Remettre la Vie au centre

Remettre la Vie au centre

Mary Mann

Il serait temps !

Fin février 2020, j’étais à Toulouse.

J’assistais à un symposium de l’INREES « Nature extraordinaire – vers une écologie spirituelle »

Parmi les intervenants, il y avait notamment mon cher formateur en chamanisme, Laurent Huguelit – auteur de « Mère », ainsi que Satish Kumar auteur du livre « Vers une écologie spirituelle ».

Plongée dans le noir, j’observais l’amphithéâtre plein à craquer !

Les lumières bleues, vertes, soigneusement réparties, diffusaient une ambiance intimiste et mystérieuse.

Sur la scène, des végétaux disposés donnaient l’impression de se trouver dans la nature.

Après l’introduction de Stéphane Allix, Laurent Huguelit – premier intervenant – surgit soudain des végétaux sur la droite de la scène.

Il s’installa tranquillement, se déchaussa pour mieux s’ancrer et se mit à parler de son amour pour la Nature et la forêt.

Combien il était important de recontacter le lien avec la Mère nourricière, afin notamment de retrouver notre âme Humaine mais aussi tout simplement de survivre…

L’esprit de la Terre lui avait parlé et nous mettait en garde. 

 

Puis, ce fut le tour de Satish Kumar, un ancien moine octogénaire infatigable 😉

Il débordait de vie, d’énergie et d’agilité intellectuelle. Son dernier ouvrage s’intitulait « Vers une écologie spirituelle ».

Il invitait chacun à s’engager dans une action, un métier au service du collectif et qui préservait la Terre.

Ses paroles fusaient dans l’air, toutes plus pénétrantes les unes que les autres. Son enthousiasme se communiquant à la foule.

Même le fait d’avoir une traductrice n’enlevait rien au dynamisme et à la profondeur de son propos.

Toute l’assemblée buvait les paroles des intervenants, y adhérait et je nous sentais tous unis autour de ces belles valeurs partagées.

Mon cœur était empli de joie, du fait de voir tout ce que je pensais et ressentais, verbalisé sur scène par d’autres.

 

La pandémie de Coronavirus commençait alors à pointer le bout de son nez en Europe.

Mais nombreux étaient ceux qui ne pouvaient imaginer ce qui se profilait (et ce qui est bien présent à l’heure où j’écris ces lignes).

 

Car ça y est nous y sommes : l’effondrement, le grand huit, la grande purge, le crach, le Corona Krach comme s’en amusent les journalistes.

Tout y passe, crise sanitaire, financière, sociétale…

C’est une glissade sans fin…

Même le cours de la Bourse chute à la manière d’une balle de tennis qui descendrait un escalier et rebondirait, encore, et encore… plac… pluc… ploc…

Avant de s’arrêter tout en bas contre le mur.

 

Mes chers lecteurs, nous vivons la fin d’une époque.

Notre système déjà moribond depuis plus de dix ans est aujourd’hui à terre.

Mais au milieu de ce chaos que je contemple, quelque chose en moi ne peut s’empêcher de se réjouir…

Oui, car dans tout effondrement, il y a une promesse.

La promesse d’une transformation, d’un renouveau.

Nous sommes aujourd’hui brutalement remis face à l’essentiel. Même notre Président l’a dit !

Ouh lala ! Aurait-il eu une épiphanie ?

 

Nous sommes remis face à ce qui aurait dû être notre seule préoccupation depuis toujours et qui aurait dû être mis au centre de notre système sociétal : LA Vie.

Il ne s’agit pas simplement de vie humaine.
Je parle du principe de Vie qui englobe la vie sous toutes ses formes.

Depuis le début de mon activité entrepreneuriale, fatiguée par la « folie » de ce monde, j’ai eu à cœur de remettre la Vie au centre.

A commencer par MA vie. Ma santé. 

Puis la Vie, au travers du sens de mon action pour la société.

J’ai voulu que Tout soit en cohérence, aligné et au service de la Vie.

 

Bien sûr, tout n’est pas parfait, mais je fais de mon mieux chaque jour pour suivre ces 3 principes :
• Respecter la Vie,
• Nourrir la Vie,
• et s’Abandonner à la Vie,

Afin de remettre la Vie au centre dans ce monde, je vous invite à faire de même dans chacune de vos actions.

 

Respecter la Vie

Qu’est-ce que cela veut dire ?

