Comment retrouver son pouvoir personnel ?

Comment retrouver son pouvoir personnel ?

Mary Mann

Et devenir fort et libre

Il est parfois difficile d’avancer dans la vie : les épreuves que nous traversons, l’influence de notre vécu et les traumatismes subis nous privent petit à petit de nos forces. Notre pouvoir personnel s’affaiblit. Nous baissons alors les bras et l’audace déserte notre chemin, nous poussant à mener une vie décevante dans laquelle nous ne nous reconnaissons pas. Il est pourtant possible de relever la tête et retrouver son pouvoir personnel afin de transformer sa vie. Mais comment ? Et qu’entend-on exactement par pouvoir personnel ? Voici mes clés.

Notre pouvoir personnel reflète notre puissance de vie et d’action. Il est directement relié à la notion de complétude, d’unité. Cela fait appel à des notions chamaniques : à notre naissance, nous sommes « complets » et notre potentiel est fort. C’est un peu comme si notre âme était un miroir auquel il ne manque aucun morceau.

Or, au fil des épreuves, ce miroir prend des coups et perd des fragments, affectant directement notre force et notre étincelle de vie. A cela s’ajoutent les croyances limitantes inculquées par notre famille, sur notre valeur personnelle et nos capacités…

Tout ceci façonne des peurs et une fausse vision de nous-même et du monde… Notre pouvoir personnel diminue.

Et petit à petit, nous devenons l’ombre de nous-mêmes, traversant la vie tels des fantômes tristes, ne sachant plus qui nous sommes et ne pouvant plus agir pour le mieux.

Ainsi, pour retrouver notre unité, et retrouver notre force et notre identité, il faut d’abord :

  • soigner nos blessures émotionnelles et traumatismes,
  • changer nos croyances limitantes,
  • vaincre nos peurs 

Nous recontacterons alors notre pouvoir personnel et pourrons rayonner. Nous serons plus forts, heureux, alignés et pourrons nous construire une vie qui est cohérente avec nous-mêmes.

 

1-Guérir ses blessures de l’âme

Vous avez peut-être entendu parler des 5 blessures de l’âme développées par Lise Bourbeau ? (le rejet, l’abandon, l’humiliation, la trahison et l’injustice). Nous avons tous plusieurs de ces blessures (2 ou 3), mais selon notre vécu et notre personnalité, elles ont laissé des bleus à notre âme plus ou moins importants. Cela conditionne notre image de nous-même et notre relation aux autres.

Quand j’accompagne en thérapie des clients blessés par la vie, je vois clairement un AVANT et un APRES.

Pour les plus abîmés par la vie, au début, ils arrivent tels des enveloppes vides. Ils sont profondément tristes et quand certains cachent leur état sous un masque jovial et sociable, d’autres ressemblent à des lanternes soufflées par la brise. Il manque l’étincelle.

Parfois, l’Ego a pris toute la place et le mental turbine à plein régime pour empêcher toute connexion à l’enfant intérieur meurtri. Ils ne savent plus qui ils sont véritablement et n’ont plus vraiment de plaisir dans la vie.

Ils ont beaucoup de mal à être en présence d’eux-mêmes dans le silence, à être seuls.

Car entendre l’âme qui tenterait de s’exprimer alors est une souffrance. Ils mettent toujours un bruit de fond, TV, radio ou cherchent compulsivement la compagnie… Voire ils comptent en permanence tout un tas de trucs inutiles (les marches, nombre de pas) juste pour occuper leur cerveau et détourner leur attention de l’enfant intérieur en souffrance !

D’autres clients cherchent frénétiquement à remplir leur vide intérieur par un flot d’activités ou de possessions.

Mais dans tous les cas, souvent ils ne sont pas capables de dire « je m’aime ». Cela les fait souvent fondre en larmes.

Comment vivre ainsi quand on sait qu’il est important de s’aimer pour avancer et être heureux dans la vie ? Pour se déployer dans la vie ?

Il est essentiel de réparer les blessures vécues, puis de recoller les morceaux qui sont partis à cause des épreuves et des dénigrements familiaux parfois dès la petite enfance.

Quand l’individu est prêt, les morceaux du miroir brisé peuvent revenir parfois spontanément à lui.

Mais le plus souvent, la force d’un intervenant extérieur est nécessaire. C’est là qu’un soin chamanique est pertinent. A cette occasion, le chaman, aidé de ses fidèles esprits alliés, va chercher les bouts d’âme égarés et meurtris. Il arrive que ces fragments d’âme soient dans des dimensions parallèles… Ils peuvent être perdus, apeurés, à bout de force. La beauté du travail du chaman consiste à les trouver, les nettoyer, réinsuffler la vie en eux si nécessaire et à les ramener enfin à leur propriétaire.

En guise d’exemples, il m’est déjà arrivé de retrouver soudain une petite fille pure dansant dans la neige et de ré-insuffler cet être pur à sa propriétaire… Ou encore d’aller chercher un bout d’âme enchaîné dans un monde ténébreux plein d’éclairs puis de le délivrer, de le nettoyer et de le ramener.

Outre l’individu, sa lignée aussi peut avoir besoin d’une guérison.

J’ai déjà eu à nettoyer des mémoires transgénérationnelles d’abandon, nettoyer des empreintes de magie noire, libérer l’âme d’une esclave afin qu’elle puisse enfin monter dans la lumière… Tout est possible ! L’histoire de chacun est si riche et différente !

Sachez que les mémoires transgénérationnelles peuvent aussi être abordées différemment grâce à un travail de libération épigénétique où le client est acteur du process.

 

2-Changer ses croyances limitantes

Photo by Jeanne Menj

Nos croyances limitantes viennent souvent de très loin. On peut aussi les appeler croyances fondamentales car elles sont si fortes qu’elles influencent directement nos pensées et nos émotions, façonnant ainsi notre vision du monde et de nous-même. C’est notre vécu qui les détermine.

Prenez par exemple ceux qui ont une piètre estime d’eux-mêmes. Ils aurons beau changer de coiffure, de garde-robe, perdre 5 kilos, acheter une plus grosse voiture ou une Rolex, quand leur propre estime ne tient qu’à des éléments extérieurs, le bien-être retiré ne durera pas et il leur en faudra toujours plus ! Pire encore, si un jour tout s’effondre, que restera-t-il de cette « valeur » ?

Il en va de même dans d’autre domaines : comment mener à bien des projets audacieux, une reconversion professionnelle, se lancer dans l’entrepreneuriat, quand durant toute son enfance on s’est entendu dire « tu es nul, tu ne feras jamais rien de bien dans la vie, etc. » ?

Imaginez que vous ayez souffert de la blessure de l’âme d’abandon, et que vous pensiez inconsciemment « On me laisse toujours tomber ». Comment voulez-vous vivre votre vie amoureuse de manière sereine alors que vous attendrez de votre partenaire qu’il comble le trou béant laissé par cette blessure d’abandon dans votre cœur, jusqu’au jour où, votre partenaire épuisé s’en ira ?

Par cet acte, il viendra donc confirmer votre croyance auto-réalisatrice d’abandon. Et si vous ne vous libérez pas de ce schéma, il y a fort à parier que vous ferez de même avec votre prochain partenaire !

Comment être heureux alors et construire une vie satisfaisante et harmonieuse quand on n’est pas soi-même structuré et équilibré, libre de ses conditionnements destructeurs ?

Autre exemple, vous êtes-vous déjà relooké(e) de la tête aux pieds, avec la ferme intention de laisser le passé derrière vous ? De changer de peau ? Vous vous sentez bien pendant un temps et puis… vos vieux démons reviennent au galop.

La petite voix d’auto sabotage (le Juge) qui vous a pourri la vie revient telle un petit démon « t’es trop gros(se), t’es moche etc. ». C’est comme dans l’ancienne pub de la vache qui rit : « Trop ceci, trop cela, trop typé, trop gros ! Non mais ça va pas la tête ?!… ». Et ça ne va toujours pas !

 

Un nouveau look pour une nouvelle vie, vraiment ?

C’était le titre prometteur d’une émission bien connue ! Si cette promesse peut se révéler vraie pour des personnes qui ont juste un souci pour marier les couleurs ou pour qui s’habiller est juste ne pas être tout nu, il n’en va pas de même pour les personnes en surpoids ou qui se sont senties dévalorisées toute leur vie.

Bien souvent, un relooking seul ne sera pas suffisant pour aller vers une nouvelle vie !

Imaginez que vous ayez subi des brimades toute votre enfance et que dans votre glace, malgré votre Relooking, vous ayez inconsciemment ces remarques négatives à l’esprit ! Comme elles ont façonné l’image que vous avez de vous-même, ce n’est pas le reflet du miroir que vous verrez mais bien une image déformée : c’est comme les anorexiques qui se voient toujours trop gros.

Comme le disent beaucoup de relooker : « le Relooking peut faire émerger des blessures de l’âme et être l’occasion d’un travail sur soi salutaire ». En effet, il est important de lustrer les deux faces d’une même pièce pour qu’elle brille !

Sinon c’est comme mettre du lino sur un parquet vermoulu ! Ça fait meilleure impression, mais fondamentalement rien n’a changé et le sol est toujours aussi abîmé et fragile en-dessous !

 

3- Vaincre ses peurs

La peur est une émotion très puissante. Sentez combien votre corps se rétracte quand vous ressentez la peur. Rien n’est possible ou alors dans la souffrance. Le plus important est de comprendre qu’il est normal d’avoir peur dans une certaine mesure, or ce qui ne l’est pas, c’est qu’elle dirige votre vie !

Il y a la peur d’une situation nouvelle, légère, le trac du débutant.

