était un de ces moments-là… Juste après la 27, infos en continue… Oups, trop loin ! Mon doigt a ripé

Et je suis tombée sur un reportage sur la DNCS de Lorient, là où on fabrique des navires…

  D’habitude je re-zappe direct mais là, inexplicablement, quelque chose a piqué soudain ma curiosité.

 J’étais aimantée !

  C’était dans l’atelier de l’usine. Machines énormes en arrière plan. Chalumeaux et tout. Un ouvrier mécanicien était interviewé.

  Il respirait la joie de vivre.

 

Il ressemblait à un Modigliani barbu. Genre « sans vie »… Son visage morne me captivait.

 

Muf ?

 

Et malgré moi, je me suis mise à écouter en bruit de fond ce qui se disait…

Le journaliste : « Ton père travaillait ici ?

Ouvrier Modigliani : Oui, il travaillait ici

Le journaliste : Et est-ce que tu savais concrètement ce qu’il faisait à l’usine ?

Ouvrier Modigliani : Ah oui, oui – petits hochements de tête sans conviction – Il me racontait ce qu’il faisait.. Baaaaah, ça m’a plu… (je ne mets même pas de point d’exclamation tant c’était enthousiaste !) Suite à ça, j’ai voulu suivre un peu la même branche dans la mécanique navale, quoi. (regard morne)

 

Un ange passe et soudain, c’est plus fort que lui, il rajoute : Faut pas décevoir la famille.

Le journaliste : Ah ? La famille ?… – il cherche des précisions

Ouvrier Modigliani : Parce qu’il n’y a pas eu que mon père ici. Il y a eu mon frère et y’a actuellement mon cousin. C’est une histoire familiale.

Le journaliste : Donc il faut être à la hauteur alors ?

Ouvrier Modigliani : Alors… P’têt pas que j’irais jusque-là. Mais euh, c’est une suite logique quoi. Montrer qui on est…

(Moi : oO)

Le journaliste : Euh d’accord… – il a l’air dubitatif quand même, il cherche à poursuivre – Donc vous êtes une lignée d’ouvriers quoi ?

Ouvrier Modigliani : Oui, oui on peut dire ça. C’est toujours bien de suivre un peu ce qu’ont fait nos parents, quoi. Et de continuer… Même lui mon père, je pense qu’il est fier de moi…

Le journaliste : Ah oui ?

Ouvrier Modigliani : Oui, oui… Il ne le dit pas mais je pense qu’il est fier.

Le journaliste : Il te demande de raconter ce qu’il se passe justement ?

Ouvrier Modigliani : … Ah ? Comment ça se passe ? (il comprend la question à retardement) Oui – petits hochements de tête – Oui, oui. Il me demande comment qu’c’est, avec ses anciens collègues de boulot. Un p’tit résumé toutes les semaines, quoi… (non non, toujours pas de point d’exclamation !)

Le journaliste : Ah oui, quand mêêême… dit-il en ralentissant la voix

Ouvrier Modigliani : Et puis moi aussi, je suis fier de lui raconter, comment ça va l’chantier…

Un ange passe. Suspension du temps fugace.

Et LA… La question qui tue !!!

Le journaliste qui est sûr d’avoir ENFIN percé le secret de ce Modigliani barbu, se lance tout sourire et la voix vibrante : T’es heureux tous les matins quand tu vas bosser ?

Le couperet tombe

Ouvrier Modigliani : « Heureux ? Nan… Je viens travailler en fait. Voilà. Je viens juste toucher mon salaire« 

Fin de l’interview du Modigliani barbu.

 

Et bam ! 😳 La mâchoire m’en est tombée.

 Je crois que si vous aviez vu mon visage, vous auriez ri !

 Les yeux écarquillés et la moue de De Niro : Gloups !

 Nan, mais sérieux ?

 La phrase qui glace le sang : « Faut pas décevoir la famille »

 

Et vous ? Vous avez choisi votre métier comment ?

Pour pas décevoir la famille ? Pour faire plaisir aux parents ? Pour échapper au chômage ? Ou pour contribuer au monde en utilisant vos talents ?

Remettre la Vie au centre

Remettre la Vie au centre

Alors que notre société traverse la plus grande crise qu’elle n’ait jamais connue, quelle attitude adopter ? Alors que l’Homme a tant détruit, ne serait-il pas temps de remettre la Vie au centre ? Comment y parvenir ? Voici 3 principes à suivre.

lire plus
Ennui au travail, une histoire de famille ?

Ennui au travail, une histoire de famille ?

S’ennuyer au travail. Un comble quand on sait que cette activité nous occupe une bonne partie de notre vie, non ? Quand certains se trompent de voie ou se laissent porter et font preuve d’opportunisme, d’autres se plient à la pression familiale…

lire plus

Mary Mann : Catalyseur de transformation

 

Thérapie  Et Quête de sens

Pour vivre et concevoir le travail, autrement !

Et être bien dans sa tête et dans son travail

Je vis en Bretagne mais je travaille partout (grâce à internet) !

Lieu-dit Le Léty  -  FR-56250 TREDION

Tel : +33.(0)6 02 31 82 85

mm[@]marymann.fr 

  • Thérapie brève (psychopraticienne) : Libération des émotions, régression et libération vies antérieures, libération mémoires transgénérationnelles (épigénétique), développement personnel
  • Bilan Orientation & Sens de Vie® : Bilan de compétences avec dimension spirituelle, pour reconversion professionnelle en quête de sens et alignée spirituellement (Bilan de compétences à distance)
  • Atelier relation à l'argent (libération de votre histoire et de vos croyances limitantes pour aller vers la fluidité financière et un entrepreneuriat prospère)
  • Mudra-thérapie : 1ère professeur et mudra-thérapeute en France, certifiée Sabrina Mesko, d'après l'enseignement de Yogi Bhajan - Art énergétique millénaire de bien-être et de développement personnel
  • Soin chamanique - chamanisme
TRÉDION - TREFFLEAN - ELVEN - VANNES - MORBIHAN - BRETAGNE - FRANCE
  PAR SKYPE & ZOOM

Reconversion professionnelle sans thérapie : les 3 risques

Reconversion professionnelle sans thérapie : les 3 risques

Mary Mann

Vous ne voudriez pas vous louper, hein ?

Quand on souffre au travail, qu’on y est malheureux, la première solution semble la fuite. Et on pense souvent à une reconversion. Mais est-ce une fausse bonne idée ? Est-on vraiment au clair avec nos motivations et la situation ? Va-t-on pouvoir  concrétiser ce projet ? Envisager une reconversion sans travailler sur soi au préalable, comporte des risques. Découvrez quels sont les trois risques de foncer tête baissée sans travailler sur soi d’abord.