Tout d’abord, posez-vous la question : où sommes-nous ? Sur Terre.

Qu’est-ce qui est apparu sur la Terre ? La Vie.

Qui sommes-nous ? Des êtres humains. Des êtres vivants faisant partie de la Nature.

Et de quoi dépend notre vie ? De la bonne santé de cette Terre et du maintien de la Vie à sa surface.

Nous sommes en train de découvrir brutalement que respecter la Terre et son écosystème est essentiel si nous voulons survivre.

Car c’est d’elle que provient :

  • TOUT ce qui est dans notre assiette
  • et TOUT ce que nous consommons,

 

La Vie a des règles. Elle a un début et une fin. Elle est aussi synonyme de diversité.

L’humain a trop tendance à se croire supérieur ou extérieur à elle.

Il ne peut pas s’en extraire, ni la dompter sous prétexte d’améliorer son profit, sans en payer les conséquences.

Non, nous pouvons seulement y adhérer, y participer tout en respectant les règles du jeu.

Car une goutte d’eau dans une rivière ne va pas dicter ses règles au fleuve…

 

S’il tient à survivre, l’Humain ne peut pas non plus tuer sa mère.

A moins de se comporter comme une tumeur cancéreuse qui finit par tuer son hôte – mais elle aussi y passe, au bout du compte.

On dit bien de ne pas mordre la main qui nous nourrit…

Ou comme me l’a dit un jour un Anglais avec beaucoup de franchise et d’humour (attention aux oreilles sensibles) : « Don’t shit in your own backyard ! »

Traduction : « Ne chiez pas dans votre propre arrière-cour » ;-/

Ou nous finirons emportés avec l’eau du bain… Et par manger notre caca –oups désolée ! (c’est déjà le cas… plastique, pesticides, radioactivité dans l’eau, produits chimiques, etc.)

 

Car oui, la Vie sur Terre se joue dans un gigantesque circuit fermé où tout nous revient en boomerang un jour.

L’eau que nous buvons est tombée du ciel des milliards de fois, a été bue par les dinosaures, des hommes…, qui l’ont éliminée, puis elle a été absorbée et filtrée par le sol, bue puis évaporée par les arbres… again and again. A l’infini.

Aujourd’hui, le circuit fermé infini continue, mais avec des petits cadeaux en plus généreusement distribués par l’Homme ! 🙂

  • Hummm, c’est quoi ce goût ?
  • Tiens les poissons deviennent hermaphrodites ?
  • L’infertilité humaine augmente ?…

 

Respecter la Vie signifie également être en harmonie avec le vivant de tout bord : animaux, insectes, flore, humains.

L’Homme fait partie de la Vie, de la Nature. Il n’a aucune supériorité.

Chaque espèce a droit à un espace pour vivre en harmonie avec les autres. Au lieu de cela, nous assistons à l’atrophie des espaces naturels. La faune souffre et nous nous mettons nous-mêmes en danger en étant de ce fait, au contact de virus dangereux et en détruisant l’écosystème.

 

Respecter la Vie veut dire aussi de mettre de la conscience dans nos actions.

Par exemple, quand on mange de la viande.

Faut-il diaboliser les mangeurs de viande ? Malgré mon amour pour les animaux, je ne le pense pas car tout le monde ne peut pas être végétarien (parlez-en à un médecin ayurvhédique ou chinois…).

Mais respecter la Vie veut dire que si on mange de la viande, il est louable de d’abord :

  • en manger raisonnablement,
  • choisir quelle viande on mange (mode d’élevage et d’abattage),
  • de remercier la Nature pour ses bienfaits,
  • puis d’avoir du respect pour l’animal de qui on prend la vie,
  • remercier en conscience tous les intermédiaires qui ont permis que cette viande arrive dans notre assiette
  • et enfin d’honorer la viande.

Il en va de même pour les vêtements à base de cuir comme nos chaussures. Remercions en conscience l’animal et la Terre d’où ils proviennent.

L’Homme se doit de faire le maximum pour respecter la Vie au cœur de ses actions quotidiennes.

Je vous invite donc à vous poser ces questions :
• Que puis-je faire pour respecter la Vie d’avantage dans mon existence ?
• Par mes décisions, par mes actions, au quotidien : que puis-je faire pour respecter la Vie qui est en moi et la Vie autour de moi d’avantage ?

 

Il peut s’agir de votre santé : en prenez-vous suffisamment soin ? Ecoutez-vous ce que vous dit votre corps souvent malmené ?

