Sortir du salariat : la meilleure chose à faire pour y arriver

Sortir du salariat : la meilleure chose à faire pour y arriver

Mary Mann

Sortir du salariat… « Virer son patron » comme certains aiment le dire pour provoquer. Un fantasme pour beaucoup ! Mais pas si simple, n’est-ce pas ? Car composer avec l’insécurité de ce statut n’est pas inné. Comment faire pour y arriver et quitter le salariat si confortable ? Comment bien s’armer pour viser le succès ? Vérifier d’abord qu’on a les qualités entrepreneuriales puis préparer son projet ne suffisent pas…

Quand j’y repense, j’ai le sourire !

Je me rappelle de moi… Quand j’avais 18 ans !

J’étais bonne élève
Donc mes parents voulaient que je fasse un bac scientifique
(et c’était le cas de quasi tous les parents de bons élèves à l’époque !)
car c’était LA qu’on envoyait les meilleurs élèves : La voie « royale »

et que « y’avait du boulot là-dedans » d’après ma mère.

oO ??
Dans quoi ?
Ah ? Dans le scientifique ?
Ah ?… C’est un métier ??

Moue à la De Niro

 

 

 

 

 

Bref,…
Ensuite, j’ai choisi par dépit « l’agro alimentaire ».
– Rien à fiche au fond de moi –
mais j’essayais de me convaincre que c’était ce qu’il fallait faire

Pourquoi ?

Car « y’avait du boulot là-dedans » selon ma mère.

Et que le projet professionnel qu’il fallait avoir avant toute chose :
C’était d’avoir un BOU-LOT !

Aaaaah…

Echapper au chômage :
Graal du bonheur individuel et de l’épanouissement professionnel !

Avoir un travaaaaail !!

YouHOOOOUUU !!! Et tant pis si on se fait ch… !!

Aujourd’hui, je suis tellement heureuse de m’être extirpée de tout ça.

  • De ces peurs sociétales,
  • des fidélités familiales,
  • des peurs parentales,
  • de la fadeur d’une vie Pro morne, vue comme NORMALE par des milliers de gens.

Aujourd’hui, je suis LIBRE et mon métier fait SENS pour moi. 

Qui n’en veut ?

Mais ça ne s’est pas fait tout seul !!

Je n’ai pas attendu désespérément un SIGNE !
(enfin, longtemps si !)

Avant de comprendre que ça ne servait à rien ! – hihihi

Je n’ai pas non plus attendu d’avoir gagné au Loto…
Ou d’hériter d’un riche oncle d’Amérique…
♪ ♫ ♫ Un jour mon prince viendra…♪♬

Pour démissionner.

J’ai pu prendre ma liberté, EN BOSSANT sur moi :

OUI

J’ai dégommé mes conditionnements afin de pouvoir ENFIN :
– m’honorer,
– et sortir de la soumission à une vie dirigée par la Peur

 

Notamment financièrement

Grâce à un travail de libération sur ma relation à l’argent (d’ailleurs ta place t’attend !! :-))

Grâce à tout ce travail sur Moi et sur l’Argent :

  1. j’ai pu sauter du navire,
  2. me reconvertir,
  3. me lancer à mon compte,
  4. mettre en sourdine ma peur du manque,
  5. gagner en aisance financière
    ET OSER

 

Et devinez quoi ?
Ca a changé ma vie et mon business !

Si vous voulez en savoir plus, je vous invite à lire l’article dans lequel j’explique la genèse de mon atelier, comment j’ai dit adieu à la petite fille aux allumettes.

Oui oui, vous lisez bien : cette pauvresse était un fantôme de ma lignée

Et j’ai construit l’Atelier Relation à l’Argent suite à cette transformation incroyable
pour vous offrir la même chance.

Et ce, quelle que soit votre situation professionnelle :
-si vous voulez vous casser de votre boulot mais que vous avez trop peur du lendemain !
-ou si vous êtes déjà entrepreneur mais que vous voulez prendre votre envol !

Alors si vous aussi vous voulez :
-dire adieu à vos fantômes financiers et à un héritage familial plombant
-dézinguer toutes vos croyances limitantes sur l’argent
-pouvoir enfin danser avec la vie et être audacieux
-surfer allègrement sur l’inconnu qui prend forme chaque jour
-et fluidifier vos finances

 

Votre place pour l’atelier Relation à l’argent vous attend !!

Comment bien parler en public grâce aux mudras

Comment bien parler en public grâce aux mudras

Outre l’entrainement pour bien parler en public, il existe des techniques redoutables pour s’améliorer et nous soutenir durant cet exercice exigeant. Voici quelques gestes de pouvoir, des mudras, afin de performer et bien parler en public.

lire plus
Comment guérir sa relation à l’argent impacte aussi l’amour

Comment guérir sa relation à l’argent impacte aussi l’amour

Le lien entre argent et amour est difficile à faire. Oui, les scandales financiers et le capitalisme ne donnent ni une image positive de l’argent, ni n’évoquent l’amour. Pourtant, en libérant leur relation à l’argent, les participants de mon atelier transforment aussi leur relation à l’amour…

lire plus

Mary Mann : Catalyseur de transformation Pro et Perso

 

Thérapie Et Reconversion Professionnelle en Quête de sens

Pour vivre et concevoir le travail, autrement !

Et être bien dans sa tête et dans son travail

Je vis en Bretagne mais je travaille partout (grâce à internet) !

Lieu-dit Le Léty  -  FR-56250 TREDION

Tel : +33.(0)6 02 31 82 85

mm[@]marymann.fr 

  • Thérapie brève à distance (psychopraticienne) : Libération des émotions, régression et libération vies antérieures, libération mémoires transgénérationnelles (épigénétique), développement personnel
  • Bilan de compétences Orientation & Sens de Vie® : Bilan de compétences avec dimension spirituelle, pour reconversion professionnelle en quête de sens et alignée spirituellement (Bilan de Compétences en Ligne, à distance) Bilan de compétences homologué CPF
  • Atelier Relation à l'Argent (libération de votre histoire et de vos croyances limitantes pour faire la paix avec l'argent, aller vers la fluidité financière et un entrepreneuriat prospère)
  • Mudra-thérapie : 1ère professeur et mudra-thérapeute en France, certifiée Sabrina Mesko, d'après l'enseignement de Yogi Bhajan - Art énergétique millénaire de bien-être et de développement personnel
  • Soin chamanique - chamanisme
VANNES - MORBIHAN - BRETAGNE - FRANCE
  PAR SKYPE & ZOOM

Reconversion pro et famille : oser se réaliser ou se sacrifier ?

Reconversion pro et famille : oser se réaliser ou se sacrifier ?

Mary Mann

Quand l’entourage nous met face à un dilemme

Quand on aspire à changer de vie, il est souvent difficile de faire des choix. D’autant plus quand on n’est pas seul à être impacté. Conjoint, enfants… On peut se sentir vite pris au piège et condamné à poursuivre tête baissée sans rien changer… Pire, on imagine que faire un choix rime forcément avec perdre quelque chose ? Mais n’y a-t-il vraiment aucune autre voie que de se résigner et de voir le pire ? Se choisir ou se sacrifier, comment sortir du dilemme ?

Je me souviens.

C’était après un séminaire de développement personnel que j’avais suivi en Normandie…

Il faisait nuit et j’étais sur l’autoroute pour rentrer chez moi.

Alors que je roulais sous des trombes d’eau qui rendaient ma radio inaudible, mes pensées me ramenaient à Jérôme.

Un des participants.

Un bon gars, sensible, gentil.
Un praticien de santé.

Durant une des pauses entre deux sessions, il s’était mis à me parler de sa souffrance à ne pas trouver sa place professionnelle.

Il aimait son métier mais pas au sein de la structure dans laquelle il l’exerçait.

Au départ, il avait choisi son métier car il voulait soulager la douleur.
Or, là où il travaillait, ce n’est pas ce qu’il faisait…

Il aspirait à faire autre chose.
A retrouver son alignement en créant une structure dédiée à la douleur.
D’y intégrer le yoga…

Mille idées fusaient alors qu’il avait le regard rêveur, brillant mais humide.

En effet, quelque chose était bloqué en lui.
Il avait une énorme colère… contre lui.

Car il n’osait pas :

  • S’honorer,
  • Faire des choix Bons pour lui,
  • Accéder à son pouvoir et à son énergie créatrice.

Il n’osait pas non plus confier son désarroi à son entourage.

A l’entendre,
Son épouse était heureuse, là où ils habitaient
Lui : non
Son enfant était bien, là où ils habitaient
Lui : non

Lui, il avait envie d’habiter plus près de Paris, vers Rambouillet, sa forêt…
Et il me dit : « Tant qu’on est ensemble avec ma femme, on reste là »

Puis il avait rajouté : « c’est soit, je pars quand je serai tout seul, soit on reste là ensemble ».

(outch ! Ça sent pas bon…)

 

Ainsi, il définissait sa vie en fonction de l’autre et de ce qu’il croyait de la situation.
OUI

Car, il ne semblait pas avoir demandé à sa femme, VRAIMENT, si elle était prête à faire des compromis.

Il ne parlait pas de sa souffrance tapie à l’intérieur de lui.

En fait ! Il apparaissait qu’il n’avait pas essayé d’imaginer « une autre voie » !

Il restait dans des extrêmes manichéennes qui le bloquaient et l’empêchaient d’imaginer autre chose.

Elles l’empêchaient de créer son modèle de bonheur, d’oser formuler un autre projet de vie.

Rien qu’à l’idée d’évoquer son projet, il avait peur de blesser son entourage, de faire du mal à ses proches, qu’ils soient malheureux A CAUSE de lui.

Alors il enfermait toute cette envie dans son cœur.
Il s’empêchait de vivre et d’être heureux.

Des larmes emplissaient ses yeux, rien que d’en parler.

 

Et si une autre voie était possible ?

 

En attendant, c’était à lui qu’il faisait du mal.

En attendant, les années passent.
Et comme le disait Khalil Gibran : la vie ne s’attarde pas avec hier…

Non

Ce qui amène à se poser des questions légitimes :

  • faut-il se sacrifier et renoncer à ses projets A CAUSE de l’autre ?
  • Faut-il baser ses choix entièrement sur ceux de la famille ?
  • Ou tenter de réaliser ce qui nous appelle, même si cela veut dire faire des concessions voire casser quelque chose ?

Le problème est avant tout que les gens s’imaginent toujours PERDRE quelque chose en faisant un choix.

Ils se retiennent d’agir par pure peur de rompre « l’équilibre » de cette vie qu’ils ont mis en place, et qui aujourd’hui les étouffe.

Ils font des hypothèses castratrices sur leur entourage et des conjectures sombres sur l’avenir…

Mais tant qu’ils laisseront la peur diriger leur vie et leur mental leur servir des films catastrophes, ils ne sortiront pas de cette impasse.

Il n’y a qu’une seule solution : en PARLER et se faire aider pour surmonter les peurs fantasmées et les croyances limitantes qui vous brident.

Vous pourrez ainsi gérer vos émotions négatives et délier votre langue avec votre entourage.

En travaillant sur vous, vous serez capable de changer votre vision et de sortir du dilemme. Faire des choix bons pour vous. Vous respecter et oser.

Car tôt ou tard, cette pression et cette fracture intérieure sera insupportable.

En tous cas, il y a une chose que je sais.
C’est qu’on nait seul
Et qu’on meurt seul…

Que la vie passe à une vitesse folle, et la jeunesse encore plus.

A la fin de ta vie, c’est toi, Dieu (ou la source).
Et c’est tout.

Que se dira Jérôme à la fin ?
Tant d’années gâchées, de regrets, à se retenir de vivre et d’écouter son cœur ?

Et TOI, que te diras-tu… A la fin ?

 

Comment baisser sa charge mentale grâce aux mudras ?

Comment baisser sa charge mentale grâce aux mudras ?

La charge mentale n’est pas une fatalité. Outre les techniques d’organisation, il existe des alliés précieux pour optimiser notre fonctionnement et diminuer la charge mentale. Laissez les mudras, véritables gestes de pouvoir, venir à votre secours !

lire plus
Comment bien parler en public grâce aux mudras

Comment bien parler en public grâce aux mudras

Outre l’entrainement pour bien parler en public, il existe des techniques redoutables pour s’améliorer et nous soutenir durant cet exercice exigeant. Voici quelques gestes de pouvoir, des mudras, afin de performer et bien parler en public.

lire plus
Le CPF, c’est quoi ?

Le CPF, c’est quoi ?

Le CPF, encore un acronyme administratif… Le compte personnel de Formation cumule vos droits à la formation et vous suit tout au long de votre carrière. Mais où le créer ? Comment connaître ses droits ? Je vous dis tout…

lire plus

Mary Mann : Catalyseur de transformation Pro et Perso

 

Thérapie Et Reconversion Professionnelle en Quête de sens

Pour vivre et concevoir le travail, autrement !

Et être bien dans sa tête et dans son travail

Je vis en Bretagne mais je travaille partout (grâce à internet) !

Lieu-dit Le Léty  -  FR-56250 TREDION

Tel : +33.(0)6 02 31 82 85

mm[@]marymann.fr 

  • Thérapie brève à distance (psychopraticienne) : Libération des émotions, régression et libération vies antérieures, libération mémoires transgénérationnelles (épigénétique), développement personnel
  • Bilan de compétences Orientation & Sens de Vie® : Bilan de compétences avec dimension spirituelle, pour reconversion professionnelle en quête de sens et alignée spirituellement (Bilan de Compétences en Ligne, à distance) Bilan de compétences homologué CPF
  • Atelier Relation à l'Argent (libération de votre histoire et de vos croyances limitantes pour faire la paix avec l'argent, aller vers la fluidité financière et un entrepreneuriat prospère)
  • Mudra-thérapie : 1ère professeur et mudra-thérapeute en France, certifiée Sabrina Mesko, d'après l'enseignement de Yogi Bhajan - Art énergétique millénaire de bien-être et de développement personnel
  • Soin chamanique - chamanisme
VANNES - MORBIHAN - BRETAGNE - FRANCE
  PAR SKYPE & ZOOM

Remettre la Vie au centre

Remettre la Vie au centre

Mary Mann

Il serait temps !

Fin février 2020, j’étais à Toulouse.

J’assistais à un symposium de l’INREES « Nature extraordinaire – vers une écologie spirituelle »

Parmi les intervenants, il y avait notamment mon cher formateur en chamanisme, Laurent Huguelit – auteur de « Mère », ainsi que Satish Kumar auteur du livre « Vers une écologie spirituelle ».

Plongée dans le noir, j’observais l’amphithéâtre plein à craquer !

Les lumières bleues, vertes, soigneusement réparties, diffusaient une ambiance intimiste et mystérieuse.

Sur la scène, des végétaux disposés donnaient l’impression de se trouver dans la nature.

Après l’introduction de Stéphane Allix, Laurent Huguelit – premier intervenant – surgit soudain des végétaux sur la droite de la scène.

Il s’installa tranquillement, se déchaussa pour mieux s’ancrer et se mit à parler de son amour pour la Nature et la forêt.