Transcription

« Bonjour, c’est Mary Mann.

Aujourd’hui, je vais vous parler des trois risques d’effectuer une reconversion professionnelle sans travailler sur soi au préalable, sans travail thérapeutique.

Une petite présentation d’abord, je suis Mary Mann, j’accompagne les salariés et les entrepreneurs qui veulent être bien dans leur tête et dans leur job.

Je les aide à sortir d’une impasse, dépasser leurs croyances limitantes et leurs émotions négatives, et à trouver leur place au service du monde. Afin qu’ils retrouvent plaisir, sens et performance dans leur activité professionnelle.

Bien, alors…

Quels sont les trois risques d’une reconversion professionnelle sans travail sur soi ? 

 

Le premier risque : se tromper de solution

 

Le premier est assez évident. C’est-à-dire que vous allez d’abord peut-être vous tromper de solution.

Forcément quand on n’est pas bien dans un travail, dans un métier… A un moment donné, si on vit une situation qui nous gonfle, qui se répète et qui est très pesante, quelle qu’en soit la raison…

On va avoir naturellement envie de s’extirper de ce contexte conflictuel, lourd, négatif… Qui nous pompe de l’énergie.

C’est naturel, c’est humain. Personne n’aime souffrir.

Et on va avoir naturellement, une envie de rejet, de fuite ! Pour se préserver.

Pas de jugement de ma part. C’est tout à fait louable, naturel. C’est ce qu’on a envie de faire en premier.

Le problème…

C’est ce que je vois souvent chez mes clients, des personnes qui finalement ont l’impression d’être au pied du mur.

Dans le sens qu’elles se disent : « Ça ne va pas du tout ! Faut que je change de travail ! »

Et finalement… Au bout de quelques séances de thérapie avec moi. Elles se rendent compte – dans environ 60-80% des personnes, donc c’est quand même assez conséquent – que finalement, eh bien, elles ne veulent pas tant changer de métier que ça. Pour X et X raisons.

Puisque se reconvertir demande beaucoup de volonté, de temps, d’argent, d’énergie.

Si vous avez des enfants en bas âge, si vous avez des prêts à rembourser, des choses comme ça…

Les personnes ont souvent des freins, des blocages, qu’elles ne sont pas forcément prêtes à dépasser. Puisque c’est beaucoup dans la tête.

En tous cas, chacun en est là où il en est. Et souvent, changer de métier n’est pas forcément la première motivation des personnes !

Ce qu’elles veulent c’est simplement être bien dans leur travail ! Pouvoir s’épanouir professionnellement.

Mais le raccourci, c’est souvent : « Bon ben je me casse, je n’en peux plus ! ».

Donc ce n’est pas forcément la bonne solution.

Et pour trouver la bonne solution pour soi, je vous conseille fortement de travailler sur vous en première intention.

Parce que toute votre personnalité, elle est structurée par rapport à votre HISTOIRE, par rapport à votre VÉCU.

Et vous avez pris, comme un linge qu’on repasse, des mauvais plis.

Vous avez pris certaines attitudes par rapport à telle situation, telle réaction. Vous avez un terrain émotionnel qui est ce qu’il est.

Vous pouvez avoir tendance à être triste facilement, atteint si on vous critique. Vous pouvez avoir des tas de dysfonctionnements, des réactions émotionnelles qui vont vous entraver, vous impacter dans votre relationnel avec les autres.

Ça c’est une première chose. Et vous avez tout un tas de croyances qui font que vous êtes formaté d’une certaine manière.

Et qui vont vous empêcher de voir les choses différemment.

Votre réalité est complètement déformée bien souvent. Il y a une distorsion entre ce qui est vraiment et ce qu’on interprète de la réalité.

C’est pourquoi, vous risquez fortement de vous tromper de solution, si vous ne faites pas un travail sur vous pour analyser concrètement :

  • ce qui ne va pas,
  • vous fait du mal dans votre travail,
  • et s’il y a un écho avec votre histoire personnelle,
  • s’il y a quelque chose qui se répète

(je vais prendre un exemple dans quelques instants pour bien vous éclairer dans mon propos)

Donc si vous ne faites pas ce travail en introspection d’abord, de vous dire : « Bon là ça ne va pas du tout, mais est-ce qu’il n’y a pas quelque chose finalement chez moi qui me fait voir les choses de cette manière, ou qui provoque la situation, au final qui dégénère… Si je n’ai pas une façon de me comporter qui peut attirer les mauvaises personnes… »

On retrouve ça dans le harcèlement. Quand les harceleurs s’attaquent à des proies qu’ils détectent, qui sont réceptives. Si vous avez tout de suite une attitude où on voit qu’il n’y a pas de faille ou pas de prise – en tous cas pour ce type de profil – eh bien ils ne viennent même pas vous embêter. Ca ne marche même pas.

Et, voilà, tout ça ce sont des choses très subtiles. Et c’est vraiment dans votre façon d’Etre, qu’il y a peut-être des choses à revoir, où vous allez finalement vous dire : « Finalement, ça va beaucoup mieux dans ma tête, et mon travail je n’en changerai pas, ça va très bien. J’ai pris de la distance, du recul. Et puis tel problème ne m’atteint plus ! »

Vous voyez ? C’est très simple.

Et c’est vraiment beaucoup moins coûteux en finance, en énergie, en temps, que de changer radicalement de métier et se reconvertir.

Et finalement, de fuir un problème.

Comme exemple, de cette première erreur (se tromper de solution).

Je pense à une cliente clairement en burn-out, qui n’avait pas trouvé de solution chez un psychiatre pendant un an (il avait surtout une solution médicamenteuse pour « tenir le coup »).

Et elle parlait, parlait, mais elle voyait bien que ça ne suffisait pas, elle n’arrivait pas à sortir de ses schémas qui faisaient qu’elle était en burn-out.

Et quels étaient ces schémas ? Eh bien :

  • d’être perfectionniste,
  • de toujours faire mieux,
  • d’avoir absolument la reconnaissance de l’autre,
  • d’être irréprochable donc d’en faire des tonnes et des tonnes… Même au delà de ce qu’on pouvait lui demander.
  • Et de laisser un abus se faire. C’est-à-dire, qu’elle ne savait pas dire NON.

Ce schéma là, il était hérité de son enfance.

Elle avait connu un système familial extrêmement toxique qui avait formaté ce comportement-là.