Et il y a l’autre peur, celle qui est chronique. Celle qui paralyse et rend malade, celle qui nous fait renoncer à nos rêves. Le ventre noué, les mains moites, les nausées…

La peur des autres, de mal faire, d’être rejeté, de ne pas être aimé, d’être abandonné…

Ces peurs font souvent échos à nos blessures de l’âme et à nos croyances.

 

Quand la peur atteint son paroxysme, on peut voir des phobies tentaculaires terrasser littéralement une personne ! C’est la panique du patient qui doit passer une IRM mais qui s’enfuit à toutes jambes à cause de sa claustrophobie. C’est la phobie scolaire qui se développe à cause de la maltraitance et du harcèlement qu’un enfant peut subir à l’école. Ou encore la phobie suite à un accident, un traumatisme violent.

Au final, on touche souvent à la peur de mourir ou de ne pas être aimé, de ne pas exister et de ne pas pouvoir être libre et soi-même.

Soit vous avez peur d’affirmer qui vous êtes et d’être rejeté, d’enfreindre certaines règles et fidélités familiales, certaines normes sociales. Soit l’avenir qui s’annonce vous tétanise et vous vous sentez dépassé par son lot d’événements inconnus et le fait de ne pas tout contrôler…

Soit vous ne savez plus qui vous êtes car la vie a fait que vous vous êtes complètement éloigné de vous-même. Dans ce cas, vous avez peur de vous rencontrer au cœur de vous-même, vous savez ? Là où vous avez cette sensation de vide immense dans la poitrine, dans votre ventre…

Ce vide que vous cherchez à remplir compulsivement par des achats, des activités toujours plus intenses pour vous sentir vivant artificiellement, ou encore du bruit, de l’effervescence, un tourbillon de stimulis toujours extérieurs…

Si vous vous reconnaissez, je suis désolée de vous dire qu’il est temps d’affronter vos démons pour vous reconnecter à vous-même et par là même trouver la paix intérieure.

Car quand on n’est plus au centre… on se perd de vue, on ne sait plus s’écouter et c’est le mental, nos croyances, la volonté des autres et la peur qui guident nos actes au final.

 

4- Ce que vous changerez à l’intérieur se verra à l’extérieur

 

Quel que soit le contexte, quand on aspire à revivre, à un renouveau dans notre vie, il faut toujours que le changement vienne de l’intérieur pour qu’il soit durable à l’extérieur.

Car nos croyances déterminent la façon dont nous vivons les événements qui se présentent ainsi que ce que nous en ferons par la suite. Si vous libérez vos émotions liées à votre vécu, libérez vos traumatismes et que vous changez vos croyances, alors votre vie changera.

 

 

En s’affranchissant de toutes ces chaines et carcans, on peut enfin se réaliser dans la vie !

C’est en se libérant de ses blessures, de ses peurs et de ses croyances qu’on retrouve sa liberté ainsi que son pouvoir personnel, une véritable renaissance et qu’on est pleinement heureux !

Car notre pouvoir personnel c’est notre puissance sur les choses, notre capacité à décider pour nous, de ce qui est bon pour nous, de ce que nous voulons.

Il conditionne notre énergie vitale, notre capacité à poursuivre nos rêves et à satisfaire nos besoins !

Quant à notre liberté intérieure fièrement gagnée, elle se verra à l’extérieur dans tous nos actes.

Quand nous sommes UN, nous sommes nous-mêmes et ne faisons qu’un avec la vie

On se sent vivant et pleinement heureux !

Et nous pouvons enfin danser avec la vie !

Ainsi, votre pouvoir personnel est lié à votre vécu. Et si la vie de chacun est jalonnée de difficultés et d’épreuves, certains sont néanmoins plus touchés que d’autres. Mais il est toujours possible de transcender les schémas destructeurs et les traumatismes, s’il y a au fond de soi une volonté farouche de s’en sortir. C’est d’ailleurs la première condition pour aller mieux : regarder objectivement les choses et arrêter de se mentir. Cela n’est pas facile bien sûr, et demande du courage, de la détermination et de se faire aider. Car il faudra d’abord traverser nos tourments et se confronter à nos ombres intérieures afin de les libérer pour enfin revenir vers la lumière et la liberté d’être Soi. Mais quelle belle renaissance s’offre alors !

 

Connaitre ses vies antérieures

Connaitre ses vies antérieures

Comment connaitre ses vies antérieures ? Et pourquoi s’en libérer ? Parfois, un passé karmique est si lourd qu’il influence notre présent et bloque notre évolution. Voici 3 exemples rencontrés en séance.

lire plus

Mary Mann : Catalyseur de transformation

 

Thérapie  Et Quête de sens

Pour vivre et concevoir le travail, autrement !

Et être bien dans sa tête et dans son travail

Je vis en Bretagne mais je travaille partout (grâce à internet) !

Lieu-dit Le Léty  -  FR-56250 TREDION

Tel : +33.(0)6 02 31 82 85

mm[@]marymann.fr 

  • Thérapie brève (psychopraticienne) : Libération des émotions, régression et libération vies antérieures, libération mémoires transgénérationnelles (épigénétique), développement personnel
  • Bilan Orientation & Sens de Vie® : Bilan de compétences avec dimension spirituelle, pour reconversion professionnelle en quête de sens et alignée spirituellement (Bilan de compétences à distance)
  • Atelier relation à l'argent (libération de votre histoire et de vos croyances limitantes pour aller vers la fluidité financière et un entrepreneuriat prospère)
  • Mudra-thérapie : 1ère professeur et mudra-thérapeute en France, certifiée Sabrina Mesko, d'après l'enseignement de Yogi Bhajan - Art énergétique millénaire de bien-être et de développement personnel
  • Soin chamanique - chamanisme
TRÉDION - TREFFLEAN - ELVEN - VANNES - MORBIHAN - BRETAGNE - FRANCE
  PAR SKYPE & ZOOM

Futurs entrepreneurs : le 1er ingrédient du succès, c’est Vous !

Futurs entrepreneurs : le 1er ingrédient du succès, c’est Vous !

Mary Mann

Mettez toutes les chances de votre côté !

Avant de créer une entreprise, on pense souvent à tous les facteurs extérieurs : l’idée puis le juridique et la comptabilité, l’étude de marché… Mais on oublie que le 1er ingrédient du succès et sur lequel repose toute une entreprise : c’est NOUS ! Comment faire si on souffre de croyances auto-destructrices et auto-réalisatrices ? Comment mettre un maximum de chances de notre côté pour nous envoler vers le meilleur ?

Ca y est, vous en avez assez du salariat ?
Vous ne supportez plus le management Non collaboratif et de ne pas pouvoir exprimer vos talents et votre créativité ?

Vous étouffez et avez besoin de voler de vos propres ailes, de vous sentir plus libre d’agir ?

Soudain, votre esprit s’évade : mille idées s’allument dans votre tête, vous rêvez d’indépendance, d’organisation libre de votre temps de travail… et vous pensez à l’entrepreneuriat !

Donc afin de mûrir votre projet, vous devenez boulimique d’informations pour vous bétonner et vous rassurer sur vos capacités…

 

Tenter de maîtriser le sujet…

Vous surfez sur google, vous vous jetez sur les réunions d’informations, sur les salons professionnels, en quête d’idées, de conseils de la part des gens qui ont essuyé les plâtres avant vous…

Il y a d’ailleurs des tas d’interlocuteurs qui seront ravis de vous vendre leur savoir-faire dans le domaine juridique, comptable, financier, commercial, marketing, communication, site web, protection sociale etc.

Certes, vous avez parfaitement raison de le faire. Toutes ces sources d’informations sont importantes : cela va vous permettre de clarifier votre projet et d’acquérir une culture de la gestion d’entreprise pour maximiser vos chances de succès.

Mais ce n’est pas suffisant !

Euuuh… Mais au fait, êtes-vous vraiment aligné ?

Comment ça aligné ?

Ben oui. J’entends par là : est-ce que votre projet est suffisamment en accord avec votre Etre pour y croire longtemps ? Pour qu’il s’intègre à votre vie ? Pour que vous y preniez du plaisir ?

Pour y passer du temps, faire certains sacrifices car ça en vaudra la peine à vos yeux, faire front et tenir la barre quoiqu’il advienne…

Non ?

Alors passez votre chemin, vous vous découragerez tôt ou tard et vous vous serez fatigué pour rien.

Mais comment découvrir son alignement professionnel ? Tiens, tiens… Voyez mon autre article sur la question.

Par contre, si vous savez qu’avec votre projet, vous serez aligné professionnellement, vous pouvez continuer la lecture !

Etes-vous bien aligné ?

Le problème du grand Saut !

Une fois que vous avez défini votre projet, amassé vos connaissances tel un petit mulot des champs, plusieurs options s’offrent à vous :

 

Photo by Arnaud Boudou

1- Soit vous savez parfaitement ce que vous faites, vous êtes le roi du business et vous réussissez tout ce que vous entreprenez !

2- Soit vous avez toutes les compétences techniques, vous avez fait une école de gestion, des études de marketing, des stages, des sessions d’informations, mais comment dire… vous avez PEUR, PEUR, PEUR !

Oui, vous ne savez pas pourquoi mais vous rêvez de passer à l’action et pourtant, vous tremblez comme une feuille !

Tout vous parait une montagne !
Vous pensez déjà au pire et à votre futur dépôt de bilan avant d’avoir commencé !

Oh la la ! Rien qu’à l’idée de tout ce qu’il y a à faire et des futures difficultés vous êtes tétanisé !