Ou vous croyez-vous supérieur dans votre tête au point de penser qu’il va pouvoir continuer tel un robot sans sourciller ou telle une bourrique qu’on cravache, tout droit vers le burn-out ?

Vous pouvez acheter votre viande directement à un éleveur qui fait de l’élevage à petite échelle, écologique, avec des animaux heureux et bien traités.

Ou je vous invite encore à ne pas tirer toute la couverture à vous.

Ainsi, vous pouvez respecter la Vie des autres formes de vie autour de vous en acceptant de partager.

Dans une certaine mesure, faites des offrandes aux animaux, nourrissez les oiseaux, les hérissons… au lieu de vouloir à tout prix punir et tuer celui qui a mangé des fruits et légumes dans votre potager… Une taupe a fait des monticules sur votre pelouse ? Et alors, ça va vous tuer ?

Pour reprendre la déclaration limpide d’un maraîcher biologique vu à la TV : « Dans la Nature, chacun prend sa part, sans nuire à l’ensemble ».

Or les indiens d’Amérique, dégoûtés par le pillage/saccage des ressources de Terre-mère par les Hommes Blancs et leur individualisme, n’ont-ils pas fini par les appeler ceux qui prennent ?

Alors donnez mes amis ! L’Homme n’est pas le seul à avoir le droit de vivre !

 

 

Redonnez à la Vie un peu de ce qu’elle vous donne gratuitement chaque jour. En Amérique du Sud, la première gorgée de chicha n’est-elle pas offerte avec déférence à la Pachamama ?

Mais vous pouvez également commencer par honorer votre nourriture. Ce sera déjà bien !

Loin des bondieuseries du bénédicité, il est intéressant de retrouver le respect du travail de tous ceux qui ont contribué à ce que vous puissiez manger votre nourriture, à commencer par la Nature qui donne sans compter. Et d’honorer la vie de l’animal dont vous mangez peut-être la chair.

Je vous invite donc à retrouver le sens de la gratitude et du respect !

Cela est valable aussi pour le monde professionnel. Chaque manager, chaque collaborateur… Mais aussi chaque entreprise devrait s’interroger à tous les niveaux de ses process de production pour savoir si elle respecte la Vie ? Depuis sa raison d’être jusqu’aux sites d’extraction, de production, de commercialisation…

 

Nourrir la Vie…

… D’abord en soi

Nourrir la Vie de joie, de santé, d’amour, de choses positives…

En ayant des relations sociales de qualité, en prenant soin de sa santé physique et psychique, en s’aimant assez pour se donner du bon et se faire du bien, en refusant ce qui nous détruit.

On nourrit aussi la Vie quand on garde le lien avec la Nature et que l’on vit en harmonie avec elle.

En chamanisme, l’harmonie et l’équilibre en l’Homme mais aussi entre l’Homme et son environnement sont des principes clés.

Malheureusement, la jeune génération est souvent déracinée et a perdu le lien avec la Nature, sa mère.

Combien de Smombies marchent les yeux rivés sur leur téléphone portable au point d’en avoir des accidents ? Combien s’abrutissent sur des jeux vidéo… ?

Beaucoup de travailleurs deviennent malades car enfermés dans un bureau toute la journée ou en usine en 3×8 , travaillent de nuit…

Or, il est prouvé que la Nature joue un rôle essentiel dans la santé psychique et physique, ne l’oublions pas.

Alors cessons de vivre et de travailler en abîmant notre santé, en ne respectant pas le biorythme de l’Homme ou en grandissant hors sol.

 

… Autour de soi

Nourrir la Vie s’incarne aussi dans le fait d’accomplir quelque chose qui a du sens et qui nous comble de joie.

Comme le dit Satish Kumar : le sens de la Vie est de trouver la joie.

Comment ?

Selon lui, notre activité professionnelle doit avant tout préserver la Nature, puis nourrir notre âme, et enfin être au service du monde.

Pour ma part, j’irais plus loin justement en remplaçant le terme de Nature par celui de la Vie.

Alors, nourrissez la VIE dans vos choix, à commencer par vos choix de consommation.

 

Devenez un consom’acteur :
• Qu’est-ce que j’achète ?
• D’où cela vient ?
• Qui je soutiens et quel choix de société est-ce que je cautionne en achetant tel produit ?