Il y a avait beaucoup de violence psychologique et même physique. C’était extrêmement marqué chez elle.

Et donc elle revivait quelque chose vraiment à l’intérieur, constamment, ce même système, cet engrenage infernal, à chaque fois de se pousser à l’épuisement pour satisfaire toutes les demandes et qu’il n’y ait jamais de reproches…

Voilà pour cet exemple…

Mais pour finir sur cette personne, elle a travaillé avec moi. Et elle a eu rapidement des améliorations sur :

  • sa capacité à dire NON,
  • à se positionner,
  • donc à ne plus se faire abuser,
  • ni se surcharger de travail.

Cette amélioration était déjà très notable et bien pour elle. Car elle a pu prendre de la distance et s’affirmer, ne plus tout accepter à n’importe quel prix.

Et puis, à un moment donné, quand elle a vu que c’était inextricable et qu’il n’y aurait pas d’améliorations au niveau hiérarchique.

Elle a pu se casser ! Elle a PU le faire, dire STOP ! Elle n’avait jamais réussi avant.

Elle a pu s’autoriser à être en arrêt maladie. Elle n’arrivait jamais à le faire non plus éthiquement, elle ne se sentait pas le droit d’être en arrêt de travail, alors qu’elle était vraiment épuisée.

Donc elle a réussi à l’accepter, à « s’autoriser à ».

Et dernier point, cerise sur le gâteau, elle a carrément pu démissionner, et elle a trouvé mieux !

Dans son nouveau travail, elle a pu affirmer ses demandes à l’embauche. Dire : « Moi, c’est ok mais à tel salaire et avec tel avantage ».

Donc, vous voyez on passe d’un schéma de victimisation, de vulnérabilité, d’une personne dans l’effacement qui se laisse abuser…

A une personne – quelques séances plus tard –  qui devient pro active, affirmée, qui a plus d’estime d’elle-même, qui se fait respecter d’avantage, et qui fait des choix différents.

Parce qu’elle s’en donne le droit. Avant, c’était impossible dans sa conception des choses.

Aujourd’hui elle est toujours dans le même métier mais dans une autre entreprise, alors qu’elle envisageait de se reconvertir quand elle est arrivée dans mon cabinet !

 

Le deuxième risque : se tromper de projet

 

Le deuxième risque est de vous tromper de projet professionnel.

Je m’explique.

Quand vous avez une envie de reconversion, de vous casser de votre job.

Si vous êtes dans les mêmes limites de comportement, que vous n’allez pas briser vos croyances limitantes, votre façon de penser, de tout ce qui est possible pour vous, votre aptitude à dépasser vos limites…

Vous allez vous cantonner à quelque chose que vous connaissez finalement.

Vous resterez dans une version bridée de vous-même, qui ne sera probablement pas aussi ambitieuse que ce que vous auriez aimé faire, ou pu concevoir si vous aviez fait sauter vos œillères et vos barrières intérieures.

Donc, si vous ne faites pas un travail thérapeutique au préalable pour déconstruire tout ce qui vous bride depuis toujours (qui vous a peut-être amené à choisir votre métier actuel par défaut et donc à ne pas oser aller vers une autre carrière, à ne pas oser réaliser certains rêves, vous mettre en avant etc.),…

Si vous avez plein de casseroles personnelles, si vous ne les lâchez pas, que vous ne changez pas de costume et que vous restez dans les mêmes sabots :

 

Vous n’aurez pas la possibilité de RÊVER PLUS GRAND

Le troisième risque : procrastiner éternellement

 

Le troisième risque est celui qui pose beaucoup de soucis à pleins de personnes qui ont envie de changer de vie, de travail…

C’est la procrastination !

La procrastination est un mot un peu compliqué pour dire « la non-action », le fait de différer sans arrêt, de ne pas passer à l’étape d’après, de ne pas avancer, de ne pas CONCRETISER son projet dans la matière.

Si vous ne faites pas un travail thérapeutique sur vous, vous risquez fort (comme je l’ai connu moi-même, jusqu’à ce que je fasse un travail sur mes peurs et sur mes fonctionnements pour regarder la réalité en face, et les dépasser).

Eh bien, je serais restée au stade du rêve. Et de l’inaction.

C’est-à-dire, que je me serais cantonnée à me lamenter dans ma vie professionnelle, je me serais toujours plainte, et je n’aurais jamais rien changé à ma vie !

La procrastination, j’ai envie de vous dire : c’est votre ENNEMI n°1 !

Et derrière tous ces 3 points que j’ai énoncé finalement, votre ennemi n°1 c’est votre MENTAL.

Je vais développer ce point dans une autre vidéo pour vous expliquer finalement, ce qui fait que vous ne passez jamais à l’action !

Et qu’est-ce qui se cache derrière vos peurs ? Je vais développer car la peur n’est qu’une émotion, c’est la résultante de quelque chose…

Je ne vais pas vous en dire plus pour l’instant.

Voilà ces trois points. Je résume les 3 risques de faire une reconversion sans travail sur soi au préalable :

  1. vous tromper de solution
  2. vous tromper de projet (s’il s’avère que vous avez vraiment besoin de changer de métier et de vous reconvertir)
  3. rester dans la procrastination

Je vous laisse méditer tout ceci et je vous dis à très bientôt ! »

Ainsi, quand on pense à une reconversion, le meilleur conseil pour y voir clair et vous permettre de sortir du rêve, est de vous faire accompagner. Comprendre vos vraies motivations, prendre conscience de vos blocages et les lever, quel est le changement réellement souhaité… Tout cela vous aidera à avancer. Voir la situation objectivement et cesser de croire tout ce que votre mental vous raconte, vous permettra d’agir avec pertinence pour plus d’épanouissement professionnel.

 

Remettre la Vie au centre

Remettre la Vie au centre

Alors que notre société traverse la plus grande crise qu’elle n’ait jamais connue, quelle attitude adopter ? Alors que l’Homme a tant détruit, ne serait-il pas temps de remettre la Vie au centre ? Comment y parvenir ? Voici 3 principes à suivre.

lire plus
Comment gérer ses émotions négatives ?

Comment gérer ses émotions négatives ?

Les émotions négatives dérangent beaucoup. Pourtant n’ont-elles pas une utilité ? Et la voie de la paix intérieure et de l’éveil ne serait-elle pas de les écouter, de les libérer puis de les rééquilibrer ? Suivez le guide…

lire plus
Comment guérir sa relation à l’argent impacte aussi l’amour

Comment guérir sa relation à l’argent impacte aussi l’amour

Le lien entre argent et amour est difficile à faire. Oui, les scandales financiers et le capitalisme ne donnent ni une image positive de l’argent, ni n’évoquent l’amour. Pourtant, en libérant leur relation à l’argent, les participants de mon atelier transforment aussi leur relation à l’amour…

lire plus

Mary Mann : Catalyseur de transformation

 

Thérapie  Et Quête de sens

Pour vivre et concevoir le travail, autrement !