Combien il était important de recontacter le lien avec la Mère nourricière, afin notamment de retrouver notre âme Humaine mais aussi tout simplement de survivre…

L’esprit de la Terre lui avait parlé et nous mettait en garde. 

 

Puis, ce fut le tour de Satish Kumar, un ancien moine octogénaire infatigable 😉

Il débordait de vie, d’énergie et d’agilité intellectuelle. Son dernier ouvrage s’intitulait « Vers une écologie spirituelle ».

Il invitait chacun à s’engager dans une action, un métier au service du collectif et qui préservait la Terre.

Ses paroles fusaient dans l’air, toutes plus pénétrantes les unes que les autres. Son enthousiasme se communiquant à la foule.

Même le fait d’avoir une traductrice n’enlevait rien au dynamisme et à la profondeur de son propos.

Toute l’assemblée buvait les paroles des intervenants, y adhérait et je nous sentais tous unis autour de ces belles valeurs partagées.

Mon cœur était empli de joie, du fait de voir tout ce que je pensais et ressentais, verbalisé sur scène par d’autres.

 

La pandémie de Coronavirus commençait alors à pointer le bout de son nez en Europe.

Mais nombreux étaient ceux qui ne pouvaient imaginer ce qui se profilait (et ce qui est bien présent à l’heure où j’écris ces lignes).

 

Car ça y est nous y sommes : l’effondrement, le grand huit, la grande purge, le crach, le Corona Krach comme s’en amusent les journalistes.

Tout y passe, crise sanitaire, financière, sociétale…

C’est une glissade sans fin…

Même le cours de la Bourse chute à la manière d’une balle de tennis qui descendrait un escalier et rebondirait, encore, et encore… plac… pluc… ploc…

Avant de s’arrêter tout en bas contre le mur.

 

Mes chers lecteurs, nous vivons la fin d’une époque.

Notre système déjà moribond depuis plus de dix ans est aujourd’hui à terre.

Mais au milieu de ce chaos que je contemple, quelque chose en moi ne peut s’empêcher de se réjouir…

Oui, car dans tout effondrement, il y a une promesse.

La promesse d’une transformation, d’un renouveau.

Nous sommes aujourd’hui brutalement remis face à l’essentiel. Même notre Président l’a dit !

Ouh lala ! Aurait-il eu une épiphanie ?

 

Nous sommes remis face à ce qui aurait dû être notre seule préoccupation depuis toujours et qui aurait dû être mis au centre de notre système sociétal : LA Vie.

Il ne s’agit pas simplement de vie humaine.
Je parle du principe de Vie qui englobe la vie sous toutes ses formes.

Depuis le début de mon activité entrepreneuriale, fatiguée par la « folie » de ce monde, j’ai eu à cœur de remettre la Vie au centre.

A commencer par MA vie. Ma santé. 

Puis la Vie, au travers du sens de mon action pour la société.

J’ai voulu que Tout soit en cohérence, aligné et au service de la Vie.

 

Bien sûr, tout n’est pas parfait, mais je fais de mon mieux chaque jour pour suivre ces 3 principes :
• Respecter la Vie,
• Nourrir la Vie,
• et s’Abandonner à la Vie,

Afin de remettre la Vie au centre dans ce monde, je vous invite à faire de même dans chacune de vos actions.

 

Respecter la Vie

Qu’est-ce que cela veut dire ?

Tout d’abord, posez-vous la question : où sommes-nous ? Sur Terre.

Qu’est-ce qui est apparu sur la Terre ? La Vie.

Qui sommes-nous ? Des êtres humains. Des êtres vivants faisant partie de la Nature.

Et de quoi dépend notre vie ? De la bonne santé de cette Terre et du maintien de la Vie à sa surface.

Nous sommes en train de découvrir brutalement que respecter la Terre et son écosystème est essentiel si nous voulons survivre.

Car c’est d’elle que provient :

  • TOUT ce qui est dans notre assiette
  • et TOUT ce que nous consommons,

 

La Vie a des règles. Elle a un début et une fin. Elle est aussi synonyme de diversité.

L’humain a trop tendance à se croire supérieur ou extérieur à elle.

Il ne peut pas s’en extraire, ni la dompter sous prétexte d’améliorer son profit, sans en payer les conséquences.

Non, nous pouvons seulement y adhérer, y participer tout en respectant les règles du jeu.

Car une goutte d’eau dans une rivière ne va pas dicter ses règles au fleuve…

 

S’il tient à survivre, l’Humain ne peut pas non plus tuer sa mère.

A moins de se comporter comme une tumeur cancéreuse qui finit par tuer son hôte – mais elle aussi y passe, au bout du compte.

On dit bien de ne pas mordre la main qui nous nourrit…

Ou comme me l’a dit un jour un Anglais avec beaucoup de franchise et d’humour (attention aux oreilles sensibles) : « Don’t shit in your own backyard ! »

Traduction : « Ne chiez pas dans votre propre arrière-cour » ;-/

Ou nous finirons emportés avec l’eau du bain… Et par manger nos déchets (c’est déjà le cas… plastique, pesticides, radioactivité dans l’eau, produits chimiques, etc.)

 

Car oui, la Vie sur Terre se joue dans un gigantesque circuit fermé où tout nous revient en boomerang un jour.

L’eau que nous buvons est tombée du ciel des milliards de fois, a été bue par les dinosaures, des hommes…, qui l’ont éliminée, puis elle a été absorbée et filtrée par le sol, bue puis évaporée par les arbres… again and again. A l’infini.

Aujourd’hui, le circuit fermé infini continue, mais avec des petits cadeaux en plus généreusement distribués par l’Homme ! 🙂

  • Hummm, c’est quoi ce goût ?
  • Tiens les poissons deviennent hermaphrodites ?
  • L’infertilité humaine augmente ?…
  • oO 

Respecter la Vie signifie également être en harmonie avec le vivant de tout bord : animaux, insectes, flore, humains.

L’Homme fait partie de la Vie, de la Nature. Il n’a aucune supériorité.

Chaque espèce a droit à un espace pour vivre en harmonie avec les autres. Au lieu de cela, nous assistons à l’atrophie des espaces naturels. La faune souffre et nous nous mettons nous-mêmes en danger en étant de ce fait, au contact de virus dangereux et en détruisant l’écosystème.

 

Respecter la Vie veut dire aussi de mettre de la conscience dans nos actions.

Par exemple, quand on mange de la viande.

Faut-il diaboliser les mangeurs de viande ? Malgré mon amour pour les animaux, je ne le pense pas car tout le monde ne peut pas être végétarien (parlez-en à un médecin ayurvhédique ou chinois…).

Mais respecter la Vie veut dire que si on mange de la viande, il est louable de d’abord :

  • en manger raisonnablement,
  • choisir quelle viande on mange (mode d’élevage et d’abattage),
  • de remercier la Nature pour ses bienfaits,
  • puis d’avoir du respect pour l’animal de qui on prend la vie,
  • remercier en conscience tous les intermédiaires qui ont permis que cette viande arrive dans notre assiette
  • et enfin d’honorer la viande.

Il en va de même pour les vêtements à base de cuir comme nos chaussures. Remercions en conscience l’animal et la Terre d’où ils proviennent.

L’Homme se doit de faire le maximum pour respecter la Vie au cœur de ses actions quotidiennes.

Je vous invite donc à vous poser ces questions :
• Que puis-je faire pour respecter la Vie d’avantage dans mon existence ?
• Par mes décisions, par mes actions, au quotidien : que puis-je faire pour respecter la Vie qui est en moi et la Vie autour de moi d’avantage ?

 

Il peut s’agir de votre santé : en prenez-vous suffisamment soin ? Ecoutez-vous ce que vous dit votre corps souvent malmené ?

Ou vous croyez-vous supérieur dans votre tête au point de penser qu’il va pouvoir continuer tel un robot sans sourciller ou telle une bourrique qu’on cravache, tout droit vers le burn-out ?

Vous pouvez acheter votre viande directement à un éleveur qui fait de l’élevage à petite échelle, écologique, avec des animaux heureux et bien traités.

Ou je vous invite encore à ne pas tirer toute la couverture à vous.

Ainsi, vous pouvez respecter la Vie des autres formes de vie autour de vous en acceptant de partager.

Dans une certaine mesure, faites des offrandes aux animaux, nourrissez les oiseaux, les hérissons… au lieu de vouloir à tout prix punir et tuer celui qui a mangé des fruits et légumes dans votre potager… Une taupe a fait des monticules sur votre pelouse ? Et alors, ça va vous tuer ?

Pour reprendre la déclaration limpide d’un maraîcher biologique vu à la TV : « Dans la Nature, chacun prend sa part, sans nuire à l’ensemble ».

Or les indiens d’Amérique, dégoûtés par le pillage/saccage des ressources de Terre-mère par les Hommes Blancs et leur individualisme, n’ont-ils pas fini par les appeler ceux qui prennent ?

Alors donnez mes amis ! L’Homme n’est pas le seul à avoir le droit de vivre !

 

 

Redonnez à la Vie un peu de ce qu’elle vous donne gratuitement chaque jour. En Amérique du Sud, la première gorgée de chicha n’est-elle pas offerte avec déférence à la Pachamama ?

Mais vous pouvez également commencer par honorer votre nourriture. Ce sera déjà bien !

Loin des bondieuseries du bénédicité, il est intéressant de retrouver le respect du travail de tous ceux qui ont contribué à ce que vous puissiez manger votre nourriture, à commencer par la Nature qui donne sans compter. Et d’honorer la vie de l’animal dont vous mangez peut-être la chair.

Je vous invite donc à retrouver le sens de la gratitude et du respect !

Cela est valable aussi pour le monde professionnel. Chaque manager, chaque collaborateur… Mais aussi chaque entreprise devrait s’interroger à tous les niveaux de ses process de production pour savoir si elle respecte la Vie ? Depuis sa raison d’être jusqu’aux sites d’extraction, de production, de commercialisation…

 

Nourrir la Vie…

… D’abord en soi

Nourrir la Vie de joie, de santé, d’amour, de choses positives…

En ayant des relations sociales de qualité, en prenant soin de sa santé physique et psychique, en s’aimant assez pour se donner du bon et se faire du bien, en refusant ce qui nous détruit.

On nourrit aussi la Vie quand on garde le lien avec la Nature et que l’on vit en harmonie avec elle.

En chamanisme, l’harmonie et l’équilibre en l’Homme mais aussi entre l’Homme et son environnement sont des principes clés.

Malheureusement, la jeune génération est souvent déracinée et a perdu le lien avec la Nature, sa mère.

Combien de Smombies marchent les yeux rivés sur leur téléphone portable au point d’en avoir des accidents ? Combien s’abrutissent sur des jeux vidéo… ?

Beaucoup de travailleurs deviennent malades car enfermés dans un bureau toute la journée ou en usine en 3×8 , travaillent de nuit…

Or, il est prouvé que la Nature joue un rôle essentiel dans la santé psychique et physique, ne l’oublions pas.

Alors cessons de vivre et de travailler en abîmant notre santé, en ne respectant pas le biorythme de l’Homme ou en grandissant hors sol.

 

… Autour de soi

Nourrir la Vie s’incarne aussi dans le fait d’accomplir quelque chose qui a du sens et qui nous comble de joie.

Comme le dit Satish Kumar : le sens de la Vie est de trouver la joie.

Comment ?

Selon lui, notre activité professionnelle doit avant tout préserver la Nature, puis nourrir notre âme, et enfin être au service du monde.

Pour ma part, j’irais plus loin justement en remplaçant le terme de Nature par celui de la Vie.

Alors, nourrissez la VIE dans vos choix, à commencer par vos choix de consommation.

 

Devenez un consom’acteur :
• Qu’est-ce que j’achète ?
• D’où cela vient ?
• Qui je soutiens et quel choix de société est-ce que je cautionne en achetant tel produit ?

Par exemple, saviez-vous que la population des éléphants asiatiques du Laos ne dépasse pas les 1000 individus et qu’ils ne reproduisent plus ? Autrefois, le Laos était appelé le pays au million d’éléphants… En plus d’être isolés à cause de l’invasion et du morcelage de leur milieu de vie par l’Homme, les éléphants sont épuisés. Ils servent de bête de somme à l’industrie du bois exotique comme le Teck, qu’ils sont forcés d’aller chercher sur des terrains toujours plus dangereux. Ils n’arrivent plus à se reproduire…

Je vous pose la question : cela vaut-il le coup d’acheter des couverts ou des meubles en teck, au prix de cette destruction et de cette souffrance ? Sans parler des milliers de kilomètres parcourus pour arriver jusqu’à nous ? N’y a-t-il pas assez de bois dans notre pays ?

Pour nourrir la Vie autour de vous, vous pouvez aussi contribuer à des associations qui soutiennent des causes importantes à vos yeux.

Et par pitié, pensez aux animaux ! Ils sont trop souvent oubliés au profit d’actions exclusives pour les humains…

 

Alors pour nourrir la Vie autour de vous, je vous invite à vous poser ces questions :
• Que puis-je faire pour trouver la joie dans ma vie et ainsi nourrir la Vie ?
• Est-ce que je nourris la Vie en moi par mon travail et mon mode de vie ? Ou bien mon travail me rend-il malade ?
• Et est-ce que je nourris la Vie autour de moi par mes actions, par mon travail : détruit-il la Vie autour de moi ?
• Est-ce que la Vie pourrait se passer de mon travail ? Si mon travail disparaissait, quelles en seraient les conséquences ?
• La Vie est-elle au cœur de mon action ? En quoi suis-je au service de la Vie ?

Ces questions sont intéressantes à se poser, que vous soyez simple citoyen, mais aussi entrepreneur ou gérant de société, dirigeant aux commandes de l’Etat.

Car si notre société veut s’en sortir, elle doit remettre la VIE au centre et donc remettre le Sens du travail humain et le Sens de la vie au premier plan.

 

Managers, entrepreneurs, dirigeants, salariés… Tous doivent remettre la Vie au centre.

Car à quoi rime de continuer à voir l’être humain comme un simple outil de production dans un système libéral dont la seule finalité n’est que de maximiser le profit ??

Le travail n’est pas une finalité, il n’est qu’un moyen. Mais pour produire quoi ? Posez-vous la question !

Si vous réfléchissez et que vous remontez à la source de toute action humaine : seul ce qui est en lien avec la Vie est important.

Tout ce qui est vraiment utile à ce monde, les métiers essentiels, sont ceux qui nous permettent de continuer à vivre, ceux qui nourrissent la Vie finalement.

 

 

Cette société moderne a perdu depuis longtemps le lien à la Vie.

Elle a sacrifié l’intérêt suprême sur l’autel productiviste et libéral au point de mettre en péril sa propre survie !

A commencer par la gestion des hôpitaux et de la filière de santé. Quelle belle débâcle durant la crise du Covid-19 !

Comment peut-on décider de gérer des établissements de santé selon des critères de rentabilité et en flux tendu, que l’on applique dans des magasins ?