Par exemple, saviez-vous que la population des éléphants asiatiques du Laos ne dépasse pas les 1000 individus et qu’ils ne reproduisent plus ? Autrefois, le Laos était appelé le pays au million d’éléphants… En plus d’être isolés à cause de l’invasion et du morcelage de leur milieu de vie par l’Homme, les éléphants sont épuisés. Ils servent de bête de somme à l’industrie du bois exotique comme le Teck, qu’ils sont forcés d’aller chercher sur des terrains toujours plus dangereux. Ils n’arrivent plus à se reproduire…

Je vous pose la question : cela vaut-il le coup d’acheter des couverts ou des meubles en teck, au prix de cette destruction et de cette souffrance ? Sans parler des milliers de kilomètres parcourus pour arriver jusqu’à nous ? N’y a-t-il pas assez de bois dans notre pays ?

Pour nourrir la Vie autour de vous, vous pouvez aussi contribuer à des associations qui soutiennent des causes importantes à vos yeux.

Et par pitié, pensez aux animaux ! Ils sont trop souvent oubliés au profit d’actions exclusives pour les humains…

 

Alors pour nourrir la Vie autour de vous, je vous invite à vous poser ces questions :
• Que puis-je faire pour trouver la joie dans ma vie et ainsi nourrir la Vie ?
• Est-ce que je nourris la Vie en moi par mon travail et mon mode de vie ? Ou bien mon travail me rend-il malade et détruit-il la Vie autour de moi ?
• Et est-ce que je nourris la Vie autour de moi par mes actions, par mon travail ?
• Est-ce que la Vie pourrait se passer de mon travail ? Si mon travail disparaissait, quelles en seraient les conséquences ?
• La Vie est-elle au cœur de mon action ? En quoi suis-je au service de la Vie ?

Ces questions sont intéressantes à se poser, que vous soyez simple citoyen, mais aussi entrepreneur ou gérant de société, dirigeant aux commandes de l’Etat.

Car si notre société veut s’en sortir, elle doit remettre la VIE au centre et donc remettre le Sens du travail humain et le Sens de la vie au premier plan.

 

Managers, entrepreneurs, dirigeants, salariés… Tous doivent remettre la Vie au centre.

Car à quoi rime de continuer à voir l’être humain comme un simple outil de production dans un système libéral dont la seule finalité n’est que de maximiser le profit ??

Le travail n’est pas une finalité, il n’est qu’un moyen. Mais pour produire quoi ? Posez-vous la question !

Si vous réfléchissez et que vous remontez à la source de toute action humaine : seul ce qui est en lien avec la Vie est important.

Tout ce qui est vraiment utile à ce monde, les métiers essentiels, sont ceux qui nous permettent de continuer à vivre, ceux qui nourrissent la Vie finalement.

 

 

Cette société moderne a perdu depuis longtemps le lien à la Vie.

Elle a sacrifié l’intérêt suprême sur l’autel productiviste et libéral au point de mettre en péril sa propre survie !

A commencer par la gestion des hôpitaux et de la filière de santé. Quelle belle débâcle durant la crise du Covid-19 !

Comment peut-on décider de gérer des établissements de santé selon des critères de rentabilité et en flux tendu, que l’on applique dans des magasins ?

Comment peut-on soigner des malades en leur donnant de la nourriture « morte », sur-cuite et avec pesticides inside, au nom des fameuses normes d’hygiène ? Cette même nourriture qui finit souvent à la poubelle car elle n’a pas de goût… Tout le monde connaît la réputation de la nourriture d’hôpital !

Que dire de toute la chaîne de production des biens industriels ?  De l’obsolescence programmée ?

Et comment, quand on est sain d’esprit, peut-on concevoir un produit avec des composants qui ont été produits en polluant, qui pour la plupart abîment notre santé et ne sont pas recyclables au final ?

Nucléaire, plastique, mélaminé, couche-culottes, pesticides, sable bitumeux, pillage du sable des plages pour faire du béton, des aliments qui font des milliers de km au nom du sacro saint « moins cher »…

Les gens croient-ils que leurs déchets se vaporisent une fois à la déchetterie alors qu’au final la plupart sont enterrés ?

La folie s’est emparée de l’Etre humain « civilisé ».

Depuis quand Homo detritus nourrit-il la Vie ?

 

S’abandonner à la Vie

Combien d’entre nous ne vivent que dans la peur, parfois inconsciemment ?

Peur de perdre son travail, Peur de manquer d’argent, Peur de mourir, Peur de vivre… ?