Et être bien dans sa tête et dans son travail

Je vis en Bretagne mais je travaille partout (grâce à internet) !

Lieu-dit Le Léty  -  FR-56250 TREDION

Tel : +33.(0)6 02 31 82 85

mm[@]marymann.fr 

  • Thérapie brève (psychopraticienne) : Libération des émotions, régression et libération vies antérieures, libération mémoires transgénérationnelles (épigénétique), développement personnel
  • Bilan Orientation & Sens de Vie® : Bilan de compétences avec dimension spirituelle, pour reconversion professionnelle en quête de sens et alignée spirituellement (Bilan de compétences à distance)
  • Atelier relation à l'argent (libération de votre histoire et de vos croyances limitantes pour aller vers la fluidité financière et un entrepreneuriat prospère)
  • Mudra-thérapie : 1ère professeur et mudra-thérapeute en France, certifiée Sabrina Mesko, d'après l'enseignement de Yogi Bhajan - Art énergétique millénaire de bien-être et de développement personnel
  • Soin chamanique - chamanisme
TRÉDION - TREFFLEAN - ELVEN - VANNES - MORBIHAN - BRETAGNE - FRANCE
  PAR SKYPE & ZOOM

Peur de changer de travail : ce qu’elle cache vraiment et qui vous empêche de partir

Peur de changer de travail : ce qu’elle cache vraiment et qui vous empêche de partir

Mary Mann

Vous en avez marre de votre travail. Vous ruminez depuis des lustres. Vous aimeriez trouver le courage de partir et d’amener un changement. Mais rien n’y fait, vous n’arrivez pas à trancher, ni même à faire un bilan. Tout freine en vous et les années passent… Vous êtes bloqué. Vous n’êtes pas seul à vivre cette situation pénible. Or, la peur n’est qu’une conséquence émotionnelle qui découle d’autre chose. Découvrez ce qui ce cache derrière votre peur, la VRAIE raison qui vous empêche de partir et comment sortir de cette impasse, en vidéo !

Transcription

« Salut, salut ! C’est Mary Mann.

Aujourd’hui, je vais vous parler de la vraie raison qui fait que vous n’arrivez pas à quitter votre travail.

Même si votre job, vous en avez ras la casquette, que vous ne pouvez plus le voir en peinture, que vous vous ennuyez, que vous avez juste envie de partir en courant…

Et pourtant, vous y restez !

Et comme ça en fait, vous pouvez être dans ce marasme intérieur et ce questionnement éternel « je pars, je pars pas » pendant des années.

Et ça peut même durer toute une vie !

Donc la vraie raison qui fait que vous ne passez pas à l’action : qu’est-ce que c’est ?

Vous allez tout de suite me dire : c’est l’argent !

Eh bien, laissez-moi vous dire que non, ce n’est pas l’argent.

Parce qu’en fait, quand on se penche vraiment sur la question, il y a surtout en France, tout un tas de possibilités de quitter son travail.

C’est de plus en plus facile et accessible. On n’est pas pieds et poings liés comme avant.

Il y a la rupture conventionnelle qui a énormément fluidifié les départs. Et qui permet d’avoir accès aux droits au chômage qui sont quand même assez avantageux en France, qui permettent de créer un projet entrepreneurial ou de rebondir vers autre chose.

En tous cas, on n’est pas tout de suite sous les ponts !

Parce qu’en fait, c’est ça qui se passe. Vous avez peur au premier abord, vous vous dites : « Ben oui ! J’ai peur de le quitter mon travail ! Elle ne m’apprend rien Maryanne ! »

Mais en fait, pourquoi vous avez peur ?

C’est pas la vraie raison. La peur n’est qu’une émotion, c’est une conséquence, une émotion c’est une réaction émotionnelle à quelque chose qui se passe ou que vous pensez qu’il se passe.

Donc la peur, c’est juste la façon que vous avez de réagir à ce que vous pensez être la réalité.

Et la réalité, elle n’est pas dictée par un manque d’argent ou quoique ce soit. Elle dépend de :

  • votre conception de la vie et du monde
  • votre conception de vous-même
  • votre conception de vos capacités à trouver des solutions, à rebondir, à être capable d’aller vers un autre projet professionnel

Et tout ça, c’est lié à VOTRE HISTOIRE.

Le fait que vous puissiez changer de travail d’un claquement de doigt, que vous puissiez dire « Oh allez je me casse ! Hop, j’ai des crédits, et alors ? »

C’est que vous avez vraiment une confiance en la vie et une confiance dans vos capacités à rebondir.

Et c’est ça la vraie raison qui fait que vous n’y arrivez pas, que vous tournez en rond depuis des mois voire des années, à vous dire « Oh lala,  Pfff qu’est-ce que j’en ai marre ! » et au final, vous ne faites rien…

Vous n’arrivez pas à embrayer comme me l’a dit une cliente, vous n’arrivez pas à passer à l’action pour créer autre chose, et prendre des décisions importantes.

La vraie raison qui fait que vous n’y arrivez pas, ce n’est pas la PEUR mais :

  • votre conception de la vie
  • votre conception de vous-même
  • et du monde

C’est ce que vous croyez être vrai

 

Je précise mon propos

 

Si vous avez grandi dans une famille où on vous a donné confiance en vous. Où vos parents étaient des gens extrêmement fluides dans leurs décisions, qui n’avaient pas peur de l’avenir, qui étaient vraiment dans une LIBERTÉ D’ÊTRE.

Eh bien, vous avez naturellement ces comportements là. Parce qu’ils ont été un modèle, vous vous êtes imprégné de cette réalité-là.

Par contre, si vous avez vécu dans la peur, si vous avez toujours vécu avec des parents qui ont connu des galères, qui répétaient toujours que le travail – de toute façon –  c’était pas une partie de plaisir.

Qu’on devait en baver, et que c’est fait pour être pénible, qu’on n’a aucun plaisir à aller au travail.

Eh bien, il y a de fortes chances pour que ce soit votre réalité aussi. Et que vous preniez cela comme acquis et comme une vérité indéboulonnable.

Donc forcément, vous allez être dans une souffrance au travail car vous allez prendre ça comme un « boulot », un boulot alimentaire.