Comment peut-on soigner des malades en leur donnant de la nourriture « morte », sur-cuite et avec pesticides inside, au nom des fameuses normes d’hygiène ? Cette même nourriture qui finit souvent à la poubelle car elle n’a pas de goût… Tout le monde connaît la réputation de la nourriture d’hôpital !

Que dire de toute la chaîne de production des biens industriels ?  De l’obsolescence programmée ?

Et comment, quand on est sain d’esprit, peut-on concevoir un produit avec des composants qui ont été produits en polluant, qui pour la plupart abîment notre santé et ne sont pas recyclables au final ?

Nucléaire, plastique, mélaminé, couche-culottes, pesticides, sable bitumeux, pillage du sable des plages pour faire du béton, des aliments qui font des milliers de km au nom du sacro saint « moins cher »…

Les gens croient-ils que leurs déchets se vaporisent une fois à la déchetterie alors qu’au final la plupart sont enterrés ?

La folie s’est emparée de l’Etre humain « civilisé ».

Depuis quand Homo detritus nourrit-il la Vie ?

 

S’abandonner à la Vie

Combien d’entre nous ne vivent que dans la peur, parfois inconsciemment ?

Peur de perdre son travail, Peur de manquer d’argent, Peur de mourir, Peur de vivre… ?

Tous vos choix sont-ils dictés par un « Non », « Et si ? », « Oh mon Dieu !»

Quand vous observez cela en vous, vous vous rendez compte qu’il n’y a que deux attitudes possibles et qui sont à la source de toute décision : l’amour ou la peur.

Et s’il était temps de se rappeler que le principe de la Vie, c’est le changement et l’évolution ?

Et s’il était temps d’arrêter de souffrir en résistant de toutes ses forces à un saut inévitable au bout du compte ?

Et s’il ne suffisait que d’accueillir le changement pour embrasser la vie enfin ?

 

 

Chaque période de crise (comme celle du confinement) nous met toujours face à nos dilemmes, nos questionnements, nos luttes intérieures que nous avons repoussées jusque-là, ne sachant trop qu’en faire…

Et à l’issue de ces moments critiques, se trouve toujours une transformation, un repositionnement, des choix nouveaux.

Alors, quels changements votre âme appelle-t-elle de ses vœux ?

 

Je vous invite à vous poser ces questions :
• Qu’est-ce qui m’empêche de m’abandonner à la Vie ?
• Qu’est-ce que je ne veux plus, que je veux lâcher pour m’abandonner à la Vie ?
• De quelles peurs ou quelles croyances dois-je me libérer pour suivre le courant de la Vie, suivre l’appel de mon âme et de mon cœur, apporter ma pierre à l’édifice ?

 

En un sens, réjouissez-vous du changement qui s’annonce, de l’effondrement de ce système à bout de souffle et inhumain.

Comme Rémi, cet ancien informaticien qui a quitté son emploi et s’est mis au vert dans le Cantal.

Il est collapsologue. Cela signifie qu’il est convaincu de l’effondrement imminent de notre civilisation. Au micro de France 2, il déclare :

« On va passer une période qui ne sera certainement pas drôle, mais c’est passionnant de se dire qu’on va peut-être participer à la reconstruction d’une nouvelle civilisation… Notre société nous a déconnectés de la Terre. Et là, on est en train de se rendre compte qu’on a atteint les limites, donc on va devoir se reconnecter à la Terre… Ça c’est forcément quelque chose d’intéressant et on va reconstruire… Donc c’est quand même passionnant ! »

Alors sautez dans la piscine mes amis !

 

Engagez-vous dans quelque chose qui a du sens, qui nourrit la Vie et vous comble de Joie.

Repensez vos actions, votre activité professionnelle, vos choix.

Interrogez-vous sur ces trois axes :

Respecter la Vie – Nourrir la Vie – S’abandonner à la Vie

 

Ne vous inquiétez pas, l’existence humaine n’est qu’un jeu cosmique. Vous pouvez expérimenter.

Non, vous n’allez pas mourir si vous tentez quelque chose de nouveau, si vous changez et allez vers l’inconnu. Un inconnu riche de renouveau.

Comme le dit Patricia Darré : « N’ayez pas peur de la vie » !

Il vous appartient de poser des actions pour devenir celui que vous voulez être au service du monde. Et cela peut déjà être dans l’engagement associatif ou dans un nouveau métier, voire les deux.

Vous pouvez changer car cela est dans l’ordre des choses… La Vie le veut !

 

Nous sommes à l’aube d’un changement majeur de société.

Nous avons tout un modèle sociétal à repenser et à rebâtir, en mettant la Vie au centre.

Jacques Attali l’appelle « l’industrie de la vie », au service de la seule et meilleure société possible : une société altruiste et empathique, qui placerait la Vie, la culture, la santé, l’environnement… avant le profit.

Nous sommes à un carrefour : soit nous prenons la tangente pour s’engager dans un nouveau modèle de développement, soit nous retournons à nos errements consuméristes à tout va… Soit nous revoyons notre échelle de valeurs, soit nous continuons à danser sur le pont du Titanic.

Quoique l’Homme décide, le monde ne sera assurément plus le même après la crise du Covid-19.

Pourtant, nombreux sont ceux qui ne mesurent pas encore la portée de cet événement. Ceux qui font encore des vidéos potaches sur FB et s’amusent tels des enfants découvrant l’école buissonnière, risquent fort de se réveiller avec la gueule de bois.

Oui, l’arrêt brutal de l’économie aura des conséquences graves…

Mais peut-être provoquera-t-il aussi un sursaut plus que nécessaire ?

Conjugué au confinement obligatoire, il va être immanquablement pour beaucoup, l’occasion d’une remise en question profonde de leur vie et priorités.

Il va être aussi le théâtre de prises de conscience salutaires. Et de cette introspection forcée pourra naître un désir de transformation viscéral.

Il appartiendra alors à chacun de privilégier l’essentiel, de monter dans le train à son niveau et de lui faire éviter le mur, au lieu d’attendre un miracle face à l’inévitable.

J’entends souvent dire : « Il faut sauver la planète ! »

Hélas ou plutôt heureusement : non !

La planète en a vu des vertes et des pas mûres. Elle nous survivra TOUS, même avec une petite indigestion nucléaire et chimique.

C’est surtout la Vie à sa surface que nous devons sauver, nous inclus !

Chaque crise est une merveilleuse occasion de croissance et donc de transformation.

Suivez la Vie en vous. Suivez son appel. 

Il est temps.

Car nourrir la Vie et la suivre débouche forcément sur de la Joie.

Comment baisser sa charge mentale grâce aux mudras ?

Comment baisser sa charge mentale grâce aux mudras ?

La charge mentale n’est pas une fatalité. Outre les techniques d’organisation, il existe des alliés précieux pour optimiser notre fonctionnement et diminuer la charge mentale. Laissez les mudras, véritables gestes de pouvoir, venir à votre secours !

lire plus
Comment bien parler en public grâce aux mudras

Comment bien parler en public grâce aux mudras

Outre l’entrainement pour bien parler en public, il existe des techniques redoutables pour s’améliorer et nous soutenir durant cet exercice exigeant. Voici quelques gestes de pouvoir, des mudras, afin de performer et bien parler en public.

lire plus

Mary Mann : Catalyseur de transformation Pro et Perso

 

Thérapie Et Reconversion Professionnelle en Quête de sens

Pour vivre et concevoir le travail, autrement !

Et être bien dans sa tête et dans son travail

Je vis en Bretagne mais je travaille partout (grâce à internet) !

Lieu-dit Le Léty  -  FR-56250 TREDION

Tel : +33.(0)6 02 31 82 85

mm[@]marymann.fr 

  • Thérapie brève à distance (psychopraticienne) : Libération des émotions, régression et libération vies antérieures, libération mémoires transgénérationnelles (épigénétique), développement personnel
  • Bilan de compétences Orientation & Sens de Vie® : Bilan de compétences avec dimension spirituelle, pour reconversion professionnelle en quête de sens et alignée spirituellement (Bilan de Compétences en Ligne, à distance) Bilan de compétences homologué CPF
  • Atelier Relation à l'Argent (libération de votre histoire et de vos croyances limitantes pour faire la paix avec l'argent, aller vers la fluidité financière et un entrepreneuriat prospère)
  • Mudra-thérapie : 1ère professeur et mudra-thérapeute en France, certifiée Sabrina Mesko, d'après l'enseignement de Yogi Bhajan - Art énergétique millénaire de bien-être et de développement personnel
  • Soin chamanique - chamanisme
VANNES - MORBIHAN - BRETAGNE - FRANCE
  PAR SKYPE & ZOOM

Reconversion professionnelle : la principale erreur à éviter

Reconversion professionnelle : la principale erreur à éviter

Mary Mann

Mais à laquelle personne ne pense !

Quand travailler rime avec souffrance, on pense souvent qu’il ne s’agit que d’une problématique professionnelle. Or, la sphère personnelle et notre vécu impactent nos conditionnements. Notre réalité est donc souvent déformée. Quelle est la meilleure chose à faire en première intention, afin de clarifier la situation et s’épanouir au travail ? Ne faites pas la même erreur que tout le monde !

Transcription

Reconversion professionnelle : la principale erreur à éviter

 

« Je voulais vous partager quelque chose qui est vraiment une synthèse, qui m’est apparue tout à l’heure de façon extrêmement claire et limpide. Par rapport à mon expérience, en tant que thérapeute et accompagnante pour la reconversion professionnelle en quête de sens…

Une petite présentation d’abord, je suis Mary Mann, et j’allie à la fois la thérapie et la quête de sens, au service des salariés et des entrepreneurs qui veulent être bien dans leur tête et dans leur job.

Donc, je vais vous parler d’une cliente qui m’a fait finalement vraiment prendre conscience de quelque chose…

C’est une nouvelle cliente qui est venue me demander une chose que je n’avais jamais fait pour personne. Mais qui me paraît très logique dans l’évolution de mon activité…

C’est une entrepreneuse qui est dans la thérapie, dans l’accompagnement de la souffrance, et qui a besoin aujourd’hui de repositionner son activité.

Et elle est dans une souffrance elle-même parce que la FORME de son business actuel ne lui correspond plus du tout.

Et elle sent depuis un moment qu’elle a besoin d’évoluer et de changer sa façon d’exercer. Et de restructurer aussi ses prestations.

En fait, elle a eu un flash en voyant mon site, en lisant des articles que j’avais écris, des choses comme ça… Elle a vraiment eu un coup de cœur.

Et elle a senti qu’intuitivement elle voulait travailler avec moi. Donc c’est super.

Et suite à différents échanges avec elle, j’ai vraiment conscientisé qu’en fait, quand les gens veulent changer de métier, se reconvertir, ou qu’un entrepreneur veut repositionner son activité…

Finalement, le problème de base est le MÊME.

C’est que les gens pensent avant tout que le problème vient du TRAVAIL, et que ce n’est qu’une problématique professionnelle :

  • C’est-à-dire qu’il faut changer de travail,
  • changer sa manière de travailler,
  • Ou changer de métier

Alors qu’en fait – et c’est une constante – les gens éludent une problématique essentielle qui est souvent à la BASE et qui s’exprime au travers de leur vie professionnelle.

C’est leur VÉCU !

C’est pour cela que je fais aussi de la thérapie.

Et c’est vraiment le « gros » de mon métier et il est au cœur, et à la source même d’une reconversion professionnelle.

Car quand on parle de changement…

On ne peut PAS faire abstraction de changement sur SOI.

C’est INEVITABLE.

Parce que toutes les problématiques professionnelles sont souvent des miroirs de schémas que nous avons en nous, que nous subissons depuis l’enfance.

De plus, quand on n’ose pas quitter un travail, c’est qu’on a des peurs. Qui sont elles-mêmes des schémas limitants hérités de notre vécu… Que ce soit sociétal, familial etc.

Mais ce sont des constructions mentales en fait.

Que nous devons éclater pour pouvoir « sauter le pas », faire autre chose, et OSER vivre vraiment dans la liberté et faire des choix importants et fondamentaux pour Soi.

Donc c’est tout cela qu’il est essentiel de comprendre quand on veut changer de travail.

Il faut d’abord bosser sur SOI.

Et si ça n’a pas déjà été fait : encore plus !

 

 

Parce qu’en fait, quand vous voulez changer de travail, vous évoluez. C’est que vous avez évolué intérieurement.

Votre « ancien costume » n’est plus adapté à qui vous êtes aujourd’hui.

Que ce soit dans le salariat, dans l’entrepreneuriat… Quelque chose a bougé. Et donc c’est comme une mue de papillon, une chenille qui se transforme.

Le costume devient inadéquat ou trop petit.

Donc il faut l’abandonner. Et pour l’abandonner, eh bien déjà, il faut en être conscient, regarder les choses en face. ET ensuite, il faut s’y attaquer !

Je voulais partager ça. Car c’est réellement une constante chez toutes les personnes que je rencontre et que j’accompagne.

Souvent, les gens ne comprennent pas, ils ne conçoivent pas cela de prime abord.

En fait, il y a un travail à faire sur eux pour qu’ils puissent FAIRE ce qu’ils veulent et ETRE comme ils veulent

C’est un très bon résumé.

Quand vous voulez passer à une version 2.0, c’est simple. Cela signifie que vous voulez passer à une version supérieure, et logiquement à une version qui est MIEUX.

 

 

Donc cela sous-entend :

  1. abandon du vieux costume
  2. et transcendance de votre vécu, de la personne que vous étiez ! Que vous ne pouvez plus être !

Les fausses identités, LA fausse identité dans laquelle vous viviez, vous ne pouvez plus la supporter finalement !

Vous avez besoin de passer à autre chose. Et pour cela, il faut vous en donner les moyens et avoir vraiment une authenticité…

Comment est-ce que je pourrais dire… Une clairvoyance… Une vérité que vous devez affronter et elle est celle-là :

vous ne pouvez pas passer outre, à un moment donné, sur le fait de faire un travail sur VOUS.

Pour démarrer, allumer la mèche !

 

Que ce soit d’ailleurs à n’importe quel stade de la reconversion, que ce soit pour finalement changer de travail… ou PAS !…

En effet, j’ai plein de clients qui finalement ne changent pas de travail.

Ils s’en trouvent bien mieux après avoir bossé sur EUX en première intention.

Et si c’est réellement le travail.

Eh bien voilà enfin pour oser le faire, pour oser dire Non, pour oser dire Oui à d’autres choses que vous n’aviez pas le courage de saisir AVANT !

 

Tous ces changements arrivent quand on bosse avec moi et je les ai constatés chez mes clients

 

Et enfin, pour finalement oser passer à une autre dimension dans son métier…

La cliente dont je vous parlais au début, qui est venue vers moi récemment, et je trouve cela passionnant de l’accompagner.

En très peu de temps, en 2 rendez-vous, on a compris – au début elle venait pour le pro, pour le pro – elle a commencé à parler d’elle, et bien sûr j’ai amené le sujet…

Elle a compris – et c’était super cohérent ! – que concernant son cœur de métier, tous ses freins à changer, ils étaient liés à sa vie.