Tous vos choix sont-ils dictés par un « Non », « Et si ? », « Oh mon Dieu !»

Quand vous observez cela en vous, vous vous rendez compte qu’il n’y a que deux attitudes possibles et qui sont à la source de toute décision : l’amour ou la peur.

Et s’il était temps de se rappeler que le principe de la Vie, c’est le changement et l’évolution ?

Et s’il était temps d’arrêter de souffrir en résistant de toutes ses forces à un saut inévitable au bout du compte ?

Et s’il ne suffisait que d’accueillir le changement pour embrasser la vie enfin ?

 

 

Chaque période de crise (comme celle du confinement) nous met toujours face à nos dilemmes, nos questionnements, nos luttes intérieures que nous avons repoussées jusque-là, ne sachant trop qu’en faire…

Et l’issue de ces moments critiques, se trouve toujours une transformation, un repositionnement, des choix nouveaux.

Alors, quels changements votre âme appelle-t-elle de ses vœux ?

 

Je vous invite à vous poser ces questions :
• Qu’est-ce qui m’empêche de m’abandonner à la Vie ?
• Qu’est-ce que je ne veux plus, que je veux lâcher pour m’abandonner à la Vie ?
• De quelles peurs ou quelles croyances dois-je me libérer pour suivre le courant de la Vie, l’appel de mon âme et de mon cœur, apporter ma pierre à l’édifice ?

 

En un sens, réjouissez-vous du changement qui s’annonce, de l’effondrement de ce système à bout de souffle et inhumain.

Comme Rémi, cet ancien informaticien qui a quitté son emploi et s’est mis au vert dans le Cantal.

Il est collapsologue. Cela signifie qu’il est convaincu de l’effondrement imminent de notre civilisation. Au micro de France 2, il déclare :

« On va passer une période qui ne sera certainement pas drôle, mais c’est passionnant de se dire qu’on va peut-être participer à la reconstruction d’une nouvelle civilisation… Notre société nous a déconnectés de la Terre. Et là, on est en train de se rendre compte qu’on a atteint les limites, donc on va devoir se reconnecter à la Terre… Ça c’est forcément quelque chose d’intéressant et on va reconstruire… Donc c’est quand même passionnant ! »

Alors sautez dans la piscine mes amis !

 

Engagez-vous dans quelque chose qui a du sens, qui nourrit la Vie et vous comble de Joie.

Repensez vos actions, votre activité professionnelle, vos choix.

Interrogez-vous sur ces trois axes :

Respecter la Vie – Nourrir la Vie – S’abandonner à la Vie

 

Ne vous inquiétez pas, l’existence humaine n’est qu’un jeu cosmique. Vous pouvez expérimenter.

Non, vous n’allez pas mourir si vous tentez quelque chose de nouveau, si vous changez et allez vers l’inconnu. Un inconnu riche de renouveau.

Comme le dit Patricia Darré : « N’ayez pas peur de la vie » !

Il vous appartient de poser des actions pour devenir celui que vous voulez être au service du monde. Et cela peut déjà être dans l’engagement associatif ou dans un nouveau métier, voire les deux.

Vous pouvez changer car cela est dans l’ordre des choses… La Vie le veut !

 

Nous sommes à l’aube d’un changement majeur de société.

Nous avons tout un modèle sociétal à repenser et à rebâtir, en mettant la Vie au centre.

Jacques Attali l’appelle « l’industrie de la vie », au service de la seule et meilleure société possible : une société altruiste et empathique, qui placerait la Vie, la culture, la santé, l’environnement… avant le profit.

Nous sommes à un carrefour : soit nous prenons la tangente pour s’engager dans un nouveau modèle de développement, soit nous retournons à nos errements consuméristes à tout va… Soit nous revoyons notre échelle de valeurs, soit nous continuons à danser sur le pont du Titanic.

Quoique l’Homme décide, le monde ne sera assurément plus le même après la crise du Covid-19.

Pourtant, nombreux sont ceux qui ne mesurent pas encore la portée de cet événement. Ceux qui font encore des vidéos potaches sur FB et s’amusent tels des enfants découvrant l’école buissonnière, risquent fort de se réveiller avec la gueule de bois.

Oui, l’arrêt brutal de l’économie aura des conséquences graves…

Mais peut-être provoquera-t-il aussi un sursaut plus que nécessaire ?