Vous vous sentez incapable soudain au pied du mur et vous vous dites « j’y vais, j’y vais pas… Bah, c’est trop dur, je mets ça dans un tiroir et je verrai si je m’en sens capable l’an prochain » mais l’année suivante rebelote et votre vie est un éternel rêve d’émancipation professionnelle… Comme dirait l’autre : y’a quelque chose qui coince…

3- Soit enfin, dernier cas de figure, vous vous lancez dans l’aventure avec un certain aveuglement et un grain de folie au risque de vous ramasser en bas de la falaise comme un wingsuiter ayant oublié de déployer ses ailes !

« Un entrepreneur est quelqu’un qui se jette d’une falaise tout en construisant un avion pendant la descente. » (Reid Hoffman).

Sur quelles fondations allez-vous décoller ?

Prêt pour le décollage ?

Alors vous vous êtes reconnu ? Aussi, je m’adresse à tous ceux qui ne font pas partie de la catégorie 1 : en effet, n’est pas entrepreneur de manière innée ou serial entrepreneur, qui veut !

Dans un premier temps, avant de se lancer, on a forcément une certaine appréhension, c’est normal (sauf si on fait partie de la catégorie 3 car on est le fils caché de Clovis Cornillac dans Les chevaliers du ciel)…

Et on cherche souvent à se rassurer un maximum en amassant à l’extérieur de nous tout un tas de compétences, d’outils…

On glane de plus en plus d’infos, on devient un peu plus expert sur comment ça se passe, on se rassure d’avoir assisté à toutes ces réunions d’informations, ces formations, ces stages…

On empile patiemment et précautionneusement notre jeu de cartes en faisant attention au moindre courant d’air ! Et le jour où on se dit : « ça y est c’est bon ! » On se lance, on monte dans notre fusée pensant être fin prêt…

Et PATATRA ! On n’avait pas vu que la base de décollage sur laquelle on avait monté notre si jolie fusée, notre fondation était vermoulue par les vers de l’auto sabotage !

L’impact des croyances personnelles

Car vous oubliez une chose ESSENTIELLE : la base de votre business, c’est VOUS !

Le 1er ingrédient de votre succès, c’est VOUS !

Et pour avoir l’énergie de vous lancer puis de tenir la barre de votre navire dans la tempête et avoir de l’endurance face à l’adversité, le 1er investissement à faire : il est à faire sur VOUS !

Comment ferez-vous avec… ?

Votre anxiété (vous arriverez à l’os après avoir rongé tous vos ongles et vous risquerez un ulcère).

Votre tendance à la procrastination par peur de l’échec.

Votre passif familial (Tu es nul ! t’arriveras jamais à rien dans la vie !).

L’image que vous avez de vous (je suis encore plus nul ! Je suis incapable de réussir : je tournais à 6 de moyenne à l’école !) .

Vos croyances sur la société et le monde (Quand on est une femme on ne peut pas réussir ! La vie c’est dangereux (la preuve : on meurt à la fin ;-)) ! On ne peut pas faire ce qu’on veut dans la vie ! Les autres vont m’arnaquer ! J’ai peur de ne pas m’en sortir et ne pas y arriver ! J’ai peur de me retrouver sans rien et de tout perdre !)

ou encore les mésaventures de vos ancêtres (Ils ont connu la misère durant la guerre, la crise de 1929, ils ont toujours été ouvriers avec la conviction de ne pouvoir être à leur compte, ils ont fait faillite…)

Tous ces conditionnements que vous avez en vous seront comme des programmes de fond qui vous saperont et vous prendront votre énergie, voire vous mèneront à l’échec (ben tu vois, j’te l’avais bien dit : t’es nul !).

Ainsi, votre vie d’entrepreneur s’arrangera pour vous faire confirmer tout ce que la vie vous a fait croire sur vous et qui est gravé au fer rouge.

C’est pourquoi je le répète :
le premier ingrédient du succès
et le 1er investissement à faire : il est sur vous !

Ne soyez pas le même, soyez meilleur !

Comment changer vos schémas négatifs et partir sur de bonnes bases ?

Il est crucial de faire un travail sur vous afin d’alléger votre bagage émotionnel.

Soit pour ne pas vous tirer dans les pattes vous-même, soit pour ne pas souffrir trop durement de certaines épreuves, ou encore faire fi des remarques acerbes des frileux et jaloux qui ne viseront qu’à vous décourager.

Car il y a des tas de gens sur votre route (surtout dans votre entourage) qui seront les premiers à ne pas croire à votre business et se transformeront en mégère médisante juste pour cacher leurs propres angoisses et leur propre inconfort face à votre audace.

Il est donc salutaire que toutes les problématiques :

  1. d’estime de soi, de valeur personnelle.
  2. d’auto sabotage.
  3. vos croyances limitantes.
  4. ou encore un deuil non fait pour un précédent échec.

SOIENT  LI-BE-REES !

Que ce soit grâce à la libération émotionnelle ou grâce aux mudrâs, grâce à mon process EVEIL, vous aurez de véritables alliés pour vous accompagner avant/pendant/après le démarrage de votre projet.

Car quand on est entrepreneur, sachez qu’il faut être aussi tenace qu’un Pittbull et persistant comme un brise-glace. Il faut avoir du courage, avoir une certain aplomb, de l’assurance pour toujours aller de l’avant…

Ainsi vous transformerez votre personnalité et vous vous donnerez les outils internes nécessaires à votre réussite ! Car on n’obtient jamais un résultat différent en agissant toujours de la même manière.

Eh oui !

La touche finale du parfait entrepreneur !

Vous pourrez ensuite parfaire votre attitude d’entrepreneur en suivant mon atelier sur la relation à l’argent car transformer votre comportement face à l’argent et le pacifier va changer votre vie. Et je pèse mes mots pour l’avoir fait moi-même.

En effet, nous sommes nombreux à souffrir de la peur du manque, à avoir du mal à fixer nos tarifs à notre juste valeur…

Si vous voulez mettre toutes les chances de votre côté, ceci est à mon sens, une étape INCONTOURNABLE pour vivre votre business plus sereinement en tant que personne audacieuse qui prend sa vie en main.

Alors, prêt à mettre toutes les chances de votre côté pour vous lancer ?
Connaitre ses vies antérieures

Connaitre ses vies antérieures

Comment connaitre ses vies antérieures ? Et pourquoi s’en libérer ? Parfois, un passé karmique est si lourd qu’il influence notre présent et bloque notre évolution. Voici 3 exemples rencontrés en séance.

lire plus
Comment attirer l’argent, la prospérité et réussir ?

Comment attirer l’argent, la prospérité et réussir ?

Comment l’argent a-t-il pu se charger de tant de croyances négatives et nous faire souffrir autant ? Pour le comprendre, il faut plonger dans l’histoire, celle de notre société mais aussi la nôtre puis s’en libérer, pour qu’ensuite l’argent circule librement dans notre vie.

lire plus

Mary Mann : Catalyseur de transformation

 

Thérapie  Et Quête de sens

Pour vivre et concevoir le travail, autrement !

Et être bien dans sa tête et dans son travail

Je vis en Bretagne mais je travaille partout (grâce à internet) !

Lieu-dit Le Léty  -  FR-56250 TREDION

Tel : +33.(0)6 02 31 82 85

mm[@]marymann.fr 

  • Thérapie brève (psychopraticienne) : Libération des émotions, régression et libération vies antérieures, libération mémoires transgénérationnelles (épigénétique), développement personnel
  • Bilan Orientation & Sens de Vie® : Bilan de compétences avec dimension spirituelle, pour reconversion professionnelle en quête de sens et alignée spirituellement (Bilan de compétences à distance)
  • Atelier relation à l'argent (libération de votre histoire et de vos croyances limitantes pour aller vers la fluidité financière et un entrepreneuriat prospère)
  • Mudra-thérapie : 1ère professeur et mudra-thérapeute en France, certifiée Sabrina Mesko, d'après l'enseignement de Yogi Bhajan - Art énergétique millénaire de bien-être et de développement personnel
  • Soin chamanique - chamanisme
TRÉDION - TREFFLEAN - ELVEN - VANNES - MORBIHAN - BRETAGNE - FRANCE
  PAR SKYPE & ZOOM

Comment réussir à lâcher le travail qui vous fait vivre ?

Comment réussir à lâcher le travail qui vous fait vivre ?

Mary Mann

Arrêter de se faire des films pour briser ses chaines

Le marché du travail va mal. Pas seulement à cause du chômage. Depuis que la rupture conventionnelle existe, les demandes ont explosé ! Or, tandis que certains osent, beaucoup ne font que rêver à autre chose et ne passent jamais à l’acte. Pourquoi ? Car la peur les paralyse et leur auto-saboteur leur fait imaginer le pire, avant même d’avoir réfléchi calmement à leur projet. Cette simple introspection qui n’engage pourtant à rien, est une étape clé, parmi d’autres… Mais quelle est donc la marche à suivre pour réussir à lâcher le travail qui vous fait vivre ?

En 2013, 70% des 18-35 ans ne se retrouvaient pas dans leur job.

En 2014, 48% des français souhaitaient se reconvertir professionnellement. Néanmoins, beaucoup n’en restent qu’à l’étape du rêve… ou plutôt du cauchemar.

1-Pause… arrêtez le film !

Bien des gens rêvent d’une autre vie… Mais ne passent jamais à l’acte.

D’ailleurs, leurs croyances : « C’est impossible, de toute façon !» ou « Je n’y arriverai jamais !» sont si ancrées qu’ils ne passent même pas à la phase d’étude.

Pourtant quel risque y a-t-il ?

Serait-ce comme embrasser c’est tromper ? Est-ce que le fait d’échanger un baiser avec un flirt d’un soir un peu arrosé, va vous faire quitter foyer et conjoint sur-le-champ puis vous marier avec un autre, et tout ça dans les 2 jours ?

Ridicule.

Avant de changer de voie, pourquoi ne pouvez-vous pas tout simplement rêver,

puis réfléchir, bien avant de tester pour voir ?