A sa vie de femme, à toutes ses blessures de vie et tout ce qu’elle se traînait comme casseroles depuis l’enfance… – Et que la vie lui avait bien sûr resservies dans sa vie personnelle ! –

Eh bien, tout ça était très logique avec tous les blocages qu’elle rencontrait main-te-nant pour changer son activité.

 

 

Donc, je pense que je vous tiendrai au courant. En tous cas, via mon site.

Quand j’aurai avancé dans l’accompagnement de cette cliente. Parce que j’ai eu intuitivement le ressenti que cela pouvait déboucher sur une nouvelle prestation, parallèle à Orientation & Sens de Vie®.

Donc ce serait adapté aux entrepreneurs. Ce serait véritablement pour qu’ils passent au niveau supérieur dans leur activité.

Qu’ils repensent leur activité pour l’incarner, qu’elle soit alignée et surtout cohérente avec QUI ils sont et qu’ils se sentent complètement libres d’exprimer qui ils sont au travers de leur business.

Que ce soit super cohérent, qu’ils soient heureux !

Que leur activité soit vraiment source d’épanouissement profond.

Que ce soit en totale résonance avec qui ils sont et ce qu’ils ont envie d’apporter au monde.

Voilà. Merci. A bientôt ! » 

Ainsi, en matière de reconversion, vouloir faire du neuf avec du vieux peut vite se révéler improductif. Rester bloqué dans une ancienne identité et de vieux schémas limitants constituera tôt ou tard un obstacle dans votre progression professionnelle et votre savoir-être. Parfois, cela pourrait même vous mener à une erreur d’aiguillage… Ceci est d’autant plus vrai, s’il s’avère que vos envies sont ambitieuses et représentent un virage professionnel à 180 degrés qui vous tétanise. Même si vous êtes animé d’une grande motivation dans votre reconversion, sachez que vouloir une transformation professionnelle sans se transformer soi, sera un frein un jour ou l’autre. En effet, tout projet de reconversion professionnelle vous amènera inévitablement à bosser sur vous. Et encore plus dans un projet entrepreneurial.

Alors, afin de vous propulser plus rapidement vers le meilleur, autant le faire dès le début, non ?

 

Comment baisser sa charge mentale grâce aux mudras ?

Comment baisser sa charge mentale grâce aux mudras ?

La charge mentale n’est pas une fatalité. Outre les techniques d’organisation, il existe des alliés précieux pour optimiser notre fonctionnement et diminuer la charge mentale. Laissez les mudras, véritables gestes de pouvoir, venir à votre secours !

lire plus
Comment bien parler en public grâce aux mudras

Comment bien parler en public grâce aux mudras

Outre l’entrainement pour bien parler en public, il existe des techniques redoutables pour s’améliorer et nous soutenir durant cet exercice exigeant. Voici quelques gestes de pouvoir, des mudras, afin de performer et bien parler en public.

lire plus

Mary Mann : Catalyseur de transformation Pro et Perso

 

Thérapie Et Reconversion Professionnelle en Quête de sens

Pour vivre et concevoir le travail, autrement !

Et être bien dans sa tête et dans son travail

Je vis en Bretagne mais je travaille partout (grâce à internet) !

Lieu-dit Le Léty  -  FR-56250 TREDION

Tel : +33.(0)6 02 31 82 85

mm[@]marymann.fr 

  • Thérapie brève à distance (psychopraticienne) : Libération des émotions, régression et libération vies antérieures, libération mémoires transgénérationnelles (épigénétique), développement personnel
  • Bilan de compétences Orientation & Sens de Vie® : Bilan de compétences avec dimension spirituelle, pour reconversion professionnelle en quête de sens et alignée spirituellement (Bilan de Compétences en Ligne, à distance) Bilan de compétences homologué CPF
  • Atelier Relation à l'Argent (libération de votre histoire et de vos croyances limitantes pour faire la paix avec l'argent, aller vers la fluidité financière et un entrepreneuriat prospère)
  • Mudra-thérapie : 1ère professeur et mudra-thérapeute en France, certifiée Sabrina Mesko, d'après l'enseignement de Yogi Bhajan - Art énergétique millénaire de bien-être et de développement personnel
  • Soin chamanique - chamanisme
VANNES - MORBIHAN - BRETAGNE - FRANCE
  PAR SKYPE & ZOOM

Quitter ou rester dans son travail ?

Quitter ou rester dans son travail ?

Mary Mann

Se casser ou pas : that is the question !

Vous ressentez le besoin de changer de travail ? Lassitude passagère, conditions de travail insatisfaisantes ou désir de transformation plus profond… Chaque fois que vous songez à sauter le pas, la sécurité de l’emploi et la peur de l’inconnu finissent par vous faire reculer. Comment vous assurer de faire le bon choix ? Et puis partir est une chose. Mais comment trouver le job suivant qui fera sens pour vous et vous conviendra ? Voici quelques pistes de réflexion pour y voir plus clair.

Quitter son travail pour de bonnes raisons : 6 critères pour vérifier

Votre désir de partir ne cacherait-il pas autre chose ?

Changer de travail est un projet important. Il est donc fondamental de partir pour de bonnes raisons, c’est-à-dire dans l’optique de construire quelque chose et non pour fuir et échapper à une situation.

Vous devenez ainsi acteur de votre vie. Vous agissez au lieu de réagir avec le risque de retomber plus tard dans un schéma identique, car le problème n’aura pas été résolu.

Même si certains signes ne trompent pas, si vous vous apprêtez à fuir votre travail en croyant que c’est la solution à votre mal-être, vous devez vous demander si vous avez déjà rencontré les mêmes difficultés dans un précédent emploi.

En effet, beaucoup de gens veulent changer de travail, mais ne soupçonnent pas que cette première « solution » cache souvent un autre souci qu’ils préfèrent ignorer. Cela est d’autant plus vrai si leur vécu est compliqué. Ils traînent, dans la plupart des cas, des « casseroles » qui impactent leur comportement et leur vision des choses, et leur portent préjudice.

Alors, si vous voulez quitter votre travail actuel, interrogez-vous d’abord sur les points suivants :

– Est-il question d’une lacune que vous pouvez combler en suivant une formation ?
– Vous reproche-t-on plutôt un problème récurrent de savoir-être et de relationnel ?
– S’agit-il d’un manque de savoir-faire comme bien parler en public que vous pourriez travailler pour progresser et devenir plus à l’aise ?
– Est-ce un blocage ou un schéma comportemental lié à votre histoire personnelle, comme une peur de décevoir permanente (manque d’estime de soi) qui vous pousse à vous mettre toujours trop de pression et vous mène tout droit vers le burn-out ?
– Ou est-ce encore une blessure d’injustice ou de rejet qui fait que chaque réflexion ou refus vous fait souffrir de manière disproportionnée ?

N’y a-t-il pas là quelque chose à travailler, dès maintenant, afin d’améliorer votre bien-être au travail ?

Souvent, cette première introspection améliore grandement les choses et change la donne. Un certain nombre de mes clients ne quittent finalement pas leur poste après avoir travaillé sur EUX en première intention !

Et s’ils souhaitent toujours changer de job, ils se sentent bien plus sûrs d’eux pour engager des actions. Leur horizon s’éclaircit et ils sont alors prêts à se reconvertir ou à assumer d’autres responsabilités.

D’ailleurs, ce travail thérapeutique leur évite aussi de retomber dans les mêmes travers comportementaux dans leur futur emploi.

Ainsi, les raisons qui poussent à changer de travail doivent être mûrement réfléchies et analysées.

 

Est-ce une question de salaire ?

« Tout travail mérite salaire », mais vous estimez être sous-payé.

Vous aimeriez gagner plus, mais malgré vos demandes insistantes et vos très bonnes appréciations, vous n’obtenez pas satisfaction. De plus, vous savez, de sources officieuses, que des inégalités existent au sein du service. Ce qui n’arrange pas votre humeur.

Ne partez pas sur un coup de tête !

Prenez le temps d’analyser le niveau de salaire sur le marché de l’emploi, pour un poste semblable au vôtre. Si les résultats confirment vos doutes, alors foncez vers un job mieux payé. Dans le cas contraire, plusieurs options se présentent à vous, en voici quelques-unes :

– Négocier un changement de poste en interne mieux rémunéré, en mettant en valeur votre bonne connaissance de l’entreprise, votre parcours, votre envie d’évoluer, vos points forts, etc.
– Entreprendre une formation continue diplômante dans votre domaine, qui vous permettra de monter en compétences et de prétendre à de meilleurs postes ou pour le moins à un meilleur salaire.

 

Votre qualité de vie est-elle satisfaisante ?

Ras-le-bol des trajets à rallonge et des embouteillages qui vous empêchent de profiter des soirées en famille ou avec des amis ? Assez des journées de 12 heures et des weekends à potasser sur une avant-vente stratégique ?

Vous aimeriez peut-être pouvoir :
– venir chercher vos enfants à l’école,
– recommencer en toute sérénité vos cours de théâtre, de Pilates, ou toutes autres passions qui contribuent à votre épanouissement et à prendre soin de vous,
– ou tout simplement faire des journées normales de travail.

Vous sentez la déprime et la démotivation s’installer en vous. Vous aspirez secrètement à un changement de vie.

Avant de frôler le burn-out à cause de tout ce stress, vous pourriez peut-être négocier un temps partiel ou la mise en place d’un dispositif de télétravail avec votre employeur qui vous permettrait de limiter la durée de transport, et de dégager du temps libre pour vous ?

Commencez aussi à étudier les caractéristiques de l’emploi idéal selon vos aspirations.

A quoi seriez-vous prêt à renoncer pour profiter d’une meilleure qualité de vie ? Est-ce le salaire, l’environnement, le type métier, etc. ? Ces réflexions vous permettront de savoir dans quelle direction aller lorsque tous les recours auprès de votre hiérarchie auront été épuisés.

 

Envie de changer d’emploi ou de métier ?

La nuance est importante.

Votre environnement professionnel est presque parfait. Tout se passe bien avec vos collègues. Votre salaire est plutôt honnête. Et par-dessus tout, vous affectionnez votre métier.

Mais pourquoi ressentez-vous ces derniers temps un sentiment de mal-être diffus ? Est-ce le manque de reconnaissance des managers, une défaillance de la hiérarchie ou encore une mauvaise organisation qui vous irrite ?

Vous sentez-vous indifférent, voire troublé, par le domaine d’activité ou par la finalité de votre entreprise ? Ils vont peut-être à l’encontre à la fois de votre éthique de vie et de vos valeurs ? Vous avez envie de travailler pour une société plus humaine et morale, qui apporte une meilleure contribution au monde ?

À moins d’un changement radical d’un côté ou de l’autre, le désamour entre vous et votre entreprise n’est pas près de s’arranger : l’objet de la discorde touche l’essence même de chacun.

Alors, avant que cela ne génère une souffrance au travail, prenez les devants et scrutez les secteurs qui recrutent, surtout ceux qui correspondent à vos aspirations. Car il s’agit là probablement plus d’un souhait de changer d’emploi que de métier.

 

Votre métier a-t-il du sens pour vous ?

Votre travail vous ennuie profondément. Vos journées sont interminables et chaque tâche vous demande un effort surhumain. Vous n’avez aucun entrain.

Votre travail n’a aucun sens pour vous ? Vous ne comprenez pas les tenants et aboutissants de ce que vous faites et tout cela ne rime à rien à vos yeux. Votre fonction ne vous intéresse pas !

Pire, vous vous sentez souvent comme un chien dans un jeu de quilles. Vous avez l’impression d’avoir fait une erreur de casting (gloups) ?

Il se pourrait alors que vous vous soyez simplement trompé de voie, tel un amoureux de la nature qui se retrouve cantonné dans le remplissage de feuilles Excel, entre 4 murs en plein centre-ville.

Une reconversion serait alors nécessaire, encore faut-il savoir vers quoi ? Il est généralement difficile d’y voir clair seul, car on s’est souvent oublié en chemin et on a perdu son axe de vie

Une reconversion professionnelle alignée avec votre personne et votre envie de contribuer au monde différemment nécessite d’abord de faire un bilan de compétences approfondi afin de vous retrouver. Il portera notamment sur vos valeurs, vos centres d’intérêt, vos compétences et vos qualités.

Mais pas que ! Votre âme et le pourquoi de son incarnation auront aussi leur mot à dire… Ensuite, il s’agira de trouver un emploi qui est le plus possible au diapason avec ces éléments.

 

Avez-vous un projet en gestation ?

Prendre une année sabbatique pour parcourir le monde ? Tester l’entrepreneuriat ?

Si vous avez un projet qui nécessiterait de mettre votre travail entre parenthèses, quelque temps, pensez aux possibilités de congés exceptionnels souvent inconnus des salariés ! Renseignez-vous.

Peut-être même que votre entreprise acceptera de sponsoriser votre road-trip, comme cela s’est déjà vu ?
Levez vos doutes en vous informant au maximum et domptez vos peurs pour oser suivre vos rêves et agir.

Définissez le statut professionnel qui vous correspond

Vous avez maintenant la certitude qu’un changement de carrière est nécessaire. Mais entre le salariat et l’entrepreneuriat, votre cœur balance…

Rester dans le salariat ?

Vous avez peut-être besoin d’une certaine sécurité extérieure, car vous doutez de vous, de votre capacité à rebondir et de l’abondance que la vie pourrait vous offrir.

Certains ont confiance en eux au point d’oser faire le tour du monde sur un coup de tête et avec 1 $ en poche, mais vous n’avez pas forcément ce lâcher-prise et cette confiance en la vie !

En optant pour le salariat, vous disposez d’une sécurité matérielle. Bien qu’elle ne soit qu’apparente, car le tout-puissant CDI tend à s’affaiblir entre le recours accru aux CDD et à l’intérim, et les facilités de licenciement, le salariat vous offre néanmoins une certaine tranquillité d’esprit.

Si tel est votre ressenti, alors suivez-le sans hésitation et trouvez un poste en lien avec vos aspirations. Mais si vous êtes épris de liberté, il se pourrait que le salariat devienne trop étroit à vos yeux…

Devenir son propre patron ?

Vous cherchez l’aventure et tenez à créer quelque chose. Vous désirez vous exprimer davantage dans le monde et avec plus de liberté.
Alors, entreprendre ou pas ?

La tentation de l’entrepreneuriat est une vraie question :

– Vous êtes votre propre patron. Libre de mener votre barque, vous avez toute latitude pour mettre en œuvre des concepts qui vous sont chers.
– Vous maîtrisez votre destin et êtes à l’abri d’un licenciement décidé dans des sphères inconnues.
– Vous donnez du sens à votre travail. Ce luxe vaut tous les sacrifices que vous aurez à concéder.
– Vous bénéficiez pleinement des fruits de votre travail et ne dépendez plus d’une hiérarchie ou d’obscures négociations salariales.

Mais créer son entreprise possède aussi un revers de la médaille.