Voilà, et que pour vous, la vie ce sera « ailleurs » que dans le travail. Malheureusement, le travail on y passe beaucoup de temps !

Et je pense que vous n’aurez pas une vie très épanouissante si vous restez dans cette croyance que le travail doit être pénible et laborieux (le terme est bien choisi).

C’est comme quand vous avez grandi dans une famille qui vous a inculqué que vous étiez nul, que de toute façon, vous n’arriveriez à rien, que vous n’aviez pas du tout d’intelligence, de capacités particulières…

Eh bien, vous allez aussi vivre dans votre petite boîte étriquée qui représente ce que vous croyez sur vous et ce que vous vous croyez capable de faire.

Donc tant que vous n’aurez pas éclaté ça. Votre réalité sera conforme à ce qu’on vous a appris ou ce que vous avez cru sur vous-même et sur le monde.

La vraie raison qui fait que vous n’arrivez pas à passer à l’action, elle est là. Que ce soit pour passer à un autre projet professionnel ou même tenter, oser quelque chose…

C’est quelque chose que j’ai vécu moi-même.

C’est grâce à un travail sur moi, alors que j’étais malheureuse dans ma carrière, dans ma vie professionnelle, que finalement à un moment donné j’ai pu changer de vie et de métier.

Alors que je me lamentais dans ma vie professionnelle. Je n’étais absolument pas à ma place !

Je sentais que rien n’allait. Que TOUT justement me poussait à changer.

Et je freinais des quatre fers parce que pour moi, c’était inconcevable de ne pas être dans la norme, de ne pas avoir un travail :

  • salarié,
  • standard,
  • stable,
  • de ne pas être comme tout le monde ! 

Tout me faisait penser que je n’étais pas à ma place. Et pourtant je voulais absolument essayer d’y rentrer !

C’est un peu comme le jeu pour enfants avec les formes et il faut les faire rentrer les bons trous, vous voyez ?

C’est une image que je prends souvent avec mes clients pour leur faire comprendre (Lol)

 Résultat de recherche d'images pour "jeu enfant cubes formes"C’est-à-dire que vous avez un rond, une étoile, un carré peu importe…  Vous avez un petit rond et un énorme carré.

Et vous essayez de le faire rentrer dedans.

 Et puis, ben ça ne rentre pas !

 Parce que ça ne peut pas !!! LOL

Donc c’était un peu ça.

 

Et il y a beaucoup de gens qui essaient malheureusement de rentrer dans un truc qui n’est absolument pas pour eux.

Et qui essaient malgré tout car « c’est comme ça », il faut y arriver, et ils ont extrêmement peur de faire autre chose…

Parce qu’en fait, dans leur conception, c’est impossible de faire autre chose et d’aller vers ce qui leur fait vraiment envie !

Bien souvent, ils mettent tout ça sous le tapis, ils l’oublient, pour ne pas souffrir  -en tous cas, ils le croient-  pour le garder en arrière plan et ne pas l’avoir trop dans la conscience.

 

Voilà, je voulais vous partager cela, car c’est véritablement votre conception, de vous, du monde, de la vie, de ce qui est possible, toutes vos croyances limitantes sur vous-même et sur le monde…

Qui vont faire qu’au final, vous n’allez pas passer à l’action pour vous reconvertir et changer de travail.

C’est uniquement ça.

 

Et puis aussi sur l’argent.

Ce point va de paire avec votre conception du monde. Vous allez « manquer ».

Vous allez vous retrouver à la rue, dans la dèche, au secours catholique, au populaire, aux restos du cœur…

Tout ça, c’est des histoires !

Que votre MENTAL vous raconte.

Vous aimeriez commencer à faire taire votre tête pour mieux écouter votre cœur ?

Ça tombe bien, j’ai créé pour vous un super programme en ligne à un prix canon pour Oser changer de travail.

Spécialement conçu pour être plus au clair et retrouver confiance.

Vous y retrouverez un ensemble d’outils de réflexion, de libération et de bien-être

Radical ! Il vous aidera, en 8 semaines, à aller de l’avant professionnellement et à trancher !

 

 

Votre mental préfère l’immobilisme

 

Votre mental, si vous le laissez aux commandes, il va faire ce qui lui convient.

Et ce qui lui convient, c’est que rien ne bouge, que rien ne change.

Parce que votre mental, il a pour mission de vous maintenir en vie.

Depuis l’enfance, c’est son job : vous maintenir en vie, vous faire fonctionner (soutenu par le cerveau reptilien pour les fonctions vitales comme manger, dormir…), survivre, s’adapter, ne pas s’exposer au danger…

Bref, avoir une vie « plan plan », tran-quilleu (avec l’accent marseillais).

 

Ce que les Egyptiens disaient…

Alors, je suis professeur de mudrâs par ailleurs et en fait, il faut savoir que ces derniers viennent de l’ancienne Egypte.

Ce qui est très intéressant, c’est que les anciens Egyptiens parlaient déjà  -mais avec d’autres termes-  du mental et de l’âme. Je crois qu’ils parlaient aussi de l’esprit.

Et ils disaient bien que le rôle du mental, était de nous maintenir en vie et de nous amener à l’âge adulte.

Qu’à la naissance, notre incarnation, l’âme était là, mais en retrait.

Et une fois qu’on arrive à l’âge adulte, qu’on est sain sauf, ils disaient que le rôle de l’être humain, c’était de se rendre compte de son fonctionnement et de faire revenir son âme au premier plan.

D’honorer son âme et de la laisser le guider. Et que le mental soit relégué (bien sûr, il nous aide toujours à fonctionner au quotidien) en arrière-plan.

Et c’était ça grandir, et devenir un adulte, et un Etre qui grandit en conscience.

Et ça c’est super intéressant.

Parce que c’est exactement la leçon de la vie.

Grandir en conscience.

Et qu’on trouve le chemin de notre cœur, qu’on se connecte à notre âme, que finalement on comprenne que tout le reste, ce n’est que des histoires et des constructions mentales…

On peut faire ce qu’on se croit capable de faire.

Donc il faut pouvoir déconstruire tout ce qui n’est pas à nous, qui n’est pas la réalité que l’on croit.

Voilà, j’espère que je suis claire.

Tout ce qu’on a à faire, c’est :

  • grandir,
  • laisser notre âme nous guider
  • et se connecter à elle.

Pour cela, il faut déconstruire tous nos schémas, toutes nos constructions mentales, et ne pas laisser le Mental aux commandes.

Par ce que si vous laissez le mental aux commandes, il fera ce qui est bon pour lui !