 

Dans un désir de reconversion, nombreux sont ceux qui s’emballent.

Ils l’abordent comme si le simple fait de penser à une alternative, puis de l’étudier plus sérieusement (afin de répondre si oui ou non, on passe à l’action), allait les projeter instantanément dans une nouvelle existence aux antipodes de la précédente !

La simple évocation d’un changement, leur fait l’effet d’un saut en parachute… SANS parachute !

Ils se retrouvent alors face à leurs peurs les plus intenses ! Ils font soudain le Bernard-l’hermite.

« Oh mon Dieu ! Et si j’admettais ainsi clairement que je ne veux plus de cette vie-là ?

Si je découvrais qu’autre chose était possible ?!

Ou pire : Je vais finir sous les ponts ! »

Et à peine la pensée est émise que soudain : les violons, Fantine, Jean Valjean et Cosette arrivent…

Pour enterrer des rêves en bonne et due forme lors, d’un plan séquence catastrophique et misérabiliste débouchant forcément sur le pire…

Vite, vite ! Pris de panique, ils remettent le couvercle sur leurs émotions, se déconnectent encore un peu plus d’eux-mêmes, jusqu’à la prochaine bouffée de ras-le-bol.

Pourtant le magma bout à l’intérieur ! Et d’expérience, il risque de devenir incontrôlable et voudra sortir un jour !

Et il pourrait même se retourner contre vous ou à l’extérieur…

Mais, dites-moi…

Avez-vous déjà été projeté instantanément dans un supermarché à la simple idée d’acheter de la mayonnaise alors que vous faisiez votre liste de courses ?

Moi non.

Par contre, on a la possibilité de rêver un moment aux différentes recettes de mayonnaise et à leurs goûts : au citron, à la moutarde, avec des œufs frais…(Hummm avec des frites) sans rien acheter.

Pour autant, au moment de choisir, vous aurez déjà une bonne idée de pourquoi vous préférez celle à la moutarde et serez plus sûr de votre choix.

Tout ça sans rien faire d’autre que de réfléchir. Vous n’aurez même pas pris votre voiture. 🙂

2-Faire le point

 

interrogation photoQuoiqu’il en soit, vous l’avez certainement déjà observé :

l’envie de changer démarre toujours par une crise, un mal-être et auquel on ne sait pas apporter de solution.

Car souvent, on a la tête dans le guidon, embourbé dans nos peurs et nos croyances limitantes.

C’est pourquoi il vaut mieux se poser et prendre le temps de réfléchir (faire un bilan) :

  • Où en suis-je dans ma vie ?
  • Qu’est-ce que je ne veux plus ?
  • Quels sont mes besoins essentiels auxquels je ne veux plus renoncer ?
  • Mes valeurs motrices dans ma vie ?
  • Et surtout mes priorités, mes gros cailloux que je veux mettre en premier dans mon seau pour être heureux ?

Il est important de se faire accompagner dans cette introspection pour nourrir notre réflexion au lieu de repousser toujours plus notre mal-être en croyant le faire taire.

D’expérience, on repousse ce que nous ne sommes pas prêts à affronter.

Or ce à quoi je résiste, persiste !

Dès que nous avons conscience que quelque chose ne va pas, c’est comme la pilule rouge dans Matrix : vous SAVEZ.

Nul retour en arrière possible ! Vous avez beau repousser l’échéance, votre mal-être reviendra toquer à la porte de votre cœur et tordre vos boyaux.

Et tôt ou tard, il faudra se pencher sur la question sous peine d’être malheureux encore longtemps… Avant d’atteindre le seuil critique qui nous fera passer à l’action… Mais dans la douleur et la confusion, ou qu’un événement extérieur (accident, maladie, décès…) nous fasse un électrochoc et provoque le même résultat. :-/

« Je ne te dis pas que ce sera facile, je te dis que ça en vaudra la peine. » (Art Williams)

Grâce à votre réflexion, vous saurez quel est votre Pourquoi et pourrez approcher votre Comment (la profession qui vous permettra de poursuivre ce But supérieur).

Vous aurez pris conscience de votre INTENTION dans cette vie au service de l’ensemble. Ainsi, vous aurez les éléments pour trouver votre porte de sortie, construire une projet cohérent avec la personne que vous êtes.

Pas à pas, vous vous sentirez plus confiant car vous ne naviguerez plus à vue !

Vous aurez une idée claire de votre étoile polaire (celle qui vous guidera toute votre vie), pour vous diriger dans votre existence toujours en cohérence avec vous-même. Au lieu d’errer

Alors, quand ça ne va pas dans votre vie, vous n’avez qu’un seul effort à faire : celui de prendre votre responsabilité vis-à-vis de vous-même puis de décider de vous faire aider pour aller vers plus de joie, de vie et une renaissance afin de vous honorer !

« Quelqu’un pourrait-il rallumer la lumière svp ? »

3-Voir et concevoir ce que vous ne voyez pas

 

Quand on a grandi dans un certain milieu, celui-ci influence notre mode de pensée.

Notre esprit se formate sur ce qui est admis dans notre milieu familial. Et cela n’épargne pas la catégorie socio-professionnelle ou le type de métier.

Moi-même, aucun de mes parents n’était entrepreneur, et longtemps, je n’ai même pas considéré cela possible pour moi.

Pourquoi ? Car cela ne correspondait pas à mon éducation et à mon « champ des possibles » à Moi.

Aujourd’hui, 92 % des emplois sont dans le salariat mais un rééquilibrage est en train de se produire, lentement mais sûrement.

 

 

Mais vous pouvez tout à fait vous former à un autre métier et rester dans le salariat.

Tout ça pour dire que parfois, des solutions sont à notre portée mais que souvent, inconsciemment nous les mettons de côté sans même y réfléchir.

Car elles ne correspondent pas à nos croyances.

Bien des croyances bloquent les gens, tandis que tout leur Etre appelle un changement.

Et beaucoup choisissent d’écouter ces croyances inconscientes pour rester dans le même schéma pourtant insatisfaisant et délétère.

Cette attitude les amène d’ailleurs souvent à à rester aveugle aux solutions et aux différentes portes de sortie… Pourtant à portée de mains.

peurAinsi, ils donnent à manger à leur auto-saboteur, qui s’exclame une fois repus : « Super ! Rien ne va changer ! Ouf, qu’est-ce que j’ai eu peur…! »

Croyez-moi, il y a des solutions que vous ne considérerez même pas tant elles sont inconcevables dans votre schéma de pensée et pourtant elles existent.

Mais elles sont simplement dans votre angle mort.

 

 

4-Démasquer vos peurs sous les excuses

 

Il n’est pas rare d’entendre comme argument : « J’aimerais bien quitter ce job si je n’avais pas des enfants à charge. »

Voici ce que Christian Junod, l’auteur de Ce que l’argent dit de vous, en dit : « Encore une autre prison… Un comble de faire des enfants pour en être prisonnier !

Au moment de mon départ, deux de mes enfants étaient encore étudiants et cela n’a pas été un problème car j’étais prêt à affronter l’inconnu du statut d’indépendant.

Plusieurs années auparavant, alors que je m’ennuyais déjà au travail, je n’avais pas été capable de partir, de changer de métier car je n’étais pas prêt intérieurement.

Mes enfants n’y étaient pour rien. C’est ainsi que bien souvent, les excuses que nous nous trouvons cachent une raison bien plus inavouable : notre peur. »

Prêt ? On ne l’est jamais vraiment ! On a juste peur !

Christian Junod poursuit : « Il n’y a pas de honte à avoir peur, ce n’est pas un problème. Ne pas se l’avouer en est un, car je ne peux pas transformer une peur non dite et c’est elle qui restera le moteur de mes décisions. »

Bien sûr, afin d’être prêt (mais on ne l’est jamais vraiment ! On a juste peur !), c’est mieux de préparer votre plan suffisamment.

Si vous passez du salariat à l’entrepreneuriat, il est possible d’avoir une bascule progressive si vous avez vraiment besoin d’une transition douce et rassurante.

Mais dans ce cas, assurez-vous d’avoir une énergie et une discipline d’enfer pour vous consacrer aux deux en même temps !

Si vous voulez changer de job en restant salarié, libre à vous de faire une formation de reconversion en dehors de votre temps de travail (idem pour l’énergie et la discipline).

Vous pouvez également souhaiter mettre un max d’argent de côté avant de faire le saut… D’ailleurs, peut-être vous faudrait-il travailler votre peur du manque et votre relation à l’argent pour vous aider à sauter ?

Mais parfois, il se peut aussi que vous soyez arrivé au bout du bout (ça arrive) ! Et que vous décidiez de partir grâce à une rupture conventionnelle car de toute façon vous sentez, tout au fond de vous, que 6 mois de plus sont tout bonnement IM-PEN-SA-BLES ! Vous pourrez tout à fait réaliser ce travail de réflexion après avoir appuyé sur le bouton du siège éjectable.

 

Tout est une question de choix et de priorités.
Quels sont les vôtres ?

5-Déterminer ce qui est vraiment important

 

Préférez-vous continuer à privilégier l’AVOIR : gagner autant pour pouvoir continuer à partir aux vacances à la neige et à la mer ou à l’autre bout du monde, histoire de supporter votre quotidien ?

Continuer à acheter toutes ces choses futiles pour vous occuper ou encore la dernière BMW ou le dernier portable à la mode pour montrer que vous avez réussi votre vie ?

Ou envisager de réduire votre train de vie et GAGNER en bonheur intérieur ?

Voulez-vous encore continuer à rentrer irascible et exténué, absent psychologiquement car vous avez fait le grand écart toute la journée entre :

  • vouloir partir en courant et rester là à faire des choses qui ne vous rendent pas heureux ?
  • Ou être vraiment présent à ce que vous faites et passer plus de temps avec vos proches ?