– Toutes les formalités prises en charge par l’employeur doivent désormais être gérées par vous-même, quoique le statut d’autoentreprise allège grandement les choses.
– Même si vous ne risquez pas de faire partie d’un plan social, votre activité est intimement liée à la santé économique. En cas de récession, vous serez probablement impacté.

Dans tous les cas, préparez scrupuleusement votre projet. Ne faites pas la tête brûlée et demandez conseil si nécessaire.

Car l’entrepreneuriat sans risques n’existe pas vraiment. Mais c’est aussi cette stimulation et adrénaline que vous cherchez, non ?

Il faut se lancer en ayant bien conscience qu’il est nécessaire de faire des concessions et sacrifices et de beaucoup travailler au démarrage.

Certains préféreront cumuler salariat et entrepreneuriat le temps de voir et d’atteindre une certaine sécurité. Tout dépend de chacun.

Pour ma part, je vous le déconseille.

Car cumuler les deux, risque de vous mener tout droit au burn-out ou de vous décourager au point de tout laisser tomber…

Le personnage de Yoda dans Star Wars dit « Fais-le ou ne le fais pas ». Sage conseil !

Alors, si l’entrepreneuriat a votre préférence, investissez-vous à 100 %, sinon vous n’avancerez pas comme vous le souhaitez.

 

Définir un projet professionnel aligné avec son âme

Votre business ou votre travail doit être une extension de vous-même. Vous devez pouvoir l’exercer avec plaisir et naturel, car vous y mettrez à profit vos talents et vos qualités au service du collectif.

Et la cause que vous servez doit valoir le coup et avoir du sens à vos yeux.

Alors, interrogez-vous d’abord sur votre essence spirituelle pour donner une âme à ce que vous souhaitez entreprendre ou trouver la cause que vous souhaitez servir.

Que voulez-vous accomplir au fond dans ce monde qui vous permettra de faire votre part tel le Colibri de Pierre Rabhi ?

Ce point nécessite une réelle introspection et un accompagnement afin d’avoir accès à certaines informations importantes et de mettre de la cohérence dans sa vie.

Dans tous les cas, n’espérez pas que l’Univers choisisse à votre place. Vous aurez certainement peur de faire ce pas. Mais c’est à vous d’initier un changement. Car tant que vous resterez dans l’attente et que vous laisserez vos peurs mener le navire (« Montrez-moi un signe ! Dites-moi quoi faire ! »), rien ne se passera.

Osez affronter vos peurs pour mieux les dépasser. Osez danser avec la vie. Osez être et faire des choix audacieux pour vous honorer, la loi des synchronicités fera le reste.

Décider de partir ou de rester dans son emploi demande de se poser les bonnes questions. Il faut que ce soit un vrai choix et non une fuite ou une décision dictée par la peur. Si certains ajustements permettent souvent de rester en poste, certaines aspirations personnelles poussent parfois à quitter le navire pour se réinventer professionnellement. Mais il se pourrait alors que la peur de l’inconnu vous assaille ainsi que la difficulté à choisir une nouvelle voie. Se faire accompagner pour les dépasser est déterminant, car l’épanouissement et l’harmonie avec soi sont à la clé. Sachez que tant que vous ne décidez rien, vous remettez finalement votre pouvoir dans la main des autres. Trancher est libérateur et ouvre la porte à un renouveau salvateur et stimulant.

 

Comment baisser sa charge mentale grâce aux mudras ?

Comment baisser sa charge mentale grâce aux mudras ?

La charge mentale n’est pas une fatalité. Outre les techniques d’organisation, il existe des alliés précieux pour optimiser notre fonctionnement et diminuer la charge mentale. Laissez les mudras, véritables gestes de pouvoir, venir à votre secours !

lire plus
Comment bien parler en public grâce aux mudras

Comment bien parler en public grâce aux mudras

Outre l’entrainement pour bien parler en public, il existe des techniques redoutables pour s’améliorer et nous soutenir durant cet exercice exigeant. Voici quelques gestes de pouvoir, des mudras, afin de performer et bien parler en public.

lire plus
Le CPF, c’est quoi ?

Le CPF, c’est quoi ?

Le CPF, encore un acronyme administratif… Le compte personnel de Formation cumule vos droits à la formation et vous suit tout au long de votre carrière. Mais où le créer ? Comment connaître ses droits ? Je vous dis tout…

lire plus

Mary Mann : Catalyseur de transformation Pro et Perso

 

Thérapie Et Reconversion Professionnelle en Quête de sens

Pour vivre et concevoir le travail, autrement !

Et être bien dans sa tête et dans son travail

Je vis en Bretagne mais je travaille partout (grâce à internet) !

Lieu-dit Le Léty  -  FR-56250 TREDION

Tel : +33.(0)6 02 31 82 85

mm[@]marymann.fr 

  • Thérapie brève à distance (psychopraticienne) : Libération des émotions, régression et libération vies antérieures, libération mémoires transgénérationnelles (épigénétique), développement personnel
  • Bilan de compétences Orientation & Sens de Vie® : Bilan de compétences avec dimension spirituelle, pour reconversion professionnelle en quête de sens et alignée spirituellement (Bilan de Compétences en Ligne, à distance) Bilan de compétences homologué CPF
  • Atelier Relation à l'Argent (libération de votre histoire et de vos croyances limitantes pour faire la paix avec l'argent, aller vers la fluidité financière et un entrepreneuriat prospère)
  • Mudra-thérapie : 1ère professeur et mudra-thérapeute en France, certifiée Sabrina Mesko, d'après l'enseignement de Yogi Bhajan - Art énergétique millénaire de bien-être et de développement personnel
  • Soin chamanique - chamanisme
VANNES - MORBIHAN - BRETAGNE - FRANCE
  PAR SKYPE & ZOOM

Comment savoir qu’il faut changer de travail ?

Comment savoir qu’il faut changer de travail ?

Mary Mann

Ben oui ! Faut se rendre à l’évidence !

Quand on se morfond dans un job, de nombreux signaux nous alarment sur notre état intérieur. Mais souvent nous ne voulons pas les voir ou les entendre de peur de regarder la situation en face, de devoir sortir de notre zone de confort et d’affronter notre peur du changement. Pourtant il y a des évidences… Et faire l’autruche ne changera ni la situation ni votre mal-être au travail ! Quels sont ces signes ? 

 

Tu sais que tu ne peux plus faire ce que tu fais quand…

 
  • tu te demandes à longueur de journée ce que tu fais là et si tu dois te casser ou pas
  • tu dis que tu as « X » années encore à tirer (comme en prison)
  • tu commences à envier les retraités
  • tu as l’impression que ton cerveau se liquéfie d’ennui (bore-out)
  • tu as l’impression de te consumer de l’intérieur (burn-out), le stress te bouffe
  • ton corps te lâche et somatise, tu as plein de Troubles Musculo Squelettiques
  • tu deviens insomniaque ou dépressif (ou les 2)
  • tu as le ventre en vrac avant d’aller bosser, pendant, après… le dimanche soir
  • le vendredi soir et les vacances sont un soulagement
  • tu préférerais te casser une jambe plutôt que d’y aller
  • tu soupires à longueur de journée
  • ce que tu fais n’a pas de sens : brown-out (ou que soudain tu as pris conscience du sens de ce que tu fais et que non ! Tu ne peux plus !)
  • tu réalises qu’il y a autant de différences entre l’emploi qu’on t’a vendu et celui que tu fais réellement, qu’entre le burger sur la photo au MacDo et celui qui arrive véritablement dans la boîte
  • ce que tu fais nuit aux autres ou à la nature , bref c’est ANTI-VIE et que ça te pose un cas de conscience
  • ce que tu fais est inutile et que ça te pose un cas de conscience
  • ce que tu es et ce que tu fais font tellement le grand écart à la J-C Vandamme que tu as mal aux adducteurs alors que tu ne fais pas de gym
  • tu ne supportes plus tes collègues et/ou tes supérieurs et ils te le rendent bien
  • tu réalises que la plupart de tes collègues sont aigris ou dépressifs et que tu ne veux pas finir comme eux
  • tu te transformes en concierge médisante au sujet des autres pour soulager ton mal-être
  • tu ne te nourris plus que de sucreries pour avoir un peu de plaisir et apaiser ta frustration
  • tu ne te nourris plus que de cochonneries industrielles réchauffées au micro-ondes car ça te saoule de préparer ta gamelle la veille et de te faire à manger le soir
  • tu en as marre de manger froid, de manger de la mal bouffe
  • tu en as marre de manger dans ta voiture, sur un parking par tous les temps…
  • aller travailler te revient plus cher que ça ne te rapporte (repas+essence+frais de voiture+thérapie)
  • toute ta vie se résume à ton travail
  • chaque jour s’apparente pour toi au mythe de Sisyphe malheureux
  • la moindre chose à faire dans ton travail t’épuise à l’avance (bore-out)
  • tes pauses café, cigarettes, pipi… se multiplient et s’éternisent car tu n’as pas envie de retourner bosser
  • tu fais plus de trucs perso au boulot que chez toi (bore-out)
  • tu passes ton temps à surfer sur internet ou envoyer des SMS perso (bore-out)
  • tu regardes tout le temps dehors, rêve, t’absente en esprit
  • tu réponds NON à la question de Steve Jobs
  • tu n’as qu’une envie : celle de t’enfuir
  • tu fantasmes sur le jour où tu aurais le courage de te casser : poser ta démission ou demander une rupture conventionnelle, faire ton coming out !
  • tu sais que ce n’est que la peur qui te retient de partir mais que tu ne sais pas comment la surmonter
  • tu ne te sens pas à ta place et c’est comme si ton travail ne voulait pas de toi
  • on te fait sentir que tu n’es pas à ta place et tout le monde te regarde en chien de faïence
  • tu es victime de harcèlement, de coups bas, de management psychopathe
  • tu en viens à te demander ce que tu as bien pu vivre dans une vie antérieure pour mériter ça !
  • tu es mis à l’écart comme un lépreux
  • tout le monde te fait sentir que tu dénotes par rapport aux valeurs et à la « culture » d’entreprise

 

Je vous laisse méditer cette scène d’anthologie de l‘auberge espagnole :

 

Comment baisser sa charge mentale grâce aux mudras ?

Comment baisser sa charge mentale grâce aux mudras ?

La charge mentale n’est pas une fatalité. Outre les techniques d’organisation, il existe des alliés précieux pour optimiser notre fonctionnement et diminuer la charge mentale. Laissez les mudras, véritables gestes de pouvoir, venir à votre secours !

lire plus
Comment bien parler en public grâce aux mudras

Comment bien parler en public grâce aux mudras

Outre l’entrainement pour bien parler en public, il existe des techniques redoutables pour s’améliorer et nous soutenir durant cet exercice exigeant. Voici quelques gestes de pouvoir, des mudras, afin de performer et bien parler en public.

lire plus
Le CPF, c’est quoi ?

Le CPF, c’est quoi ?

Le CPF, encore un acronyme administratif… Le compte personnel de Formation cumule vos droits à la formation et vous suit tout au long de votre carrière. Mais où le créer ? Comment connaître ses droits ? Je vous dis tout…

lire plus

Mary Mann : Catalyseur de transformation Pro et Perso

 

Thérapie Et Reconversion Professionnelle en Quête de sens

Pour vivre et concevoir le travail, autrement !

Et être bien dans sa tête et dans son travail

Je vis en Bretagne mais je travaille partout (grâce à internet) !

Lieu-dit Le Léty  -  FR-56250 TREDION

Tel : +33.(0)6 02 31 82 85

mm[@]marymann.fr 

  • Thérapie brève à distance (psychopraticienne) : Libération des émotions, régression et libération vies antérieures, libération mémoires transgénérationnelles (épigénétique), développement personnel
  • Bilan de compétences Orientation & Sens de Vie® : Bilan de compétences avec dimension spirituelle, pour reconversion professionnelle en quête de sens et alignée spirituellement (Bilan de Compétences en Ligne, à distance) Bilan de compétences homologué CPF
  • Atelier Relation à l'Argent (libération de votre histoire et de vos croyances limitantes pour faire la paix avec l'argent, aller vers la fluidité financière et un entrepreneuriat prospère)
  • Mudra-thérapie : 1ère professeur et mudra-thérapeute en France, certifiée Sabrina Mesko, d'après l'enseignement de Yogi Bhajan - Art énergétique millénaire de bien-être et de développement personnel
  • Soin chamanique - chamanisme
VANNES - MORBIHAN - BRETAGNE - FRANCE
  PAR SKYPE & ZOOM

Le délicieux basculement

Le délicieux basculement

Mary Mann

ou Le jour J du réalignement

Il est souvent difficile de sauter dans l’inconnu. C’est vrai. Or quand on arrive finalement à le faire, on se demande « My God, mais pourquoi ne l’ai-je pas fait plus tôt ?! » Le temps que l’on peut perdre à avoir peur de vivre est sidérant… Nous perdons déjà 1/3 de notre vie à dormir alors n’en rajoutons pas ! 😉 Le plus important est de ressentir cet appel de nos tripes et de l’écouter. Laissez-moi vous conter mon jour de « basculement délicieux » sur le plan professionnel.

Allez je prends mes clics et mes clacs et je me barre !

Je me souviens de ce délicieux basculement… Le jour J.

De ce jour où j’ai dit STOP à une vie professionnelle qui ne me convenait pas. De ce jour où j’ai posé un acte fort pour moi. Pour me dire « oui ». Enfin !
Ce jour où j’ai eu l’envie très forte de savoir ce que j’avais dans les tripes pour cesser de n’être qu’une pâle copie de moi-même. De sortir du bois.

Quand ce jour arrive il est à la fois terrifiant mais excitant. On le sent venir parfois pendant des mois voire des années… On le sent nous frôler, jouer au séducteur que l’on veut attirer puis qu’on repousse au dernier instant, pris d’une panique fiévreuse, n’osant trop répondre à notre pulsion première. « Mais non, je me trompe, personne ne fait ça, c’est dangereux, on ne m’a pas appris, que vont dire les autres ? C’est pas normal ça ! etc ».

Mais il revient à la charge et petit à petit on comprend que nous le voulons au fond de nous. VRAIMENT.

Oui, nous voulons aller vers cet inconnu qui nous inquiète autant qu’il éveille notre curiosité et excitation.

Une évidence apparaît. Mais nous n’osions pas nous l’avouer.

Cela faisait trop peur. Bien souvent la liberté fait peur. Mais nous avons également peur de nous tromper, peur du regard des autres, du jugement, de faire une « folie », de mourir oO ???… Notre mental, affublé de son scénariste catastrophe préféré, s’emballe…

Quand le doute s’efface…

C’est par là !

Mais à l’instant où on prend la décision de répondre à cet appel, on ne doute plus.

Déclic. Rubik’s cube. Les choses se mettent en place.

Bien sûr, on doute en surface, des tourbillons sont là, écumant la mer de nos émotions. C’est dans la nature humaine et ce ne sont que des émotions…

Nous sommes tout à la fois inquiets et grisés. Mais tout au fond de nous, l’océan est immobile, constant, dense et solide. Imperturbable.