C’est-à-dire qu’il ne bougera pas.

 

Le mental, ce scénariste catastrophe

 

Et il va vous projeter sur son écran de cinéma :

« Haaann Mon Dieu ! Mais si tu quittes ton travail, tu vas finir sous les ponts !! »

Direct, hein !?

Qu’on démissionne ou même en rupture conventionnelle, avec deux ans de chômage…

Mais non, non ! On ne voit pas ça !

On voit : démission  –>> sous les ponts !!!

Direct !

Ah, le meilleur scénariste de films catastrophes, c’est votre MENTAL !

Vous pouvez l’embaucher à Hollywood, y’a pas de problème.

Lui, il va vous faire des lumières, des warnings, des lumières qui clignotent, en disant : « Mon Dieu,  haaannn tu vas mouriiir là, si tu fais ça !! »

Mais le problème, c’est que vous le croyez !!

Elle est là la petite subtilité à comprendre et à voir. Voir ce jeu-là que votre votre mental vous fait et vous en dissocier.

Les histoires qu’il vous raconte. Les bêtises qu’il vous raconte. Les films d’horreur, catastrophes qu’il vous projette.

Il est là votre job : de le voir !

Et de lui dire STOP.

Pour que vous puissiez enfin, accéder à ce que vous voulez vraiment et à ce que votre cœur vous amène à faire et qu’il veut.

Du moment que vous allez arrêter ce jeu de dupe, que vous allez voir ça.

Vous allez pouvoir agir pour enlever les manettes des mains du mental.

Lui dire : « Non, non, toi tu arrêtes maintenant. Tu te tais. Ton blabla, tu te tais. Tu peux dire ce que tu veux. Mais ce n’est pas la vérité. Et je décide de ne pas te croire. Et de me faire confiance. »

Et pour arriver à faire ça, je vous invite sincèrement à bosser sur vous, pour déconstruire tout ça. Toute cette boîte à outils dans votre tête, de croyances sur vous, sur la vie, sur le monde…

Vous allez voir les choses autrement du moment que vous aurez fait ce travail.

Vous aimeriez commencer à faire taire votre tête pour mieux écouter votre cœur ?

Ca tombe bien, j’ai créé pour vous un super programme en ligne à un prix canon pour Oser changer de travail.

Spécialement conçu pour être plus au clair et retrouver confiance.

Vous y retrouverez un ensemble d’outils de réflexion, de libération et de bien-être

Radical ! Il vous aidera, en 8 semaines, à aller de l’avant professionnellement et à trancher

  

Moi, je vois ça tous les jours chez mes clients.

Dès qu’ils commencent à bosser sur eux. Parce qu’ils sont empêtrés dans leurs trucs et :

  • ils n’en sortent pas…
  • Ils n’arrivent pas à prendre de décision.
  • Ils fonctionnent toujours pareil

Parce qu’ils laissent leur mental leur resservir la même soupe tous les jours.

Eh bien dès qu’on commence à attaquer le noyau dur, la coque…

C’est comme un staphylocoque, le mental est très très dur et se rigidifie avec l’âge (en plus).

Et plus on attend et plus c’est costaud. Il a une armure mais du moment qu’on crée des brèches…

A un moment donné, il y a des choses qui volent en éclat.

Et après, il n’a plus autant le pouvoir.

Plus on le travaille, plus on le dépossède de ce pouvoir de nous raconter des âneries et de nous faire des projections catastrophes.

C’est la seule voie, que j’ai expérimentée pour moi et pour des clients, si vous êtes dans ce schéma de peur viscérale, d’anxiété permanente :

« Oh lala mais j’peux pas, je vais me retrouver à la rue ! C’est trop dur, je ne vais plus avoir d’argent »

Tout ça c’est du blabla. Voilà.

J’espère que ça vous a intéressé.

J’espère que j’ai été claire – Lol – car il est un peu tard – et je voulais vous faire un petit topo là-dessus.

Belle journée et à plus tard » 

 

Ainsi, nous avons tendance à oublier que notre principal ennemi, c’est nous-même. Travailler sur nous-même et nos conditionnements est le premier levier vers le changement. Notre brouhaha mental crée un brouillard qui empêche d’accéder à notre vérité. Les peurs que nous éprouvons face à tout défi ou nouveauté ne sont que le reflet de nos propres limites. Ne serait-il pas temps de les dépasser pour enfin entendre l’appel de notre âme ?

Remettre la Vie au centre

Remettre la Vie au centre

Alors que notre société traverse la plus grande crise qu’elle n’ait jamais connue, quelle attitude adopter ? Alors que l’Homme a tant détruit, ne serait-il pas temps de remettre la Vie au centre ? Comment y parvenir ? Voici 3 principes à suivre.

lire plus
Comment gérer ses émotions négatives ?

Comment gérer ses émotions négatives ?

Les émotions négatives dérangent beaucoup. Pourtant n’ont-elles pas une utilité ? Et la voie de la paix intérieure et de l’éveil ne serait-elle pas de les écouter, de les libérer puis de les rééquilibrer ? Suivez le guide…

lire plus
Comment guérir sa relation à l’argent impacte aussi l’amour

Comment guérir sa relation à l’argent impacte aussi l’amour

Le lien entre argent et amour est difficile à faire. Oui, les scandales financiers et le capitalisme ne donnent ni une image positive de l’argent, ni n’évoquent l’amour. Pourtant, en libérant leur relation à l’argent, les participants de mon atelier transforment aussi leur relation à l’amour…

lire plus

Mary Mann : Catalyseur de transformation

 

Thérapie  Et Quête de sens

Pour vivre et concevoir le travail, autrement !

Et être bien dans sa tête et dans son travail

Je vis en Bretagne mais je travaille partout (grâce à internet) !