Avez-vous envie de continuer à vous morfondre et à dépérir ? Ou de vous lever chaque jour avec le sourire, et de sentir un feu à l’intérieur de vous ?

Ce feu qui vous porte et vous amène à vous surpasser avec bonheur… Au point que vous « oubliez » vos vacances à la neige et en Thaïlande…

Car finalement vous n’en avez plus autant besoin qu’avant puisque vous n’avez plus besoin de vous échapper de votre boulot ennuyeux qui vous occupait 300 jours/an ?

C’est une question existentielle qui mérite réflexion…

Alors, si vous prenez finalement la décision d’écouter votre cœur et de le suivre, mais que vous avez l’impression d’appuyer sur le frein et l’accélérateur en même temps…

Faites-vous accompagner pour passer ce cap et vous propulser vers de nouveaux horizons !

Vous pourrez y trouver votre Pourquoi et dessiner votre Comment (car l’important c’est le Pourquoi pas le Comment), afin d’être aligné professionnellement.

Et que diriez-vous de faire sauter vos barrières grâce à la méthode P.E.A.T. ? En travaillant votre peur de l’insécurité, votre tétanie face à l’inconnu ou encore votre manque de confiance en vos capacités ?

 

Mais un conseil : n’abandonnez pas avant même d’avoir commencé !

En conclusion, si quitter un emploi n’est pas facile, nul besoin d’en rajouter. En effet, beaucoup de personnes n’osent même pas y réfléchir de peur de conséquences fantasmées. La meilleure manière d’y parvenir est d’abord de vous accorder du temps pour faire le point. Puis d’explorer de nouvelles idées, de démasquer les peurs qui vous sabotent pour mieux les désactiver. Et enfin de déterminer ce qui est le plus important dans votre vie afin de passer à l’action !

 

Comment savoir qu’il faut changer de travail ?

Comment savoir qu’il faut changer de travail ?

Quand on se morfond dans son travail, de nombreux signaux nous alarment sur notre état intérieur. Mais souvent nous ne voulons pas les voir ou les entendre pour ne pas sortir de notre zone de confort. Pourtant il y a des évidences…

lire plus
Le délicieux basculement

Le délicieux basculement

Il est souvent difficile de sauter dans l’inconnu. Or quand on arrive finalement à le faire, on se demande « My God, mais pourquoi ne l’ai-je pas fait plus tôt ?! » Le temps que l’on peut perdre à avoir peur de vivre est sidérant… Laissez-moi vous conter mon jour de « basculement délicieux » au niveau professionnel.

lire plus

Mary Mann : Catalyseur de transformation

 

Thérapie  Et Quête de sens

Pour vivre et concevoir le travail, autrement !

Et être bien dans sa tête et dans son travail

Je vis en Bretagne mais je travaille partout (grâce à internet) !

Lieu-dit Le Léty  -  FR-56250 TREDION

Tel : +33.(0)6 02 31 82 85

mm[@]marymann.fr 

  • Thérapie brève (psychopraticienne) : Libération des émotions, régression et libération vies antérieures, libération mémoires transgénérationnelles (épigénétique), développement personnel
  • Bilan Orientation & Sens de Vie® : Bilan de compétences avec dimension spirituelle, pour reconversion professionnelle en quête de sens et alignée spirituellement (Bilan de compétences à distance)
  • Atelier relation à l'argent (libération de votre histoire et de vos croyances limitantes pour aller vers la fluidité financière et un entrepreneuriat prospère)
  • Mudra-thérapie : 1ère professeur et mudra-thérapeute en France, certifiée Sabrina Mesko, d'après l'enseignement de Yogi Bhajan - Art énergétique millénaire de bien-être et de développement personnel
  • Soin chamanique - chamanisme
TRÉDION - TREFFLEAN - ELVEN - VANNES - MORBIHAN - BRETAGNE - FRANCE
  PAR SKYPE & ZOOM

Pourquoi la loi d’attraction ne marche pas ?

Pourquoi la loi d’attraction ne marche pas ?

Mary Mann

Oh ! Mon Dieu, je m’attaque à un mythe !

et est très mal comprise !

La loi d’attraction, la physique quantique… tout le monde en parle. Mais bien souvent, on ne sait pas vraiment de quoi il s’agit et on obtient vite un bon pudding indigeste (surtout dans le monde du développement personnel). Alors, qu’en est-il exactement ? Et pourquoi faut-il bien appréhender la physique quantique afin de comprendre pourquoi, bien souvent, la loi d’attraction ne marche pas ? Mais alors ? Qu’est-ce qui marche vraiment ??!

Ils me font mal à la tête… 

J’ai même envie de bailler tiens… HAaaaaaaouu !!  Pas vous ?

Tous ceux qui parlent de la loi d’attraction ou qui prétendent faire des thérapies quantiques…

Mieux ! Des sauts quantiques… Et Hop ! Triple salto arrière quantique. lol

Ça me fait penser aux pubs pour cosmétiques. Vous savez ? Avec tous les schémas ultra technologiques, les noms d’actifs sophistiqués… pour vous vendre une crème qui va soit disant vous refaire la face ! Ça fait classe, hype, tout ce qu’on veut, « Je maîtrise trop grave ! ».

En fait, ils veulent surtout vous faire passer à la caisse.

Mais enfin… Même les scientifiques ne comprennent pas ce qui se passe au niveau quantique ! Ils sont juste spectateurs d’un truc dingue et hors de leurs conceptions.

Pour l’anecdote, on parle de saut quantique quand un électron quitte son orbite pour aller sur une autre orbite -qu’elle soit supérieure (il y a absorption de lumière) ou inférieure (émission de lumière)- et que ça se fait simultanément. Voilà ce que m’a expliqué Philippe Bobola, Docteur en physique.

Alors… Prétendre faire faire des sauts quantiques aux gens… Non mais, sérieux… A moins que votre deuxième prénom soit électron et que vous puissiez absorber ou émettre de la lumière par les trous de nez en même temps ?

Bon, bref… Revenons à un sujet sérieux.

Avant d’aborder cette notion de loi d’attraction, il convient de s’attaquer à un gros morceau… La réalité : celle que nous expérimentons et dans laquelle nous vivons.

Concentrez-vous, ça en vaut la peine ! Et vous comprendrez tout en vous écriant Alléluia !

La notion de réalité

Thibault DAMOUR, physicien théoricien et spécialiste de la relativité générale à l’IHES (Institut de Hautes Etudes Scientifiques) dit ceci :

empiler photo«La physique quantique nous dit que la réalité est comme un film « multi-surimprimé »  mais que nous-mêmes ne sommes pas des spectateurs : nous sommes à l’intérieur de ce film, et nous sommes une des couches de surimpression de ce film.

Chaque modèle/sentiment/version de nous-même correspond à une seule couche dans cette surimpression et chaque couche de surimpression a l’impression de ne voir qu’un seul film logique où il s’est passé seulement une chose et pas une autre.

Mais il faut imaginer que le film de la réalité est une surimpression de toutes les potentialités décrites par la physique quantique.»

Autrement dit en plus simple : il existe plusieurs réalités au même moment et c’est nous qui choisissons de vivre telle ou telle réalité (en fonction de quoi ?

Ahaha !! Suspense attendez de voir plus bas…).

Mais Monsieur DAMOUR n’a pas fini son propos, lisez plutôt :
« Einstein avait conscience que la notion habituelle de réalité est naïve. On n’a pas le droit de dire qu’il existe une réalité en dehors de nous. Ce qu’est la réalité n’est pas quelque chose qui préexiste.

Il faut regarder la Physique elle-même et changer notre concept de la réalité selon les lois de la Physique.

Et cela nous ramène à une pensée profonde du philosophe Emmanuel Kant, qui disait que la façon dont l’être humain décrit la réalité, ça n’est pas (comme naïvement on le croit) qu’il y a une réalité et que notre description de la réalité doit copier ce qui préexiste.

Mais que c’est notre théorie du réel qui crée le réel.
La notion de réel est en fait créée par l’esprit humain qui crée de l’ordre autour de lui et c’est l’esprit humain -la Physique en particulier- qui définit la réalité et non l’inverse ».

Allô, vous suivez toujours ? Besoin d’une aspirine ? 🙂

Patrick Poinsenet, spécialiste de la Guidance Quantique (mais pas physicien), nous convie à concevoir notre vie en terme de réalités probables de manifestations :

« Pour chaque événement, il y avait toujours plusieurs réalités probables. Notre capacité à les actualiser dépend uniquement de nos croyances. »

Bon, voilà pour la partie théorique et scientifique, base indispensable pour aborder ce qui suit… la loi d’attraction !

Ta daaa !!

La Loi d’attraction

 

Cela fait plusieurs années que j’entends parler de la loi d’attraction.

Et des choses contradictoires, j’en ai entendues !

 

  1. « Ça ne marche que sur du positif !» (Ouf ma grand-mère qui était convaincue de mourir du cancer pendant 20 ans l’a échappé belle !),
  2. « Tout ce que vous expérimentez peut être relié à votre ressenti avant son apparition, et à votre focalisation en général.» (Ah ? Mais alors, ma grand-mère aurait du avoir le cancer ?)
  3. Ou encore : « Ce que nous vivons est l’actualisation et le produit direct de nos pensées passées. » (ça se confirme mémé, tu y as tellement pensé que tu aurais du avoir le cancer),
  4. « Si tu penses 1 seconde à l’échec, ça annule tout ! Vite, vite !! Annule ta pensée négative ! » (Mémé ? As-tu douté un seul instant que tu aurais le cancer ?), 

Piou lala ! Bon alors, mettez-vous d’accord les gars !