Conjugué au confinement obligatoire, il va être immanquablement pour beaucoup, l’occasion d’une remise en question profonde de leur vie et priorités.

Il va être aussi le théâtre de prises de conscience salutaires. Et de cette introspection forcée pourra naître un désir de transformation viscéral.

Il appartiendra alors à chacun de privilégier l’essentiel, de monter dans le train à son niveau et de lui faire éviter le mur, au lieu d’attendre un miracle face à l’inévitable.

J’entends souvent dire : « Il faut sauver la planète ! »

Hélas ou plutôt heureusement : non !

La planète en a vu des vertes et des pas mûres. Elle nous survivra TOUS, même avec une petite indigestion nucléaire et chimique.

C’est surtout la Vie à sa surface que nous devons sauver, nous inclus !

Chaque crise est une merveilleuse occasion de croissance et donc de transformation.

Suivez la Vie en vous. Suivez son appel. 

Il est temps.

Car nourrir la Vie et la suivre débouche forcément sur de la Joie.

Remettre la Vie au centre

Remettre la Vie au centre

Alors que notre société traverse la plus grande crise qu’elle n’ait jamais connue, quelle attitude adopter ? Alors que l’Homme a tant détruit, ne serait-il pas temps de remettre la Vie au centre ? Comment y parvenir ? Voici 3 principes à suivre.

lire plus
Comment gérer ses émotions négatives ?

Comment gérer ses émotions négatives ?

Les émotions négatives dérangent beaucoup. Pourtant n’ont-elles pas une utilité ? Et la voie de la paix intérieure et de l’éveil ne serait-elle pas de les écouter, de les libérer puis de les rééquilibrer ? Suivez le guide…

lire plus
Comment guérir sa relation à l’argent impacte aussi l’amour

Comment guérir sa relation à l’argent impacte aussi l’amour

Le lien entre argent et amour est difficile à faire. Oui, les scandales financiers et le capitalisme ne donnent ni une image positive de l’argent, ni n’évoquent l’amour. Pourtant, en libérant leur relation à l’argent, les participants de mon atelier transforment aussi leur relation à l’amour…

lire plus

Mary Mann : Catalyseur de transformation

 

Thérapie  Et  Reconversion professionnelle en quête de sens "Orientation & Sens de Vie®"

Pour vivre et concevoir le travail, autrement !

Et être bien dans sa tête et dans son travail

Je vis en Bretagne mais je travaille partout (grâce à internet) !

Lieu-dit Le Léty  -  FR-56250 TREDION

Tel : +33.(0)6 02 31 82 85

mm[@]marymann.fr 

  • Thérapie brève (psychopraticienne) : Libération émotionnelle, régression et libération vies antérieures, libération mémoires transgénérationnelles (épigénétique), développement personnel et évolution de conscience
  • Orientation & Sens de Vie® : Bilan de compétences avec dimension spirituelle, pour reconversion professionnelle en quête de sens et alignée spirituellement
  • Atelier relation à l'argent (libération de votre histoire et de vos croyances limitantes pour aller vers la fluidité financière et un entrepreneuriat prospère)
  • Mudrâ thérapie : 1ère professeur et mudrâthérapeute en France, certifiée Sabrina Mesko, d'après l'enseignement de Yogi Bhajan - Art énergétique millénaire de bien-être et de développement personnel
  • Soin chamanique - chamanisme
TRÉDION - TREFFLEAN - ELVEN - VANNES - MORBIHAN - BRETAGNE - FRANCE
  PAR SKYPE & ZOOM

Pourquoi trouver sa mission de vie ne permet pas de trouver sa voie

Pourquoi trouver sa mission de vie ne permet pas de trouver sa voie

Mary Mann

Mission de vie, mission de vie ! Vous entendez parler de ce concept à tout bout de champ pour trouver ce que vous faites sur Terre… Mais de quoi s’agit-il vraiment ? Et puis d’abord, quel intérêt de se pencher sur ça quand on veut se reconvertir ? Serait-ce une donnée un peu fumeuse pour réorienter sa vie professionnelle ? Est-ce réellement suffisant ? Et l’âme dans tout ça ? Découvrez en vidéo ce qu’il en est et tout l’intérêt de connaître surtout sa mission d’âme, quand on aspire à trouver sa voie et sa vocation afin de retrouver du sens dans la vie.

Transcription

« Bonjour, Bonjour ! C’est Mary Mann.