Il sait notre Vérité. Nous sommes en connexion directe avec notre noyau dur, notre âme.

Et la magie opère, une sorte d’éruption se produit, une ouverture d’énergie puissante, un flot intarissable qui nous propulse vers un lendemain stimulant. Et nous savons que quels que soient les obstacles nous les franchirons, quels que soient les difficultés nous les accepterons…

Car à l’instant même du délicieux basculement nous avons fait ce choix de nous réaligner quoiqu’il en coûte, car nous avons décidé de nous aimer avant tout, pour le meilleur et pour le pire. Même escarpé et parfois destabilisant, ce chemin est pour la joie.

Nous disons « oui » à l’aventure de la vie, qui se réinvente sans cesse pour être toujours à sa meilleure version, qui s’adapte et change pour mieux fonctionner, rayonner et offrir le meilleur au monde.

Oh oui, je me souviens avec tendresse de ce jour où j’ai décidé que cette chienlit professionnelle suffisait et que j’ai décidé de faire un pas. Je ne parle pas d’écrire tout le chemin à l’avance, c’est impossible, mais de faire le premier pas tout en décidant d’une direction, d’un objectif et de laisser la vie répondre à mes choix initiaux.

Que c’est bon !

Que c’est bon d’oser dire « non » à ce qu’on ne veut plus et de dire « oui » à ce qui est bon pour nous. Que c’est bon de se sentir reprendre le pouvoir sur notre vie, d’être maître à bord. Que c’est bon de dire « oui » à la vie et d’accueillir des cadeaux de synchronicités…

Quand je repense à ce jour, je souris et je suis fière de moi.

Ecouter ce qui souffre en soi

Prendre le large et se renouveler

Un jour, j’ai décidé d’écouter ce qui souffrait à l’intérieur de moi. J’ai décidé de me former à la méthode PEAT sans trop savoir où cela allait me mener mais je sentais cet appel, cette urgence d’apprendre quelque chose pour nourrir mon âme, quelque chose d’utile et d’intéressant pour moi. Mon premier pas duquel tout a découlé…

6 mois plus tard, après un travail et un temps d’introspection intenses, je prenais mon téléphone et je demandais un rdv à mon supérieur. Le jour de l’entrevue, je lui ai annoncé que je souhaitais partir en rupture conventionnelle. Un rdv fixé rapidement, une signature et j’étais libre !

Accordé.

Soulagement. Liberté. Sourire.

« Oui » à la vie. « Oui » à moi !

 

Les semaines qui ont suivi ont été pure folie dans le bon sens du terme. Un enchaînement de formations, de stages qui ont débloqué des choses fortes en moi, des réponses à des questions, des synchronicités de folie

Résultat de recherche d'images pour "avalanche livres"C’était comme si une bibliothèque s’effondrait sur moi, telle une avalanche de connaissances et de cadeaux alors qu’au départ, je ne voulais saisir qu’UN livre, juste UN ! Ce-lui-qui-é-tait tout-en-haut-de-l’é-ta-gère… AAAAAAAaaaaaaaahhhhhhh !

J’ai même dû demander à l’univers de se calmer car cela allait trop vite (normal héhéhé, il voulait rattraper le temps perdu…). Il a levé le pied mais il m’a quand même amené les mudrâs un an plus tard afin de me faire devenir la 1ère professeur de mudrâs et mudrâ-thérapeute certifiée en France.

Aujourd’hui, quand je regarde en arrière et que je revois la femme apeurée que j’étais il y a à peine quelques années, cette femme qui a franchi tant d’obstacles, qui a construit tant de choses, qui a appris tant de connaissances, qui a connu tant de victoires sur elle-même… Cela n’a pas toujours été simple. Mais je ne regrette rien.

Oh non ! Et l’avenir me réjouit car la forme de mon activité professionnelle si atypique, évolue, s’affine, s’enrichit pour mon grand plaisir, comme un diamant brut que l’on taillerait jusqu’à en révéler le plus bel éclat et que sa forme corresponde au plus juste à ce que je suis.

« Rien ne se perd, rien ne se crée tout se transforme »- Lavoisier

J’apprends de nouveaux outils thérapeutiques, j’ai enrichi Orientation & Sens de Vie® avec un abord encore plus spirituel grâce à l’astrologie ésotérique afin de préciser la mission d’âme et de vie et j’y ai inclus aussi un travail avec les vies antérieures pour un éclairage karmique.

J’ai également créé ma e-boutique pour offrir des programmes en ligne performants afin d’aider un maximum de salariés et entrepreneurs à être bien dans leur tête et dans leur travail. Il s’agit de cursus donnant accès à de multiples connaissances et outils de bien-être et de développement personnel…

Les choses se transforment et se mettent en place avec le temps.

Mon activité professionnelle change en fonction de ma propre évolution mais toujours autour du même axe. 

Et c’est cool ! Tout change et se recrée à chaque instant, c’est ainsi que l’univers fonctionne.

Buddha a dit :

« La seule chose qui est permanente, c’est l’impermanence »- Buddha

,Rien de plus vrai. Il faut juste l’accepter et surfer sur la vague de l’appel de la vie en enfermant nos peurs au placard le temps de nous jeter à l’eau.

Après, on apprend à nager ! Et que c’est vivifiant cette eau fraîche !

Vous aussi, vous pouvez décider à chaque instant de ce délicieux basculement, de mettre en route une transformation par un tout petit pas, un choix, un acte, que ce soit au niveau personnel ou professionnel.

Vous pouvez décider de faire un bilan Orientation & Sens de Vie® afin de mieux comprendre qui vous êtes et ce que vous faites sur Terre, si la quête de sens vous obsède.

Ou bien, si vous sentez que vous n’êtes pas dans votre pouvoir personnel, vous pouvez choisir de débuter un travail sur vous-même afin de vous libérer de vos peurs et mal-êtres car ils vous retiennent en arrière et vous empêchent d’être qui vous voulez ou d’aller vers ce que vous voulez.

Vous pouvez décider de vous faire accompagner pour mieux vivre pleinement votre vie.

 

 

La liberté d’agir pour ne plus subir vous appartient

 

Growing wings Leap of faith de Lara Fabian (Les ailes qui poussent – Saut de la foi)

As-tu déjà fait face à l’océan
Sans avoir la moindre idée
De comment nager, mais tu as quand même sauté ?

As-tu déjà embrassé un amour
En sachant que son cœur était brisé
Mais tu l’as tout de même étreint ?

Saut de la foi
Les ailes se déploient
Alors que tu tombes
Avant que tu ne heurtes le sol…

As-tu déjà erré dans le désert
Alors que les sables changeaient sans cesse
Tout en étant guidé par les vents ?

As-tu déjà parlé une langue
Que tu n’as jamais entendue auparavant
Mais qui t’es familière et que tu comprends malgré tout ?

Saut de la foi
Les ailes se déploient
Alors que tu tombes
Avant que tu ne heurtes le sol…

Comment baisser sa charge mentale grâce aux mudras ?

Comment baisser sa charge mentale grâce aux mudras ?

La charge mentale n’est pas une fatalité. Outre les techniques d’organisation, il existe des alliés précieux pour optimiser notre fonctionnement et diminuer la charge mentale. Laissez les mudras, véritables gestes de pouvoir, venir à votre secours !

lire plus
Comment bien parler en public grâce aux mudras

Comment bien parler en public grâce aux mudras

Outre l’entrainement pour bien parler en public, il existe des techniques redoutables pour s’améliorer et nous soutenir durant cet exercice exigeant. Voici quelques gestes de pouvoir, des mudras, afin de performer et bien parler en public.

lire plus

Mary Mann : Catalyseur de transformation Pro et Perso

 

Thérapie Et Reconversion Professionnelle en Quête de sens

Pour vivre et concevoir le travail, autrement !

Et être bien dans sa tête et dans son travail

Je vis en Bretagne mais je travaille partout (grâce à internet) !

Lieu-dit Le Léty  -  FR-56250 TREDION

Tel : +33.(0)6 02 31 82 85

mm[@]marymann.fr 

  • Thérapie brève à distance (psychopraticienne) : Libération des émotions, régression et libération vies antérieures, libération mémoires transgénérationnelles (épigénétique), développement personnel
  • Bilan de compétences Orientation & Sens de Vie® : Bilan de compétences avec dimension spirituelle, pour reconversion professionnelle en quête de sens et alignée spirituellement (Bilan de Compétences en Ligne, à distance) Bilan de compétences homologué CPF
  • Atelier Relation à l'Argent (libération de votre histoire et de vos croyances limitantes pour faire la paix avec l'argent, aller vers la fluidité financière et un entrepreneuriat prospère)
  • Mudra-thérapie : 1ère professeur et mudra-thérapeute en France, certifiée Sabrina Mesko, d'après l'enseignement de Yogi Bhajan - Art énergétique millénaire de bien-être et de développement personnel
  • Soin chamanique - chamanisme
VANNES - MORBIHAN - BRETAGNE - FRANCE
  PAR SKYPE & ZOOM

Va vis deviens ce que tu es

Va vis deviens ce que tu es

Mary Mann

Va, Vis, Deviens ce que tu es !

Quand on cherche à se reconvertir, on est souvent désarçonné devant les possibilités infinies qui s’offrent à nous. D’autant qu’on ne sait plus bien souvent qui on est. Alors comment choisir une autre voie, une formation ? Sur quoi se baser ? Comment comprendre et trouver ce que nous sommes au fond de nous, au plus juste et en cohérence avec nous-mêmes ? Faire un pas pour initier le changement, oui, mais lequel ?

 

Un jour, un client d’Orientation & Sens de Vie® m’a posé une question intéressante.

Bien sûr, mes clients ont toujours des réflexions intéressantes lors de nos échanges, mais celle-là l’était particulièrement.

Je m’explique.

Nous arrivions au terme de son bilan Orientation & Sens de Vie®, il avait eu sa synthèse et des suggestions de métiers qui selon moi répondaient très bien à ce qu’il était, sa vibration, son âme.

Nous avions bien posé le tableau de ses grands axes de vie, trouvé ce qui le faisait vibrer, réussi à le connecter intuitivement (grâce à mes questions, à ma guidance et aux mudrâs) à ce qu’il voulait réaliser dans sa vie afin de n’avoir aucun regret.

Il y avait bien un métier suggéré qui lui parlait, mais il fallait reprendre des études… Trop long pour lui (mais que sont 2 ans dans une vie ?)…

Alors il cherchait une autre formation plus accessible dans cette branche, LE métier concret qui pourrait incarner le fruit de notre travail, mais rien d’autre ne lui parlait encore suffisamment.

En résumé, si le fond était clair, la forme ne l’était pas encore. Et il se mettait la pression pour choisir une formation, décider rapidement sans savoir quoi choisir précisément.

Peur de faire un choix, peur de se tromper…
Stop ! Don’t panic !

Quand il m’a confié son angoisse, il m’est venu une image très drôle : c’est comme si vous deviez vous habiller le matin et que vous enfiliez tout de suite le costume avant de mettre votre slip (et vous ressembleriez à Superman des années 80).

Je lui ai donc répondu : « Faites un premier pas. Allez d’abord vers quelque chose de nouveau qui vous plait, une petite formation pour apprendre une nouvelle compétence, faire une activité qui honore vos intérêts et valeurs, que vous trouvez utile, qui vous parle au cœur. On devrait toujours l’écouter (le cœur). Quand votre tête ne sait plus, votre cœur Si ! Et vous allez voir, un jour le puzzle va s’assembler. »

Il m’a regardée.
Je l’ai regardé.
Bref, on s’est regardé.

Puis j’ai continué : « Vous savez quand moi je n’en pouvais plus de mon ancien job en tant que salariée, j’ai senti soudain le besoin impérieux d’apprendre quelque chose qui résonnait avec moi, avec mes intérêts, sous peine de sentir mon âme mourir.

Mon cerveau n’en pouvait plus de se liquéfier du bore-out.

Et un jour que je surfais sur internet, je suis tombée sur la radio Médecine Douce (que j’écoutais régulièrement car les sujets abordés répondaient à mes valeurs et centres d’intérêts).

J’ai trouvé la page de tous les podcasts et là mon cerveau et mes neurones ont pétillé de plaisir ! Enfin à manger ! »

 

Il a continué à me regarder.

J’ai poursuivi : « Puis un jour je suis tombée sur une intervention d’une thérapeute qui parlait de sa méthode. J’ai tout de suite eu envie de l’apprendre. TILT ! J’avais envie comme ça, alors j’ai cherché une formation… et 6 mois après tout s’est enclenché dans ma vie. »
Il a marqué un silence, puis m’a dit avec une moue interrogative : « Oui, mais vous aviez déjà le projet de devenir thérapeute. »
Et là, je lui ai répondu trop vite OUI.

En fait, j’y ai repensé calmement après coup et la réponse était NON.

Non, je ne voulais pas devenir thérapeute. Mon projet était bien plus pragmatique que ça ! Je me suis juste dit : « Cette méthode a l’air géniale et si je peux me la faire sur moi, ça me fera faire des économies ! » Car j’étais en plein chantier thérapeutique avec peu de moyens financiers.

Ce que je voulais tout au plus, c’était m’installer officiellement comme énergéticienne et déjà ça, c’était pas gagné !

J’avais tant de peurs à virer de mon psychisme pour ne serait-ce que caresser cette idée un jour ! Devenir thérapeute, ce n’était pas dans mes projets du tout ! Je m’entends encore le dire à ma thérapeute de l’époque : « Oh non, je ne me sens pas capable d’être thérapeute, j’aurais trop peur de dire n’importe quoi… »

Et pourtant, 6 mois après, j’appuyais sur le bouton du siège éjectable à mon travail. Et 2 mois après, je me déclarais professionnellement comme… psychopraticienne (entre autres).

Tout ce que j’étais, tout mon parcours depuis tant d’années, toutes mes connaissances accumulées : tout s’était assemblé en un instant. 

Il manquait juste cette dernière pièce et un signal intérieur pour que ça fasse « clic » et que la vie me propulse au-delà de mes espérances.

Le fait d’y repenser me fait sourire… 🙂

Plug-in !

Vous connaissez Indiana Jones ? Dans Indiana Jones et la dernière croisade, il y a une scène qui explique parfaitement ce qu’il se passe quand vous suivez en premier lieu votre cœur, que vous vous pluguez sur la bonne fréquence et qu’ensuite le chemin se dessine.

Quand vous faites un pas honnête, sincère en direction de vous-même, l’Univers vous répond.
(Si ! Si ! Je vous assure. Moi, ça m’a fait l’effet de la bibliothèque qui me tombe dessus alors que je ne voulais prendre qu’un livre dans l’étagère du haut).

Revenons-en à Indy…

Lors de sa quête du Graal, Indy doit traverser un gouffre alors qu’il n’y a pas de pont 😮 « Mais c’est impossible ! Personne ne peut sauter un vide pareil ! » Il a peur. Il ne comprend pas. Il se dit que c’est n’im-por-te quoi !!!

Mais ça urge ! Il doit traverser pour trouver le Graal et sauver son père qui se meurt !