J’avoue que de tels propos me laissent… comment dire… songeuse.

Je ne sais pas vous… entre tout ce gloubiboulga et « Le secret » où les protagonistes ne trouvent leur salut que dans le matérialisme… Désolée, mais j’ai fait une indigestion :-/

 

Donc si on suit ces affirmations n°2 et n°3 de la loi d’attraction :

  • Cela voudrait dire que toutes les victimes d’attentat focalisaient là-dessus ?
  • Et est-ce que les victimes du naufrage du Costa Concordia en Italie sont mortes à cause de leur ressenti avant l’apparition du naufrage et de leurs pensées ou à cause de l’erreur du capitaine ?
  • Pour sûr, Sarkozy aurait du être réélu, vu comme il y pensait tous le matins en se rasant et se voyait déjà en sauveur de la France !
  • Que dire si J-L Delarue, véritable phobique de l’avion, était mort dans un crash ? On aurait sûrement attribué ça à la loi d’attraction. Or cela ne lui est pas arrivé, malgré le fait qu’il était terrorisé et ne pensait probablement qu’à ça avant et pendant un vol (ah mais non ! ça ne marche que sur du positif selon la loi n°1…).

Bref… Je vous laisse vous faire votre idée

 

« Croire que l’on maîtrise tout conduit à la folie. » – Un psy entendu à la radio

Beaucoup de gens désillusionnés de n’avoir aucun résultat par la loi d’attraction dépriment !

Certains atterrissent chez les psy.

Un jour, j’ai même entendu un psy à la radio dire à ce sujet : « croire que l’on maîtrise tout conduit à la folie ».

Pas faux !

Par exemple, aux dires de ceux qui prêchent la loi d’attraction, il faut maîtriser ses pensées car tout ce qui nous arrive en découle !

Or comment maîtriser les environ 60 000 pensées quotidiennes ? Quand on sait qu’en plus, elles sont les mêmes que la veille à plus de 90% !?

Pour finir d’enfoncer le clou : la MAJORITE de nos pensées sont INCONSCIENTES !!

Et à votre avis qui gagne ?

Les pensées de « surface » ou les pensées inconscientes qui découlent de nos croyances et qui inondent notre cerveau à longueur de journée ?

Ensuite, il faut tenir compte des autres. En effet, nous ne maîtrisons PAS TOUT ce qui nous arrive.

Les événements de notre vie dépendent également des actions des autres (qui ont un libre-arbitre aussi) et de leurs interactions !

Pour ma part, une amie à moi me dit souvent « il faut savoir raison garder ».

C’est un conseil que j’applique bien souvent tant notre époque est sujette à de nombreuses dérives…

R

Je crois que l’erreur de ces théories vient :

– Du fait qu’elles font fi des interactions avec les autres
– Du fait qu’elles confondent croyance et pensée
– De leur confusion entre la physique quantique d’Einstein et la physique de Newton

Et donc de leur conception du Temps !

Car le temps linéaire avec son passé et son futur est une conception humaine ! Le passé est révolu. Le futur n’existe pas encore et n’est qu’une prolongation du présent.

Seul le présent existe

 

Au niveau de la physique quantique, au niveau le plus profond de la vie (c’est-à-dire des particules élémentaires), la relation de cause à effet est illusoire car le temps n’existe pas.

Comme je l’ai expliqué avec l’histoire du saut quantique et l’émission de lumière, il n’y a ni « avant », ni « après ». La notion importante à retenir est que tout est simultané.

Alors que dans la physique Newtonienne et ses phénomènes naturels, la relation de cause à effet a bien lieu.

Par exemple, quand vous appuyez sur un interrupteur, l’électricité parcourt les fils puis la lumière s’allume.

 

« Les gens comme nous les physiciens, savons que la distinction entre le passé, présent et le futur est seulement une illusion obstinément persistante » – Albert Einstein

Alors ce que vous avez ressenti ou bien pensé, avant : on s’en fiche !

Vous êtes le résultat de vos croyances passées. Et c’est quoi une croyance ? Comme le dit Gregg Braden :

Une croyance = une pensée + une émotion 

C’est ça qu’il faut bien comprendre ! En plus du fait qu’elles sont inconscientes pour la plupart.

Mais sachez que vous pouvez décider à chaque instant de changer vos croyances et donc votre état d’esprit. Je vais développer plus bas.

Ce qui influencera ensuite votre présent, vos actions, vos ressentis et votre vision de la réalité.

  

Ainsi, le seul pouvoir sur votre futur se situe dans le moment présent

 

Ce qui est sûr et qu’il est important de comprendre, c’est que nous maîtrisons uniquement la façon dont nous allons agir et comment nous allons vivre les événements qui nous arrivent au moment présent.

Nous maîtrisons ce que nous pouvons concevoir et considérons comme possible à l’instant T.

Et cela dépend de quoi ?.. de ? de ? DE NOS CROYANCES LIMITANTES !

 

Une croyance limitante, c’est quoi ?

 

 Les croyances limitantes sont ce que vous considérez comme vrai ou faux et comme possible ou impossible. Que ce soit pour vous ou pour les autres.

 Ces croyances vont déterminer ce que vous acceptez d’essayer et comment vous vous comporterez dans différents contextes.

 Les croyances sont importantes car elles vont déterminer ce que vous tentez d’accomplir.

 Si vous croyez que quelque chose est vraiment impossible pour vous, vous n’essayerez probablement même pas !

 Ainsi donc, les croyances limitantes façonnent notre vision de notre réalité.

 Elles sont à notre psychisme ce que les œillères sont aux chevaux : elles réduisent notre champ visuel des possibles, de la réalité.

Chaque croyance limitante est un barreau de votre prison.
Elle est profondément ancrée dans votre corps et informe votre expérience du présent.
Tout votre Etre y croit.

 

Le philosophe Ervin Laszlo dit :

« La vérité est que nous ne croyons pas seulement ce que nous expérimentons mais nous expérimentons sûrement ce que nous croyons.

Nous filtrons effectivement notre expérience par l’idée que nous construisons du monde. »

 

Et pour Byron Katie :

« Ce que nous croyons crée la seule réalité que nous allons rencontrer. Nous nous identifions tellement aux préjugés et aux jugements que nous avons sur nous-mêmes, les autres, le monde !

Mais lorsque nous questionnons ces croyances, elles perdent leur substance.»

« Le Mental crée sa propre représentation des choses et nous enferme dans la souffrance » – Echkart Tolle 

Ce qui est « drôle », c’est que la vie vous présente souvent des situations qui viennent chatouiller et mettre en lumière vos croyances limitantes.

On dirait que c’est pour mieux vous inciter à les démasquer et à les dépasser.

Ainsi, certains types d’expériences auront tendance à se répéter tant que vous ne décidez pas de vous positionner clairement face au problème et si vous ne désactivez pas les croyances qui en sont à l’origine.

A défaut, bien souvent, la vie vous les resservira (et toujours en plus salé !). C’est un genre « d’attraction par défaut ».

Pour mettre fin à une expérience qui ne vous convient pas, la première chose à faire serait donc d’identifier les croyances en jeu.

Puis une fois identifiées, de les désactiver pour changer votre comportement et vision du monde.

C’est en tout cas un passage obligé pour améliorer votre vie et mettre toutes les chances de votre côté (en parallèle d’avoir les compétences adéquates), afin d’obtenir ce que vous voulez.

Car c’est bien nos croyances fondamentales sur le monde et nous-même qui influent directement nos pensées et nos émotions. Pas l’inverse !

Exemple : Si vous croyez que la vie va vous offrir le meilleur, vous aurez des pensées positives et plus optimistes que quelqu’un qui pensera que la vie est dure et n’apporte que des ennuis. Cette dernière personne vivra au contraire dans la méfiance, la fermeture et la contraction. Ce qui influencera toute son expérience de la réalité et viendra confirmer en boucle sa croyance !

 

 

Posez-vous cette question : quelles sont les croyances qui ont amené telle réalité dans votre vie ?

Par exemple, si je vis une situation financière difficile :

  • serait-ce en raison de ma croyance que « l’argent est sale »
  • ou que « je n’ai aucune valeur » ? (envie de faire un atelier relation à l’argent ?),
  • en plus de ne pas savoir gérer mon budget (ne pas avoir la compétence adéquate) ?

Ces croyances limitantes remontent si loin dans notre enfance (eh oui ! 20 ans dans une famille qui nous a formaté) que nous en sommes imprégnés.

Et toute notre réalité va venir nous confirmer ces croyances.

C’est comme si nous étions un sachet de thé et la réalité de l’eau chaude…

 

La solution : désactiver les croyances limitantes

 

 

Alors, vous aurez beau faire toute la méthode Coué et toutes les visualisations que vous voulez : si vous avez les pieds sur les freins et l’accélérateur en même temps…

Il ne se passera rien !

En effet, la pensée positive est parfois une négation de ce qui EST, alors ça ne peut pas marcher !

Croire possible d’obtenir une chose en ayant constamment une croyance contraire inscrite en soi (Je veux être riche ! Je suis nul !) est illusoire.

Se répéter comme un mantra « Je vis dans l’abondance » tout en étant couvert de dettes revient également à nier votre réalité.

Vous savez ? Je vois parfois des personnes dépitées venir vers moi pour faire mon atelier relation à l’argent. En effet, elles ont participé à d’autres séminaires sur l’argent dans l’espoir de lever leurs blocages avec l’argent et d’attirer la prospérité et réussir. On leur a fait faire de la loi d’attraction, des « sauts quantiques », de la méthode Coué, ou encore travailler avec leur archétype financier

Et alors quoi ? Ça change quoi ? Eh ben pas grand chose selon ces personnes déçues… Plouf !