Lieu-dit Le Léty  -  FR-56250 TREDION

Tel : +33.(0)6 02 31 82 85

mm[@]marymann.fr 

  • Thérapie brève (psychopraticienne) : Libération des émotions, régression et libération vies antérieures, libération mémoires transgénérationnelles (épigénétique), développement personnel
  • Bilan Orientation & Sens de Vie® : Bilan de compétences avec dimension spirituelle, pour reconversion professionnelle en quête de sens et alignée spirituellement (Bilan de compétences à distance)
  • Atelier relation à l'argent (libération de votre histoire et de vos croyances limitantes pour aller vers la fluidité financière et un entrepreneuriat prospère)
  • Mudra-thérapie : 1ère professeur et mudra-thérapeute en France, certifiée Sabrina Mesko, d'après l'enseignement de Yogi Bhajan - Art énergétique millénaire de bien-être et de développement personnel
  • Soin chamanique - chamanisme
TRÉDION - TREFFLEAN - ELVEN - VANNES - MORBIHAN - BRETAGNE - FRANCE
  PAR SKYPE & ZOOM

Pourquoi trouver sa mission de vie ne permet pas de trouver sa voie

Pourquoi trouver sa mission de vie ne permet pas de trouver sa voie

Mary Mann

Mission de vie, mission de vie ! Vous entendez parler de ce concept à tout bout de champ pour trouver ce que vous faites sur Terre… Mais de quoi s’agit-il vraiment ? Et puis d’abord, quel intérêt de se pencher sur ça quand on veut se reconvertir ? Serait-ce une donnée un peu fumeuse pour réorienter sa vie professionnelle ? Est-ce réellement suffisant ? Et l’âme dans tout ça ? Découvrez en vidéo ce qu’il en est et tout l’intérêt de connaître surtout sa mission d’âme, quand on aspire à trouver sa voie et sa vocation afin de retrouver du sens dans la vie.

Transcription

« Bonjour, Bonjour ! C’est Mary Mann.

Aujourd’hui, je vais vous parler de la mission de vie, de la mission d’âme.

Pour vous expliquer ce que c’est, de mon point de vue. La différence importante qu’il y a entre les deux.

Et surtout quel est l’intérêt de connaître ça ? De s’intéresser à ça quand on a un besoin de reconversion professionnelle ?

Quand on a besoin de quête de sens et de trouver sa place dans le monde.

C’est une question qu’on me pose souvent : « Quelle est la différence entre la mission de vie et la mission d’âme ? », puisque c’est vrai que c’est un peu galvaudé…

Beaucoup de gens, de coachs utilisent « mission de vie, mission de vie » mais…

Pour moi, c’est trop réducteur, et il y a besoin de comprendre les choses plus en finesse !

 

-Présentation Mary Mann-

 

La mission de vie

Bien, je vais vous parler de la mission de vie en premier.

La principale différence entre la mission de vie et d’âme, c’est que la mission de vie – telle que je la conçois dans mon approche – a une forte connotation individuelle. Ça ne veut pas dire individualiste !

Individuelle : (en gros, je résume vraiment de manière schématique) c’est ce qu’il vous faut à VOUS, dans VOTRE chemin de vie personnel et d’évolution. Le but qu’il vous faut accomplir, quelque chose où vous devez progresser.

Donc c’est véritablement un but plus individuel.

Mais ce n’est pas forcément individualiste !

Je prends un exemple au hasard. J’ai vu ça chez une cliente : elle n’avait pas fondé de foyer, de famille, et il se trouvait justement que cela faisait partie de sa mission de vie. De certainement passer à une sphère familiale, avoir des enfants. C’est quelque chose dont elle avait envie en plus, mais c’était justement une difficulté dans sa vie personnelle.

Donc il se trouve que cela faisait partie de sa mission de vie, en tant qu’individu, pour son chemin d’évolution personnelle, de passer probablement à cette étape-là.

D’où le fait que ce n’est pas forcément individualiste puisque quand vous avez des enfants, vous allez vous occuper d’autres êtres vivants. Vous allez faire des choses pour les autres.

Voilà.

La mission de vie, je la détermine par l’astrologie ésotérique principalement. Pour voir au niveau du thème natal avec quoi vous partez, quels sont vos acquis karmiques, vos challenges individuels, vos prédispositions, votre personnalité de fond… Des indications aussi déjà du domaine professionnel.

Après, en discutant avec moi, lors de mon coaching Orientation & Sens de Vie®, il y a bien sûr tout ce que vous voulez accomplir… C’est bien d’en prendre conscience tôt.

Vous savez, le plus grand enseignant dans la vie, c’est la mort.

Alors je suis désolée de plomber l’ambiance…

Mais la mort, c’est vraiment le MAÎTRE spirituel par excellence.

J’ai rencontré quelqu’un récemment dans un stage, qui m’a dit ça : « Mais comment on fait pour « se botter le cul », pour sortir de ce « rien », de ce blocage ? ».  Il était visiblement bloqué dans une problématique d’évolution dans son métier, dans sa vie…

Et il ne pouvait pas en sortir. Il était complètement paralysé face à un changement important.

Et bon, je lui ai parlé de diverses choses, mais c’est vrai que je réponds souvent aussi : « Allez faire un tour au cimetière ».

Ça peut paraître bête. Mais je vous assure que… Allez voir au cimetière.Tant que vous n’avez pas compris intrinsèquement que…

Vous êtes des Êtres qui allez mourir

 

Vous êtes en train de mourir chaque jour ! C’est vraiment pas « Youpi la vie ! » ce que je vous dis. Mais c’est hyper fort !

Si vous prenez conscience de ça en vous : que tous les jours, c’est un jour de plus, un jour de moins.

Comme me l’avait raconté un ancien collègue quand j’étais salariée…

C’était un Espagnol. Il était allé en vacances en été et il avait croisé un vieillard sur un pas de porte…

Et à chaque fois, ils se saluaient « Ah ! Comment ça va ? »

Et à chaque fois, le vieil homme lui disait : « Un día mas, un día menos ».

 

Un jour de plus, un jour de moins

Eh bien, c’est ça.

Comprenez que le temps s’égrène et qu’à un moment donné, vous allez arriver à la fin…

Et il ne faut pas croire que cette fin va venir à 80-90 ans ! Et puis vous ne savez même pas dans quel état vous serez à 90 ans…

Mais il faut savoir que ça peut venir n’importe quand !

Comme je dis souvent : des jeunes qui se croyaient immortels, y’en a plein le cimetière.

Donc comprenez que la vie est très fragile et qu’on est des créatures éphémères à l’échelle du temps, la vie passe tellement vite, la jeunesse encore plus !

Donc si on tient à se réaliser et à accomplir quelque chose qui a réellement de la valeur à nos yeux, il faut y aller. Pour qu’à la fin, on n’ait pas de regrets. Je marche beaucoup avec ça aussi.

Qu’est-ce que vous vous direz à la fin ?

Donc la mission de vie, elle est vraiment importante pour vous, au niveau de ce que vous cherchez à accomplir à titre individuel.

La mission d’âme

Ce que je viens de vous dire est valable aussi : se confronter à la mort et tout ça… Ça donne de la perspective.

Vous savez, quand on met tout en perspective, c’est comme un tableau.