Comment faire pour traverser ce gouffre ? Vite, vite !!! Son père mourant murmure le cœur plein d’espoir : « Tu dois croire mon fils… ».

Et là… Le trouillomètre au maximum, Indy a une illumination !

Il comprend soudain le sens profond de l’énigme de je ne sais plus quel Oracle, à savoir que seul le valeureux pourrait atteindre le Graal : « C’est un saut de la foi ! Bon Dieu, mais bien sûr ! », s’écrie-il.

Il murmure, il bafouille, le cœur tout chamboulé. Il comprend que même s’il a peur du danger et qu’il connait son but sans savoir précisément comment l’atteindre, il doit s’en remettre au destin et faire un pas dans sa direction en ayant la foi.

Alors, il ferme les yeux et se lance… Et MIRACLE, il ne tombe pas.

Son pied rencontre de manière inattendue un sol invisible, solide. Un pont transparent, qui se dérobait à ses yeux, apparaît soudain !

ll est surpris, très surpris mais tellement soulagé ! C’est beau. Il rit, Indy est heureux. Le cœur gonflé, il avance timidement d’abord puis s’enhardit et va de l’autre côté et trouve enfin le Graal.

Eh bien… Quand on suit ses tripes et son cœur, c’est pareil

On fait Un avec la vie. Et l’Univers conspire avec vous !

Vous êtes le petit oisillon qui commence à battre des ailes pour essayer de voler et qui soudain se dit « Eh ! Mais ça y est, je sais voler et puis c’est chouette, j’ai accès à ça maintenant qui était hors d’atteinte avant. Et ça va me permettre de faire autre chose que je ne pouvais pas faire avant du coup ! ».

Comme aux échecs, même si vous vous dites que vous ne savez pas jouer, vous avancez vos pions lentement mais sûrement et vous vous rendez compte au bout d’un moment que Mince !… Vous jouez la partie !

Et peu à peu quelque chose va prendre forme. Il y aura même certaines phases d’accélération qui vous étonneront. Cela indiquera d’ailleurs que vous êtes sur le bon chemin.

Faites des choix que vous AIMEZ, pour lesquels vous sentez de la justesse et de la résonance dans votre cœur.
Alors, à partir de vos choix sincères va se dessiner peu à peu une trame invisible qui va finir par relier tous les points, vous porter. Comme le pont d’Indy.

Et votre trajectoire fera « sens » soudain pour finalement prendre forme.
PLUG-IN. Votre prise mâle trouve sa prise femelle. Tout s’assemble.

Le flow arrive…

Va, vis, deviens ce que tu es. Au fond, tu le sais déjà

Moi je t’aide d’abord à te retrouver, à prendre conscience de qui tu es, à contacter ton âme, ton essence, les raisons de ta venue sur Terre. Nous irons voir ton bagage karmique (les acquis de tes vies antérieures) car cela éclaire aussi ta trajectoire…

Je t’aide à tracer les grands repères dans la carte de ta vie pour ne pas te perdre et qu’ils te guident toujours. Comme le faisaient les marins en suivant l’étoile polaire avec un sextant, certains qu’ainsi ils ne s’écarteraient pas de leur route en suivant la bonne étoile

Je t’aide à te libérer de tes peurs et de tes croyances limitantes afin de voler et de te lancer dans le flow.

Pour le reste : suis ton cœur, il connait la route…

 

Growing wings Leap of faith de Lara Fabian (Les ailes qui poussent – Saut de la foi)

As-tu déjà fait face à l’océan
Sans avoir la moindre idée
De comment nager, mais tu as quand même sauté ?

As-tu déjà embrassé un amour
Sachant que son cœur était brisé et abîmé
Mais tu l’as étreint quand même ?

Saut de la foi
Les ailes se déploient
Alors que tu tombes
Avant que tu ne heurtes le sol…

As-tu déjà erré dans le désert
Alors que les sables changeaient sans cesse
En te laissant toutefois guider par les vents ?

As-tu déjà parlé dans une langue
Que tu n’as jamais entendue avant
Mais ton esprit la comprend et semble s’en souvenir ?

Saut de la foi
Les ailes se déploient
Alors que tu tombes
Avant que tu ne heurtes le sol…

 

Avoir peur est normal. Mais ne laissez pas la peur diriger votre vie !

Comment baisser sa charge mentale grâce aux mudras ?

Comment baisser sa charge mentale grâce aux mudras ?

La charge mentale n’est pas une fatalité. Outre les techniques d’organisation, il existe des alliés précieux pour optimiser notre fonctionnement et diminuer la charge mentale. Laissez les mudras, véritables gestes de pouvoir, venir à votre secours !

lire plus
Comment bien parler en public grâce aux mudras

Comment bien parler en public grâce aux mudras

Outre l’entrainement pour bien parler en public, il existe des techniques redoutables pour s’améliorer et nous soutenir durant cet exercice exigeant. Voici quelques gestes de pouvoir, des mudras, afin de performer et bien parler en public.

lire plus

Mary Mann : Catalyseur de transformation Pro et Perso

 

Thérapie Et Reconversion Professionnelle en Quête de sens

Pour vivre et concevoir le travail, autrement !

Et être bien dans sa tête et dans son travail

Je vis en Bretagne mais je travaille partout (grâce à internet) !

Lieu-dit Le Léty  -  FR-56250 TREDION

Tel : +33.(0)6 02 31 82 85

mm[@]marymann.fr 

  • Thérapie brève à distance (psychopraticienne) : Libération des émotions, régression et libération vies antérieures, libération mémoires transgénérationnelles (épigénétique), développement personnel
  • Bilan de compétences Orientation & Sens de Vie® : Bilan de compétences avec dimension spirituelle, pour reconversion professionnelle en quête de sens et alignée spirituellement (Bilan de Compétences en Ligne, à distance) Bilan de compétences homologué CPF
  • Atelier Relation à l'Argent (libération de votre histoire et de vos croyances limitantes pour faire la paix avec l'argent, aller vers la fluidité financière et un entrepreneuriat prospère)
  • Mudra-thérapie : 1ère professeur et mudra-thérapeute en France, certifiée Sabrina Mesko, d'après l'enseignement de Yogi Bhajan - Art énergétique millénaire de bien-être et de développement personnel
  • Soin chamanique - chamanisme
VANNES - MORBIHAN - BRETAGNE - FRANCE
  PAR SKYPE & ZOOM

J’ai quitté une réunion et ne suis jamais revenu

J’ai quitté une réunion et ne suis jamais revenu

Article de James Altucher
Rédacteur au The Altucher Report

James Altucher

Traduit par Mary Mann

Quand je suis tombée sur cet article, j’ai tout de suite eu envie de le traduire. Il illustre brillamment la quête de sens, une prise de conscience soudaine durant un meeting, le déclic puis le saut du navire… James Altucher, qui a vécu ce basculement, le raconte avec brio

Eh bien, je n’ai pas démissionné. C’était pire que ça.

C’était en plein milieu d’une réunion. Je m’ennuyais à mourir. En plus, j’étais nerveux car mon nouveau boss m’avait dit « Ne t’inquiète pas pour ça » suite à ma demande d’augmentation.

« Ne t’inquiète pas pour ça » veut dire « Va te faire ****** ».

Et ma jambe me faisait mal. J’étais tombé la veille sur le trajet pour aller déjeuner avec mes collègues.

Alors, au beau milieu de la réunion, j’ai prétexté d’aller aux toilettes. J’ai boité vers la sortie. J’ai dit au revoir à la standardiste. Je n’ai pas pris mon manteau, mon sac, ni même un des livres.

Il se pourrait que mon nom soit probablement encore sur la porte.

Tenté d’appuyer sur le bouton ?

J’ai pris l’ascenseur pour descendre 49 étages plus bas. Je suis allé à la gare centrale, j’ai pris le train vers le Nord sur 112 km. Je ne suis jamais retourné au travail.

Ils ont essayé de m’appeler et de m’envoyé des emails. Même plusieurs années plus tard, j’ai reçu un email de mon boss disant « Nous aimerions toujours t’avoir parmi nous ».

Je n’ai jamais répondu à aucun des emails ou appels, même pas le dernier. Vous pouvez me juger.

Ce n’était pas la manière la plus éthique de quitter un emploi. Et je ne suis pas très bon pour tout ce qui est de l’ordre de la confrontation.

Mais quelques fois, c’est trop. Quelques fois, tout s’additionne jusqu’à ne plus pouvoir bouger, jusqu’à ne plus pouvoir sortir du lit.

Qu’y avait-il de si mauvais, chéri ?… me dit mon ami imaginaire qui m’aime tous les jours.

A) Pour chaque dollar créé, 50-80 pourcents sont mangés par le boss ou son boss, ou le boss de son boss, ou une quelconque machine.

B) Pour chaque dollar ramené à la maison, 40 pourcents sont pris par le gouvernement, 10 pourcents sont pris par l’assurance santé, et quelques autres pourcents sont encore pris par le transport pour aller au travail.

C) J’étais dans l’illusion que mes collègues de bureau étaient de vrais amis. Au travail, tout le monde se poignarde dans le dos tout le temps.

« Au travail, tout le monde se poignarde dans le dos tout le temps. » – James Altucher

Salut !… Ca va ?

D) Si je parle à quelqu’un du sexe opposé, je dois lire trois manuels et signer des formulaires en triple exemplaires avec le RH pour être sûr que c’est ok. (Note de la traductrice : aux USA, le harcèlement sexuel au travail est très encadré et le moindre contact physique peut être mal interprété et engager des poursuites judiciaires)

E) Quand j’essaie d’impressionner les clients, je dois faire semblant de les apprécier.

F) Au petit-déjeuner et au déjeuner, je ne mange rien d’autre que de la mal-bouffe entre deux réunions qui broient mon âme.

G) De 6 h du matin à 20 h, soit je me prépare à travailler, soit je vais au travail, soit je suis au travail, ou je rentre chez moi après mon travail. Et ceci potentiellement pendant 50 ans.

H) Ma femme pourrait compter moins que n’importe quel job que j’ai. Et après un moment, on oublie pourquoi nous nous sommes rencontrés, pourquoi nous sommes tombés amoureux, jusqu’à finalement n’avoir plus qu’une étrangère allongée dans mon lit près de moi pour le reste de ma vie. 40 années plus tard, tu meurs auprès d’une étrangère.

I) Chaque dollar que j’ai dépensé pour mes études était pour me construire un filet de sécurité juste au cas où « je tomberais ». Devinez-quoi : mon job est justement ce dans quoi je suis « tombé ».

J) Si mon boss crie après moi, tout ce que je peux faire est m’excuser. J’avais l’habitude de quitter l’immeuble et d’aller en bas de la bibliothèque publique de NY et de juste attendre de retrouver mon calme.

K) J’ai cartographié toutes les toilettes publiques dans un rayon de 6 pâtés de maison. Personne ne veut pisser près de son boss. C’est dégoûtant et humiliant.

« Trouvez le vrai sens de votre vie au lieu d’avoir pour moteur des buts financiers ou le plaisir » – James Altucher

Nous avons des mains pour aimer et créer. Pour toucher et inspirer.

Trouvez le vrai sens de votre vie au lieu d’avoir pour moteur des buts financiers ou le plaisir.

Quand vous trouvez un sens qui distribue de la valeur, de l’art, et aide les autres à accomplir leurs propres rêves, vous trouvez le bonheur.

Ce bonheur est ce qui vous pousse hors du lit chaque matin. Ce qui vous permet de créer de vrais liens avec les gens.

Ce qui vous permet de créer le monde dans lequel vous avez toujours voulu vivre.

Un jour, vous avez été un petit enfant

Un jour, vous avez été un petit enfant. Vous avez joué dans le bac à sable avec vos amis. Vous aimiez les gens et construisiez des châteaux. Maintenant, allez-y. Maintenant, allez et jouez encore. Le monde est empli de sens.

Trouvez le vôtre !

 

Comment baisser sa charge mentale grâce aux mudras ?

Comment baisser sa charge mentale grâce aux mudras ?

La charge mentale n’est pas une fatalité. Outre les techniques d’organisation, il existe des alliés précieux pour optimiser notre fonctionnement et diminuer la charge mentale. Laissez les mudras, véritables gestes de pouvoir, venir à votre secours !

lire plus
Comment bien parler en public grâce aux mudras

Comment bien parler en public grâce aux mudras

Outre l’entrainement pour bien parler en public, il existe des techniques redoutables pour s’améliorer et nous soutenir durant cet exercice exigeant. Voici quelques gestes de pouvoir, des mudras, afin de performer et bien parler en public.

lire plus
Le CPF, c’est quoi ?

Le CPF, c’est quoi ?

Le CPF, encore un acronyme administratif… Le compte personnel de Formation cumule vos droits à la formation et vous suit tout au long de votre carrière. Mais où le créer ? Comment connaître ses droits ? Je vous dis tout…

lire plus

Mary Mann : Catalyseur de transformation Pro et Perso

 

Thérapie Et Reconversion Professionnelle en Quête de sens

Pour vivre et concevoir le travail, autrement !

Et être bien dans sa tête et dans son travail

Je vis en Bretagne mais je travaille partout (grâce à internet) !

Lieu-dit Le Léty  -  FR-56250 TREDION

Tel : +33.(0)6 02 31 82 85

mm[@]marymann.fr 

  • Thérapie brève à distance (psychopraticienne) : Libération des émotions, régression et libération vies antérieures, libération mémoires transgénérationnelles (épigénétique), développement personnel
  • Bilan de compétences Orientation & Sens de Vie® : Bilan de compétences avec dimension spirituelle, pour reconversion professionnelle en quête de sens et alignée spirituellement (Bilan de Compétences en Ligne, à distance) Bilan de compétences homologué CPF
  • Atelier Relation à l'Argent (libération de votre histoire et de vos croyances limitantes pour faire la paix avec l'argent, aller vers la fluidité financière et un entrepreneuriat prospère)
  • Mudra-thérapie : 1ère professeur et mudra-thérapeute en France, certifiée Sabrina Mesko, d'après l'enseignement de Yogi Bhajan - Art énergétique millénaire de bien-être et de développement personnel
  • Soin chamanique - chamanisme
VANNES - MORBIHAN - BRETAGNE - FRANCE
  PAR SKYPE & ZOOM

Comment réussir à lâcher le travail qui vous fait vivre ?

Comment réussir à lâcher le travail qui vous fait vivre ?

Mary Mann

Arrêter de se faire des films pour briser ses chaines

Le marché du travail va mal. Pas seulement à cause du chômage. Depuis que la rupture conventionnelle existe, les demandes ont explosé ! Or, tandis que certains osent, beaucoup ne font que rêver à autre chose et ne passent jamais à l’acte. Pourquoi ? Car la peur les paralyse et leur auto-saboteur leur fait imaginer le pire, avant même d’avoir réfléchi calmement à leur projet. Cette simple introspection qui n’engage pourtant à rien, est une étape clé, parmi d’autres… Mais quelle est donc la marche à suivre pour réussir à lâcher le travail qui vous fait vivre ?