Normal, si on ne s’attaque pas au fond du problème… Car une 2 CV ne roulera jamais comme une Ferrari, même si on change sa carrosserie. Ce qu’il faut c’est avant tout changer le moteur ! Si aucun travail efficace de désactivation thérapeutique n’est fait sur leurs croyances, leur vécu et leur transgénérationnel avec l’argent, c’est le statu quo ou presque. Surtout quand on a du « lourd » dans son passé ! Il ne faut pas y aller avec une petite cuillère et se contenter d’un relooking de surface.

Il faut que l’information descende dans le corps, et ce n’est pas en restant dans les couches superficielles, le Mental (l’Ego) que cela marchera.

Il faut que tout votre Etre en soi convaincu ! Il faut bosser sur le disque dur.

Et pour cela : il faut changer vos CROYANCES inconscientes qui sont bien plus puissantes que vos pensées ou vos émotions prises séparément. 

Le désir ardent d’une chose, tant vanté par la loi d’attraction -et c’est la seule chose que je garde de cela-, permet surtout de commencer à vous connecter à votre objectif et de garder votre motivation ardente.

Mais ensuite, il faut y croire et surtout agir avec constance vers ce but.

 

Car sans action ni persévérance : point de salut !

 

Certains pensent atteindre un objectif sans faire un seul pas vers ce but, tel un oisillon qui attend la becquée la bouche ouverte.

D’autres se démènent comme des fous avec un boulet au pied à cause de leurs croyances limitantes et ils pédalent dans la semoule…

Napoleon Hill, le Gourou souvent mis en avant par les partisans de la Loi d’attraction, a dit :

 

 

« Quand vos désirs sont suffisamment forts, vous semblez posséder des capacités de réalisation surhumaines. » – Napoleon Hill

OK.

Mais encore faut-il que votre champ des possibles (votre CROYANCE) soit en accord avec ce que vous souhaitez car sinon vous allez vite vous épuiser !

Il est important d’être cohérent et unifié en Soi d’abord.

Car plus vous travaillerez à réconcilier tout ce qui est en conflit en vous, plus vous guérirez vos blessures de vie, vos traumatismes, plus vous vous réunifierez.

Et moins vous aurez de freins et moins vous ferez le grand écart à l’intérieur.

C’est pour cela que le travail avec la méthode PEAT pour réunifier ses polarités internes est important.

Vous aurez alors plus d’énergie et tendrez vers l’Unité.

Vous agirez à la fois en cohérence avec vous-même et sans nager à contre-courant.

Grâce à ce travail sur vous-même, vous pourrez appliquer et ressentir non pas, la Loi d’attraction mais… la « Loi de concrétisation prolifique »

 

La loi de concrétisation prolifique

A mon sens, le nom même de « Loi d’attraction » est inapproprié.

Il induit en erreur car il sous-entend une passivité que beaucoup de gens perçoivent et en laquelle ils veulent croire (obtenir sans agir).

Le choix des mots est important.

Alors j’appellerai plutôt le principe vertueux de matérialisation de ce que vous souhaitez, ainsi : « la Loi de concrétisation prolifique ».

D’accord, c’est moins sexy au niveau marketing, mais elle vous amènera vers vos objectifs !

Petit résumé :

  1. Quand on change nos croyances et qu’on apaise nos conflits intérieurs, on devient libre, on fait la paix en soi
  2. Cela change notre perception des choses et diminue la souffrance,
  3. Cette vision différente des choses crée une nouvelle attitude,
  4. Une attitude différente donne la possibilité de choisir, d’agir autrement,
  5. Nos actions nouvelles modifient notre réalité et nous permettent d’aller vers nos objectifs,
  6. Si on agit avec passion vers ces objectifs, on maintient notre intention d’action ardente,
  7. Cette passion couplée à l’ambition (l’envie de concrétiser une chose) nourrit notre persévérance,
  8. La persévérance permettra d’atteindre nos objectifs,
  9. Et cerise sur le gâteaux : quand on agit avec une intention claire et alignée, les synchronicités se présentent

En conclusion, se croire tout puissant et croire pouvoir tout maîtriser relève de la folie. Croire à des fables modernes ne mène nulle part. Tant que vous n’agissez pas avec des outils efficaces de transformation, rien ne changera profondément. Si vous avez envie de passer à autre chose dans votre vie, travailler sur soi est primordial et inévitable. Vous libérer de votre vécu et transformer vos croyances changera véritablement votre vision du monde et de vous-même. Vous ne changerez pas immédiatement votre réalité, mais la vivrez différemment et serez à même de faire de nouveaux choix ensuite en accord avec vos nouvelles croyances, pour la changer ensuite. Naîtra ainsi un cercle vertueux, un nouvel état d’esprit pour une nouvelle vie.

 

Connaitre ses vies antérieures

Connaitre ses vies antérieures

Comment connaitre ses vies antérieures ? Et pourquoi s’en libérer ? Parfois, un passé karmique est si lourd qu’il influence notre présent et bloque notre évolution. Voici 3 exemples rencontrés en séance.

lire plus

Mary Mann : Catalyseur de transformation

 

Thérapie  Et Quête de sens

Pour vivre et concevoir le travail, autrement !

Et être bien dans sa tête et dans son travail

Je vis en Bretagne mais je travaille partout (grâce à internet) !

Lieu-dit Le Léty  -  FR-56250 TREDION

Tel : +33.(0)6 02 31 82 85

mm[@]marymann.fr 

  • Thérapie brève (psychopraticienne) : Libération des émotions, régression et libération vies antérieures, libération mémoires transgénérationnelles (épigénétique), développement personnel
  • Bilan Orientation & Sens de Vie® : Bilan de compétences avec dimension spirituelle, pour reconversion professionnelle en quête de sens et alignée spirituellement (Bilan de compétences à distance)
  • Atelier relation à l'argent (libération de votre histoire et de vos croyances limitantes pour aller vers la fluidité financière et un entrepreneuriat prospère)
  • Mudra-thérapie : 1ère professeur et mudra-thérapeute en France, certifiée Sabrina Mesko, d'après l'enseignement de Yogi Bhajan - Art énergétique millénaire de bien-être et de développement personnel
  • Soin chamanique - chamanisme
TRÉDION - TREFFLEAN - ELVEN - VANNES - MORBIHAN - BRETAGNE - FRANCE
  PAR SKYPE & ZOOM

Comment trouver le bonheur ?

Comment trouver le bonheur ?

Mary Mann

Un bonheur intelligent et altruiste bien sûr

Comment être heureux ? C’est la question que tout le monde se pose… Le bonheur est la denrée la plus convoitée dans notre société. Mais force est de constater que nous ne sommes pas tous égaux face au même vécu. Quand certains sont d’irréductibles optimistes, d’autres sombrent dans la déprime au moindre coup du sort… Serions-nous les seuls responsables quant à notre félicité ? Cet état mystérieux pourrait-il être apprivoisé ? Faut-il le bonheur à tout prix ? L’injonction au bonheur ne serait-il pas une nouvelle dictature nous menant tout droit vers le malheur et l’individualisme ?

 

De quoi est fait le bonheur ?

 

Apparemment, c’est comme une recette de cuisine. Prenez :

  • 50 % de génétique
  • 40 % de perception
  • 10 % de circonstances de vie

Et vous savez de quoi le bonheur est constitué.

 

Oui, mais est-ce immuable ?

Quand on lit que 50 % de notre capacité à être heureux dépend de notre héritage familial biologique, on aurait tendance à croire qu’il s’agirait uniquement d’un jeu de « pile ou face ».

Ce leg est l’ensemble des conditionnements et des habitudes dans lesquels nous avons baigné en grandissant.

Ce que nous avons hérité de nos parents et de nos ancêtres avant eux : leurs vécu traumatique transmis…

Ce fameux héritage qui s’apparente souvent à une course de patate chaude inconsciente, un relais sans fin dont nous sommes l’aboutissement.

Or bonne nouvelle : tout héritage n’est pas figé dans le marbre. On peut le travailler et s’en libérer !

 

Parlons des 40% de perception maintenant.

Ils désignent notre capacité d’interprétation à propos d’une chose qui nous arrive.

En fait, notre état d’esprit est bien plus important que la situation réelle (qui ne compte qu’à hauteur de 10%).

Que faisons-nous d’un événement ? Nous effondrons-nous au moindre obstacle ? Ou faisons-nous comme l’enfant Obama balancé dans un puits et qui remonte en éclatant de rire au visage des enfants qui l’y ont poussé ? Voyons-nous le verre à moitié vide ou à moitié plein ?

Là encore, tout est une question d’état d’esprit et de croyances qui découlent directement des premiers 50 % et de l’ambiance familiale.

Deuxième bonne nouvelle : on peut aussi changer ce paramètre !

 

Et enfin, seuls 10 % dépendent de l’extérieur (aspect physique, météo…). Certains mettent aussi dans ces 10 %, la quantité d’argent disponible.

Or nos croyances auto-limitantes face à l’argent et provenant de nos origines, sont aussi un sujet passionnant à éliminer et que j’aborde dans mon atelier relation à l’argent !

 

Comment cultiver le bonheur ?

 

Il y a autant de visions que d’êtres sur Terre.

Chacun y mettra ses propres aspirations, son filtre culturel…

Mais cependant, nous pouvons essayer de dégager les grandes lignes universelles de ce que chacun peut faire individuellement pour tendre vers le bonheur.