Aujourd’hui, je vais vous parler de la mission de vie, de la mission d’âme.

Pour vous expliquer ce que c’est, de mon point de vue. La différence importante qu’il y a entre les deux.

Et surtout quel est l’intérêt de connaître ça ? De s’intéresser à ça quand on a un besoin de reconversion professionnelle ?

Quand on a besoin de quête de sens et de trouver sa place dans le monde.

C’est une question qu’on me pose souvent : « Quelle est la différence entre la mission de vie et la mission d’âme ? », puisque c’est vrai que c’est un peu galvaudé…

Beaucoup de gens, de coachs utilisent « mission de vie, mission de vie » mais…

Pour moi, c’est trop réducteur, et il y a besoin de comprendre les choses plus en finesse !

 

-Présentation Mary Mann-

 

La mission de vie

Bien, je vais vous parler de la mission de vie en premier.

La principale différence entre la mission de vie et d’âme, c’est que la mission de vie – telle que je la conçois dans mon approche – a une forte connotation individuelle. Ça ne veut pas dire individualiste !

Individuelle : (en gros, je résume vraiment de manière schématique) c’est ce qu’il vous faut à VOUS, dans VOTRE chemin de vie personnel et d’évolution. Le but qu’il vous faut accomplir, quelque chose où vous devez progresser.

Donc c’est véritablement un but plus individuel.

Mais ce n’est pas forcément individualiste !

Je prends un exemple au hasard. J’ai vu ça chez une cliente : elle n’avait pas fondé de foyer, de famille, et il se trouvait justement que cela faisait partie de sa mission de vie. De certainement passer à une sphère familiale, avoir des enfants. C’est quelque chose dont elle avait envie en plus, mais c’était justement une difficulté dans sa vie personnelle.

Donc il se trouve que cela faisait partie de sa mission de vie, en tant qu’individu, pour son chemin d’évolution personnelle, de passer probablement à cette étape-là.

D’où le fait que ce n’est pas forcément individualiste puisque quand vous avez des enfants, vous allez vous occuper d’autres êtres vivants. Vous allez faire des choses pour les autres.

Voilà.

La mission de vie, je la détermine par l’astrologie ésotérique principalement. Pour voir au niveau du thème natal avec quoi vous partez, quels sont vos acquis karmiques, vos challenges individuels, vos prédispositions, votre personnalité de fond… Des indications aussi déjà du domaine professionnel.

Après, en discutant avec moi, lors de mon coaching Orientation & Sens de Vie®, il y a bien sûr tout ce que vous voulez accomplir… C’est bien d’en prendre conscience tôt.

Vous savez, le plus grand enseignant dans la vie, c’est la mort.

Alors je suis désolée de plomber l’ambiance…

Mais la mort, c’est vraiment le MAÎTRE spirituel par excellence.

J’ai rencontré quelqu’un récemment dans un stage, qui m’a dit ça : « Mais comment on fait pour « se botter le cul », pour sortir de ce « rien », de ce blocage ? ».  Il était visiblement bloqué dans une problématique d’évolution dans son métier, dans sa vie…

Et il ne pouvait pas en sortir. Il était complètement paralysé face à un changement important.

Et bon, je lui ai parlé de diverses choses, mais c’est vrai que je réponds souvent aussi : « Allez faire un tour au cimetière ».

Ça peut paraître bête. Mais je vous assure que… Allez voir au cimetière.Tant que vous n’avez pas compris intrinsèquement que…

Vous êtes des Êtres qui allez mourir

 

Vous êtes en train de mourir chaque jour ! C’est vraiment pas « Youpi la vie ! » ce que je vous dis. Mais c’est hyper fort !

Si vous prenez conscience de ça en vous : que tous les jours, c’est un jour de plus, un jour de moins.

Comme me l’avait raconté un ancien collègue quand j’étais salariée…

C’était un Espagnol. Il était allé en vacances en été et il avait croisé un vieillard sur un pas de porte…

Et à chaque fois, ils se saluaient « Ah ! Comment ça va ? »

Et à chaque fois, le vieil homme lui disait : « Un día mas, un día menos ».

 

Un jour de plus, un jour de moins

Eh bien, c’est ça.

Comprenez que le temps s’égrène et qu’à un moment donné, vous allez arriver à la fin…

Et il ne faut pas croire que cette fin va venir à 80-90 ans ! Et puis vous ne savez même pas dans quel état vous serez à 90 ans…

Mais il faut savoir que ça peut venir n’importe quand !