En 2013, 70% des 18-35 ans ne se retrouvaient pas dans leur job.

En 2014, 48% des français souhaitaient se reconvertir professionnellement. Néanmoins, beaucoup n’en restent qu’à l’étape du rêve… ou plutôt du cauchemar.

1-Pause… arrêtez le film !

Bien des gens rêvent d’une autre vie… Mais ne passent jamais à l’acte.

D’ailleurs, leurs croyances : « C’est impossible, de toute façon !» ou « Je n’y arriverai jamais !» sont si ancrées qu’ils ne passent même pas à la phase d’étude.

Pourtant quel risque y a-t-il ?

Serait-ce comme embrasser c’est tromper ? Est-ce que le fait d’échanger un baiser avec un flirt d’un soir un peu arrosé, va vous faire quitter foyer et conjoint sur-le-champ puis vous marier avec un autre, et tout ça dans les 2 jours ?

Ridicule.

Avant de changer de voie, pourquoi ne pouvez-vous pas tout simplement rêver,

puis réfléchir, bien avant de tester pour voir ?

 

Dans un désir de reconversion, nombreux sont ceux qui s’emballent.

Ils l’abordent comme si le simple fait de penser à une alternative, puis de l’étudier plus sérieusement (afin de répondre si oui ou non, on passe à l’action), allait les projeter instantanément dans une nouvelle existence aux antipodes de la précédente !

La simple évocation d’un changement, leur fait l’effet d’un saut en parachute… SANS parachute !

Ils se retrouvent alors face à leurs peurs les plus intenses ! Ils font soudain le Bernard-l’hermite.

« Oh mon Dieu ! Et si j’admettais ainsi clairement que je ne veux plus de cette vie-là ?

Si je découvrais qu’autre chose était possible ?!

Ou pire : Je vais finir sous les ponts ! »

Et à peine la pensée est émise que soudain : les violons, Fantine, Jean Valjean et Cosette arrivent…

Pour enterrer des rêves en bonne et due forme lors, d’un plan séquence catastrophique et misérabiliste débouchant forcément sur le pire…

Vite, vite ! Pris de panique, ils remettent le couvercle sur leurs émotions, se déconnectent encore un peu plus d’eux-mêmes, jusqu’à la prochaine bouffée de ras-le-bol.

Pourtant le magma bout à l’intérieur ! Et d’expérience, il risque de devenir incontrôlable et voudra sortir un jour !

Et il pourrait même se retourner contre vous ou à l’extérieur…

Mais, dites-moi…

Avez-vous déjà été projeté instantanément dans un supermarché à la simple idée d’acheter de la mayonnaise alors que vous faisiez votre liste de courses ?

Moi non.

Par contre, on a la possibilité de rêver un moment aux différentes recettes de mayonnaise et à leurs goûts : au citron, à la moutarde, avec des œufs frais…(Hummm avec des frites) sans rien acheter.

Pour autant, au moment de choisir, vous aurez déjà une bonne idée de pourquoi vous préférez celle à la moutarde et serez plus sûr de votre choix.

Tout ça sans rien faire d’autre que de réfléchir. Vous n’aurez même pas pris votre voiture. 🙂

2-Faire le point

 

interrogation photoQuoiqu’il en soit, vous l’avez certainement déjà observé :

l’envie de changer démarre toujours par une crise, un mal-être et auquel on ne sait pas apporter de solution.

Car souvent, on a la tête dans le guidon, embourbé dans nos peurs et nos croyances limitantes.

C’est pourquoi il vaut mieux se poser et prendre le temps de réfléchir (faire un bilan) :

  • Où en suis-je dans ma vie ?
  • Qu’est-ce que je ne veux plus ?
  • Quels sont mes besoins essentiels auxquels je ne veux plus renoncer ?
  • Mes valeurs motrices dans ma vie ?
  • Et surtout mes priorités, mes gros cailloux que je veux mettre en premier dans mon seau pour être heureux ?

Il est important de se faire accompagner dans cette introspection pour nourrir notre réflexion au lieu de repousser toujours plus notre mal-être en croyant le faire taire.

D’expérience, on repousse ce que nous ne sommes pas prêts à affronter.

Or ce à quoi je résiste, persiste !

Dès que nous avons conscience que quelque chose ne va pas, c’est comme la pilule rouge dans Matrix : vous SAVEZ.

Nul retour en arrière possible ! Vous avez beau repousser l’échéance, votre mal-être reviendra toquer à la porte de votre cœur et tordre vos boyaux.

Et tôt ou tard, il faudra se pencher sur la question sous peine d’être malheureux encore longtemps… Avant d’atteindre le seuil critique qui nous fera passer à l’action… Mais dans la douleur et la confusion, ou qu’un événement extérieur (accident, maladie, décès…) nous fasse un électrochoc et provoque le même résultat. :-/

« Je ne te dis pas que ce sera facile, je te dis que ça en vaudra la peine. » (Art Williams)

Grâce à votre réflexion, vous saurez quel est votre Pourquoi et pourrez approcher votre Comment (la profession qui vous permettra de poursuivre ce But supérieur).

Vous aurez pris conscience de votre INTENTION dans cette vie au service de l’ensemble. Ainsi, vous aurez les éléments pour trouver votre porte de sortie, construire une projet cohérent avec la personne que vous êtes.

Pas à pas, vous vous sentirez plus confiant car vous ne naviguerez plus à vue !

Vous aurez une idée claire de votre étoile polaire (celle qui vous guidera toute votre vie), pour vous diriger dans votre existence toujours en cohérence avec vous-même. Au lieu d’errer

Alors, quand ça ne va pas dans votre vie, vous n’avez qu’un seul effort à faire : celui de prendre votre responsabilité vis-à-vis de vous-même puis de décider de vous faire aider pour aller vers plus de joie, de vie et une renaissance afin de vous honorer !

« Quelqu’un pourrait-il rallumer la lumière svp ? »

3-Voir et concevoir ce que vous ne voyez pas

 

Quand on a grandi dans un certain milieu, celui-ci influence notre mode de pensée.

Notre esprit se formate sur ce qui est admis dans notre milieu familial. Et cela n’épargne pas la catégorie socio-professionnelle ou le type de métier.

Moi-même, aucun de mes parents n’était entrepreneur, et longtemps, je n’ai même pas considéré cela possible pour moi.

Pourquoi ? Car cela ne correspondait pas à mon éducation et à mon « champ des possibles » à Moi.

Aujourd’hui, 92 % des emplois sont dans le salariat mais un rééquilibrage est en train de se produire, lentement mais sûrement.

 

 

Mais vous pouvez tout à fait vous former à un autre métier et rester dans le salariat.

Tout ça pour dire que parfois, des solutions sont à notre portée mais que souvent, inconsciemment nous les mettons de côté sans même y réfléchir.

Car elles ne correspondent pas à nos croyances.

Bien des croyances bloquent les gens, tandis que tout leur Etre appelle un changement.

Et beaucoup choisissent d’écouter ces croyances inconscientes pour rester dans le même schéma pourtant insatisfaisant et délétère.

Cette attitude les amène d’ailleurs souvent à à rester aveugle aux solutions et aux différentes portes de sortie… Pourtant à portée de mains.

peurAinsi, ils donnent à manger à leur auto-saboteur, qui s’exclame une fois repus : « Super ! Rien ne va changer ! Ouf, qu’est-ce que j’ai eu peur…! »

Croyez-moi, il y a des solutions que vous ne considérerez même pas tant elles sont inconcevables dans votre schéma de pensée et pourtant elles existent.

Mais elles sont simplement dans votre angle mort.

 

 

4-Démasquer vos peurs sous les excuses

 

Il n’est pas rare d’entendre comme argument : « J’aimerais bien quitter ce job si je n’avais pas des enfants à charge. »

Voici ce que Christian Junod, l’auteur de Ce que l’argent dit de vous, en dit : « Encore une autre prison… Un comble de faire des enfants pour en être prisonnier !

Au moment de mon départ, deux de mes enfants étaient encore étudiants et cela n’a pas été un problème car j’étais prêt à affronter l’inconnu du statut d’indépendant.

Plusieurs années auparavant, alors que je m’ennuyais déjà au travail, je n’avais pas été capable de partir, de changer de métier car je n’étais pas prêt intérieurement.

Mes enfants n’y étaient pour rien. C’est ainsi que bien souvent, les excuses que nous nous trouvons cachent une raison bien plus inavouable : notre peur. »

Prêt ? On ne l’est jamais vraiment ! On a juste peur !

Christian Junod poursuit : « Il n’y a pas de honte à avoir peur, ce n’est pas un problème. Ne pas se l’avouer en est un, car je ne peux pas transformer une peur non dite et c’est elle qui restera le moteur de mes décisions. »

Bien sûr, afin d’être prêt (mais on ne l’est jamais vraiment ! On a juste peur !), c’est mieux de préparer votre plan suffisamment.

Si vous passez du salariat à l’entrepreneuriat, il est possible d’avoir une bascule progressive si vous avez vraiment besoin d’une transition douce et rassurante.

Mais dans ce cas, assurez-vous d’avoir une énergie et une discipline d’enfer pour vous consacrer aux deux en même temps !

Si vous voulez changer de job en restant salarié, libre à vous de faire une formation de reconversion en dehors de votre temps de travail (idem pour l’énergie et la discipline).

Vous pouvez également souhaiter mettre un max d’argent de côté avant de faire le saut… D’ailleurs, peut-être vous faudrait-il travailler votre peur du manque et votre relation à l’argent pour vous aider à sauter ?

Mais parfois, il se peut aussi que vous soyez arrivé au bout du bout (ça arrive) ! Et que vous décidiez de partir grâce à une rupture conventionnelle car de toute façon vous sentez, tout au fond de vous, que 6 mois de plus sont tout bonnement IM-PEN-SA-BLES ! Vous pourrez tout à fait réaliser ce travail de réflexion après avoir appuyé sur le bouton du siège éjectable.

 

Tout est une question de choix et de priorités.
Quels sont les vôtres ?

5-Déterminer ce qui est vraiment important

 

Préférez-vous continuer à privilégier l’AVOIR : gagner autant pour pouvoir continuer à partir aux vacances à la neige et à la mer ou à l’autre bout du monde, histoire de supporter votre quotidien ?

Continuer à acheter toutes ces choses futiles pour vous occuper ou encore la dernière BMW ou le dernier portable à la mode pour montrer que vous avez réussi votre vie ?

Ou envisager de réduire votre train de vie et GAGNER en bonheur intérieur ?

Voulez-vous encore continuer à rentrer irascible et exténué, absent psychologiquement car vous avez fait le grand écart toute la journée entre :

  • vouloir partir en courant et rester là à faire des choses qui ne vous rendent pas heureux ?
  • Ou être vraiment présent à ce que vous faites et passer plus de temps avec vos proches ?

Avez-vous envie de continuer à vous morfondre et à dépérir ? Ou de vous lever chaque jour avec le sourire, et de sentir un feu à l’intérieur de vous ?

Ce feu qui vous porte et vous amène à vous surpasser avec bonheur… Au point que vous « oubliez » vos vacances à la neige et en Thaïlande…

Car finalement vous n’en avez plus autant besoin qu’avant puisque vous n’avez plus besoin de vous échapper de votre boulot ennuyeux qui vous occupait 300 jours/an ?

C’est une question existentielle qui mérite réflexion…

Alors, si vous prenez finalement la décision d’écouter votre cœur et de le suivre, mais que vous avez l’impression d’appuyer sur le frein et l’accélérateur en même temps…

Faites-vous accompagner pour passer ce cap et vous propulser vers de nouveaux horizons !

Vous pourrez y trouver votre Pourquoi et dessiner votre Comment (car l’important c’est le Pourquoi pas le Comment), afin d’être aligné professionnellement.

Et que diriez-vous de faire sauter vos barrières grâce à la méthode P.E.A.T. ? En travaillant votre peur de l’insécurité, votre tétanie face à l’inconnu ou encore votre manque de confiance en vos capacités ?

 

Mais un conseil : n’abandonnez pas avant même d’avoir commencé !

En conclusion, si quitter un emploi n’est pas facile, nul besoin d’en rajouter. En effet, beaucoup de personnes n’osent même pas y réfléchir de peur de conséquences fantasmées. La meilleure manière d’y parvenir est d’abord de vous accorder du temps pour faire le point. Puis d’explorer de nouvelles idées, de démasquer les peurs qui vous sabotent pour mieux les désactiver. Et enfin de déterminer ce qui est le plus important dans votre vie afin de passer à l’action !

 

Comment baisser sa charge mentale grâce aux mudras ?

Comment baisser sa charge mentale grâce aux mudras ?

La charge mentale n’est pas une fatalité. Outre les techniques d’organisation, il existe des alliés précieux pour optimiser notre fonctionnement et diminuer la charge mentale. Laissez les mudras, véritables gestes de pouvoir, venir à votre secours !

lire plus
Comment bien parler en public grâce aux mudras

Comment bien parler en public grâce aux mudras

Outre l’entrainement pour bien parler en public, il existe des techniques redoutables pour s’améliorer et nous soutenir durant cet exercice exigeant. Voici quelques gestes de pouvoir, des mudras, afin de performer et bien parler en public.

lire plus
Le CPF, c’est quoi ?

Le CPF, c’est quoi ?

Le CPF, encore un acronyme administratif… Le compte personnel de Formation cumule vos droits à la formation et vous suit tout au long de votre carrière. Mais où le créer ? Comment connaître ses droits ? Je vous dis tout…

lire plus

Mary Mann : Catalyseur de transformation Pro et Perso

 

Thérapie Et Reconversion Professionnelle en Quête de sens

Pour vivre et concevoir le travail, autrement !

Et être bien dans sa tête et dans son travail

Je vis en Bretagne mais je travaille partout (grâce à internet) !

Lieu-dit Le Léty  -  FR-56250 TREDION

Tel : +33.(0)6 02 31 82 85

mm[@]marymann.fr 

  • Thérapie brève à distance (psychopraticienne) : Libération des émotions, régression et libération vies antérieures, libération mémoires transgénérationnelles (épigénétique), développement personnel
  • Bilan de compétences Orientation & Sens de Vie® : Bilan de compétences avec dimension spirituelle, pour reconversion professionnelle en quête de sens et alignée spirituellement (Bilan de Compétences en Ligne, à distance) Bilan de compétences homologué CPF
  • Atelier Relation à l'Argent (libération de votre histoire et de vos croyances limitantes pour faire la paix avec l'argent, aller vers la fluidité financière et un entrepreneuriat prospère)
  • Mudra-thérapie : 1ère professeur et mudra-thérapeute en France, certifiée Sabrina Mesko, d'après l'enseignement de Yogi Bhajan - Art énergétique millénaire de bien-être et de développement personnel
  • Soin chamanique - chamanisme
VANNES - MORBIHAN - BRETAGNE - FRANCE
  PAR SKYPE & ZOOM

Réinitialiser le mot de passe
Veuillez entrer votre email. Vous allez recevoir votre nouveau mot de passe par email.