 

Voici 10 conseils pour aller vers le bonheur :

 

1°/ Il est important de ne pas vouloir contrôler la Vie. Car il est impossible de tout maîtriser. A un moment donné, si la vie vous emmène vers autre chose et que vous freinez des quatre fers, faites taire votre peur et écoutez ce que la vie a envie d’exprimer à travers vous ! Plus tôt vous atteindrez un certain lâcher-prise quant aux événements qui surviennent, et plus tôt vous goûterez à une certaine sérénité et épargnerez votre énergie. Pratiquez l’Aïkido existentiel au lieu de faire constamment du Karaté !

2°/ En vivant en cohérence avec soi et en prenant conscience de ce qui est essentiel dans notre existence. En déployant notre Etre profond, au-delà des conditionnements sociaux-culturels reçus. Car certes nous héritons de nos aïeux, mais si on n’est pas responsable de tout ce qui nous arrive, on est responsable de ce qu’on en fait !

3°/ En faisant un travail de recherche intérieure pour se connaitre. Afin d’apprendre quels sont nos qualités, nos talents, nos forces afin de s’estimer et de mieux choisir ce que nous voulons mettre dans notre vie pour se respecter.

4°/ En se réconciliant avec SOI et notre vécu. En ayant déjà une intention sincère d’apaisement en SOI, pour SOI et donc en réparant nos blessures. Nous commenceront à goûter le moment présent avec de plus en plus de sérénité et de joie.

5°/ En étant attentif un maximum au PRESENT, vivre en conscience. En effet, être plus attentif et présent à ce qu’on fait rend heureux (notre cerveau va alors sécréter de la dopamine et de la sérotonine qui sont des anti-dépresseurs naturels). Découvrez d’ailleurs mon super cursus en ligne pour développer la pleine conscience.

 

 

 

6°/ Le fait d’arrêter de JUGER les autres vous fera un bien fou ! Vous arrêterez ainsi de vous comparer en mieux ou en moins bien. Vous développerez l’acceptation et la tolérance avec un grand A.

7°/ En étant généreux. En étant tourné vers l’autre. Des études ont prouvé que les gens généreux sont plus heureux que les autres. Le bonheur des autres est contagieux et s’il est le fruit de notre action, cela donne du sens à notre vie. Et si en plus nous participons à améliorer le monde, que demander de plus ?

8°/ En arrêtant de vouloir changer les autres. Je le dis souvent à mes clients : on ne peut pas aider quelqu’un qui ne le veut pas ! Soit vous décidez de changer vous-même pour l’accepter (dans la mesure où cela est sans danger pour vous), soit vous ne fréquentez plus les gens qui vous posent problème.

9°/ En ne cherchant pas le bonheur à tout prix ! Car « la souffrance est la différence entre ce qui est et ce que j’aimerais qui soit ». Mais comme le dit Spinoza, chaque être vivant persévère et fait un effort pour grandir durant toute sa vie. Il a naturellement envie de s’élever et de transcender sa condition vers plus de joie et de bonheur afin que ceux-ci occupent le plus de place possible.

Cela est louable. Et cela demande bien sûr un travail sur soi pour aller vers la paix intérieure. Cependant, attention à ne pas voir le bonheur comme un Graal absolu ! Cela amène à rechercher cet état avec trop de mental et en dehors de soi. Or, il faut avant tout se reconnecter à nos ressentis et à notre corps pour le trouver.

10°/ En comprenant que le bonheur ne signifie pas être dans la joie tout le temps.
Dans le dessin animé Vice Versa, la Joie se rend bien compte finalement qu’elle ne peut toujours être aux commandes et qu’elle ne peut exister sans la tristesse et les autres émotions « négatives ». Que chaque émotion est utile selon les situations et coexiste en nous.

En définitive, la notion de bonheur existe car son opposé existe. Comme dans les contes pour enfants, c’est parce qu’il y a un « méchant » que nous pouvons définir ce qu’est un « gentil ». Il est donc normal et souhaitable de ressentir les émotions dites négatives. C’est ce qui fait que nous sommes vivants et pouvons interagir socialement en fonction des émotions des autres, et pas tel un imbécile heureux ayant toujours le sourire aux lèvres.

 

Le bonheur ne peut-il être que le fruit de nos efforts individualistes ?

 

Il faut bien l’admettre, le temps où l’individu avait une vie sociale plus simple, saine, authentique et intégrée au sein d’une communauté est révolu.

Nos nouveaux modes de vie, couplés aux nombreux mouvements de population, convergent vers plus d’isolement et d’individualité. Les nouvelles technologies n’arrangent rien…

Ce terreau s’est révélé du pain béni pour la psychologie positive qui a réduit la notion de bonheur à portion congrue.

Elle a fini par enfermer la notion de bonheur principalement à l’individu. Le rendant seul responsable de son bonheur.

Elle a inculqué que pour atteindre le bonheur, chacun devait avant tout travailler sur lui-même, faire du développement personnel à tout va, pour mieux se connaître et mieux se « corriger ». Que le bonheur ne tenait qu’à soi.

C’est devenu une injonction sociétale : il FAUT être heureux bêtement et à tout prix chacun dans son coin. Au point d’être une quête angoissante !

Céder à la frénésie de lectures traitant de la question, aller voir des coachs, et écouter des gourous du bonheur, est-il le seul moyen d’échapper au malheur ?

Mais qu’en est-il de l’action collective face au monde et à ses dérives ?

Le bonheur ne reposerait-il plus sur une tentative de changer ensemble le monde ? Mais sur une quête permanente de se changer soi ?

Va-t-on tous devenir des îlots tout sourire sans cohésion, tels des lentilles flottant à la dérive dans une soupe indigeste ?

C’est la crainte de la sociologue Eva Illouz et du psychologue Edgar Cabanas dans leur ouvrage Happycratie.

Ils indiquent qu’il a fallu à peine plus d’une décennie pour nous convaincre que la valeur centrale de notre vie se résumait à « ce sentiment teinté d’individualisme et de consumérisme vorace » : Le bonheur.

Selon eux, cette approche du bonheur nous maintiendrait en réalité dans une forme de servitude apaisante et volontaire, renonçant à remettre en cause le capitalisme et à lutter contre ses méfaits… Pour mieux nous consoler de notre impuissance et tout accepter.

« Un cocon de plénitude dans un monde mauvais, ou la dissolution de la lutte dans la perspective du bonheur individuel. »

Or, malgré cette tyrannie du bonheur individualiste, force est de constater que des voix s’élèvent pour changer concrètement des choses à leur échelle et transformer le monde.

Combien de reconversions professionnelles en maraîchage biologique ? Combien de projets écologiques et locaux pour repenser l’industrie de demain ?

Hopaal, Respire, Friendly frenchy, Le jouet Français…

Bien d’autres projets positifs sont relatés dans le livre « Un million de révolutions tranquilles ».

Et si justement, parmi de nombreux accros au bonheur, étaient ces gens qui refusent de renoncer, ne ferment pas les yeux et se mettent à penser, créer, inventer de nouvelles façons de faire et cultivent l’optimisme avant tout ?

Ces gens positifs qui cherchent à donner un sens à leur vie, tout en essayant de redonner du sens à cette société qui en est dépourvue ?

A l’image de Joanna Quelen.

Quand Joanna Quelen a proposé son sujet de TEDx sur le bonheur, les organisateurs lui ont demandé « Pourquoi ce choix » ?

Après quelques instants de réflexion, elle a spontanément répondu : « Parce que la Mort ! »

Ainsi, dans cette présentation intimiste, Joanna nous parle de son parcours vers le bonheur, de sa prise de conscience existentielle.

Un cheminement qui l’a amenée à œuvrer pour le bonheur des autres.

Etre heureux ne se résume à pas se forcer à être bêtement positif ni à devenir aveugle aux horreurs du monde dans une sorte d’autisme sélectif. Le sentiment de bonheur relève à la fois de notre sphère personnelle mais aussi collective. Qu’il le veuille ou non, l’individu est relié au monde. Il vous appartient donc de prendre conscience de vos propres conditionnements au malheur et de vous en libérer. Tout comme il vous appartient de vous engager dans des projets altruistes qui ont du sens à vos yeux et vous permettent d’apporter votre pierre à l’édifice d’un monde meilleur.

 

Connaitre ses vies antérieures

Connaitre ses vies antérieures

Comment connaitre ses vies antérieures ? Et pourquoi s’en libérer ? Parfois, un passé karmique est si lourd qu’il influence notre présent et bloque notre évolution. Voici 3 exemples rencontrés en séance.

lire plus

Mary Mann : Catalyseur de transformation

 

Thérapie  Et Quête de sens

Pour vivre et concevoir le travail, autrement !

Et être bien dans sa tête et dans son travail

Je vis en Bretagne mais je travaille partout (grâce à internet) !

Lieu-dit Le Léty  -  FR-56250 TREDION

Tel : +33.(0)6 02 31 82 85

mm[@]marymann.fr 

  • Thérapie brève (psychopraticienne) : Libération des émotions, régression et libération vies antérieures, libération mémoires transgénérationnelles (épigénétique), développement personnel
  • Bilan Orientation & Sens de Vie® : Bilan de compétences avec dimension spirituelle, pour reconversion professionnelle en quête de sens et alignée spirituellement (Bilan de compétences à distance)
  • Atelier relation à l'argent (libération de votre histoire et de vos croyances limitantes pour aller vers la fluidité financière et un entrepreneuriat prospère)
  • Mudra-thérapie : 1ère professeur et mudra-thérapeute en France, certifiée Sabrina Mesko, d'après l'enseignement de Yogi Bhajan - Art énergétique millénaire de bien-être et de développement personnel
  • Soin chamanique - chamanisme
TRÉDION - TREFFLEAN - ELVEN - VANNES - MORBIHAN - BRETAGNE - FRANCE
  PAR SKYPE & ZOOM

Réinitialiser le mot de passe
Veuillez entrer votre email. Vous allez recevoir votre nouveau mot de passe par email.