Un tableau qui est plat, qui est en une dimension, y’a aucun intérêt. Par contre, dès qu’on met des arrière-plans, des fondus…

A un moment donné, vous voyez des choses avec une autre vision.

Donc la mission d’âme, c’est la raison pour laquelle vous êtes incarné. Et pour moi, elle a une dimension collective.

La mission d’âme, c’est vraiment la sphère « large » de votre incarnation. C’est pourquoi vous vous êtes incarné, pour œuvrer à quelle cause ?

Et quel impact ça va avoir sur le monde, au service de quoi vous allez agir.

Voilà, la mission d’âme, c’est ça.

Et ça vous portera toute votre vie.

Vous avez la mission d’âme, la mission de vie qui est en dessous pour moi, puis ensuite la transcription de ça en métier, en activités professionnelles.

Vous pouvez avoir différentes activités professionnelles. Mais il faut qu’elles résonnent avec cette mission d’âme qui est en haut, qui chapeaute le tout.

C’est comme un gâteau. Vous avez la génoise, le nappage…

Eh bien, la mission d’âme, c’est le nappage, la plus belle couche, celle qui donne vraiment la touche finale au gâteau. Et ensuite vous descendez, vous avez d’autres strates et le cœur du gâteau…

Mais c’est le nappage qui va donner une harmonie et une cohérence à l’ensemble, en fait.

Et la mission d’âme, je la détermine… Déjà par intuition. En discutant aussi, vous touchez du doigt quelque chose avec moi.

Je travaille beaucoup avec les états de conscience modifiés, je vous amène dans votre propre cheminement intérieur, une introspection durant quatre mois (Orientation & Sens de Vie®).

Vous touchez le cœur de vous-même.

Je vous amène là-dedans et vous touchez des trucs hyper subtils, hyper fins… Qui font que ça fait « Paf »!

Y’a quelque chose qui se passe, vous saisissez quelque chose de beau, qui est vraiment brillant.

C’est comme une étincelle d’étoile.

 

Ça vous parle ? Et vous aimeriez commencer à comprendre qui vous êtes et trouver votre raison d’être ?

Ça tombe bien, j’ai créé pour vous un super programme en ligne à un prix canon pour les personnes en quête de sens.

Spécialement conçu pour vous recentrer, commencer à contacter qui vous êtes et votre raison d’être. Il s’agit d’un premier palier de mon accompagnement Orientation & Sens de Vie®.

Vous y retrouverez un ensemble d’outils de réflexion en toute autonomie.

Il vous aidera, en 8 semaines, à retrouver du sens dans votre vie. Et si vous le souhaitez, vous pourrez bifurquer vers le bilan complet Orientation & Sens de Vie® par la suite.

Le nom de lumière et les familles d’âme

Et puis parfois, ça m’arrive d’avoir le nom de lumière.

C’est encore une autre donnée.

Je n’en parle pas car justement je ne l’ai pas forcément. Je ne l’atteins pas toujours.

Mais souvent je l’ai.

Le nom de lumière, c’est votre nom d’âme.

Il peut donner une indication de la famille d’âme à laquelle vous appartenez.

Il y a plusieurs familles d’âmes. Elles ont un rôle, des tendances de fond.

Et quand on a le nom de lumière, vous avez déjà une indication forte de votre tendance.

Après, ça se sent aussi, hein…

Une famille d’âmes que je connais très bien (car j’en fait partie) ce sont les gardiens.

Donc les gardiens ont des traits généraux de personnalité, d’intérêts, de domaines qui leurs tiennent à cœur. Un profil particulier au niveau des gardiens.

Mais il y a d’autres familles. Je ne vais pas en parler là.

En tous cas, c’est une donnée très intéressante. D’avoir ce nom de lumière – quand il vient – et d’en avoir une idée.

Car ça vient compléter (pour reprendre mon image du gâteau), c’est comme une petite cerise sur le nappage.

Voilà ce que je voulais vous dire sur la mission de vie, la mission d’âme.

Bien, je pense avoir répondu à la question.

Je vous souhaite une belle journée et je vous dis à bientôt.

L’expression « mission de vie » est beaucoup galvaudée et sa signification souvent déformée. Appréhender notre part spirituelle apporte un bien meilleur éclairage pour se repositionner professionnellement et trouver sa voie. Ensuite, couplée à la mission de vie, elle permet une compréhension bien plus large et complète, de soi. Nous pourrons alors Etre en totale cohérence et exprimer notre nature profonde, trouver notre vocation au service du monde.

Remettre la Vie au centre

Remettre la Vie au centre

Alors que notre société traverse la plus grande crise qu’elle n’ait jamais connue, quelle attitude adopter ? Alors que l’Homme a tant détruit, ne serait-il pas temps de remettre la Vie au centre ? Comment y parvenir ? Voici 3 principes à suivre.

lire plus
Ennui au travail, une histoire de famille ?

Ennui au travail, une histoire de famille ?

S’ennuyer au travail. Un comble quand on sait que cette activité nous occupe une bonne partie de notre vie, non ? Quand certains se trompent de voie ou se laissent porter et font preuve d’opportunisme, d’autres se plient à la pression familiale…

lire plus

Mary Mann : Catalyseur de transformation

 

Thérapie  Et Quête de sens

Pour vivre et concevoir le travail, autrement !

Et être bien dans sa tête et dans son travail

Je vis en Bretagne mais je travaille partout (grâce à internet) !

Lieu-dit Le Léty  -  FR-56250 TREDION

Tel : +33.(0)6 02 31 82 85

mm[@]marymann.fr 

  • Thérapie brève (psychopraticienne) : Libération des émotions, régression et libération vies antérieures, libération mémoires transgénérationnelles (épigénétique), développement personnel
  • Bilan Orientation & Sens de Vie® : Bilan de compétences avec dimension spirituelle, pour reconversion professionnelle en quête de sens et alignée spirituellement (Bilan de compétences à distance)
  • Atelier relation à l'argent (libération de votre histoire et de vos croyances limitantes pour aller vers la fluidité financière et un entrepreneuriat prospère)
  • Mudra-thérapie : 1ère professeur et mudra-thérapeute en France, certifiée Sabrina Mesko, d'après l'enseignement de Yogi Bhajan - Art énergétique millénaire de bien-être et de développement personnel
  • Soin chamanique - chamanisme
TRÉDION - TREFFLEAN - ELVEN - VANNES - MORBIHAN - BRETAGNE - FRANCE
  PAR SKYPE & ZOOM

Réinitialiser le mot de passe
Veuillez entrer votre email. Vous allez recevoir votre nouveau mot de passe par email.