Comme je dis souvent : des jeunes qui se croyaient immortels, y’en a plein le cimetière.

Donc comprenez que la vie est très fragile et qu’on est des créatures éphémères à l’échelle du temps, la vie passe tellement vite, la jeunesse encore plus !

Donc si on tient à se réaliser et à accomplir quelque chose qui a réellement de la valeur à nos yeux, il faut y aller. Pour qu’à la fin, on n’ait pas de regrets. Je marche beaucoup avec ça aussi.

Qu’est-ce que vous vous direz à la fin ?

Donc la mission de vie, elle est vraiment importante pour vous, au niveau de ce que vous cherchez à accomplir à titre individuel.

La mission d’âme

Ce que je viens de vous dire est valable aussi : se confronter à la mort et tout ça… Ça donne de la perspective.

Vous savez, quand on met tout en perspective, c’est comme un tableau.

Un tableau qui est plat, qui est en une dimension, y’a aucun intérêt. Par contre, dès qu’on met des arrière-plans, des fondus…

A un moment donné, vous voyez des choses avec une autre vision.

Donc la mission d’âme, c’est la raison pour laquelle vous êtes incarné. Et pour moi, elle a une dimension collective.

La mission d’âme, c’est vraiment la sphère « large » de votre incarnation. C’est pourquoi vous vous êtes incarné, pour œuvrer à quelle cause ?

Et quel impact ça va avoir sur le monde, au service de quoi vous allez agir.

Voilà, la mission d’âme, c’est ça.

Et ça vous portera toute votre vie.

Vous avez la mission d’âme, la mission de vie qui est en dessous pour moi, puis ensuite la transcription de ça en métier, en activités professionnelles.

Vous pouvez avoir différentes activités professionnelles. Mais il faut qu’elles résonnent avec cette mission d’âme qui est en haut, qui chapeaute le tout.

C’est comme un gâteau. Vous avez la génoise, le nappage…

Eh bien, la mission d’âme, c’est le nappage, la plus belle couche, celle qui donne vraiment la touche finale au gâteau. Et ensuite vous descendez, vous avez d’autres strates et le cœur du gâteau…

Mais c’est le nappage qui va donner une harmonie et une cohérence à l’ensemble, en fait.

Et la mission d’âme, je la détermine… Déjà par intuition. En discutant aussi, vous touchez du doigt quelque chose avec moi.

Je travaille beaucoup avec les états de conscience modifiés, je vous amène dans votre propre cheminement intérieur, une introspection durant quatre mois (Orientation & Sens de Vie®).

Vous touchez le cœur de vous-même.

Je vous amène là-dedans et vous touchez des trucs hyper subtils, hyper fins… Qui font que ça fait « Paf »!

Y’a quelque chose qui se passe, vous saisissez quelque chose de beau, qui est vraiment brillant.

C’est comme une étincelle d’étoile.

 

Ça vous parle ? Et vous aimeriez commencer à comprendre qui vous êtes et trouver votre raison d’être ?

Ça tombe bien, j’ai créé pour vous un super programme en ligne à un prix canon pour les personnes en quête de sens.

Spécialement conçu pour vous recentrer, commencer à contacter qui vous êtes et votre raison d’être. Il s’agit d’un premier palier de mon accompagnement Orientation & Sens de Vie®.

Vous y retrouverez un ensemble d’outils de réflexion en toute autonomie.

Il vous aidera, en 8 semaines, à retrouver du sens dans votre vie. Et si vous le souhaitez, vous pourrez bifurquer vers le bilan complet Orientation & Sens de Vie® par la suite.

Le nom de lumière et les familles d’âme

Et puis parfois, ça m’arrive d’avoir le nom de lumière.

C’est encore une autre donnée.

Je n’en parle pas car justement je ne l’ai pas forcément. Je ne l’atteins pas toujours.

Mais souvent je l’ai.

Le nom de lumière, c’est votre nom d’âme.

Il peut donner une indication de la famille d’âme à laquelle vous appartenez.

Il y a plusieurs familles d’âmes. Elles ont un rôle, des tendances de fond.

Et quand on a le nom de lumière, vous avez déjà une indication forte de votre tendance.

Après, ça se sent aussi, hein…

Une famille d’âmes que je connais très bien (car j’en fait partie) ce sont les gardiens.

Donc les gardiens ont des traits généraux de personnalité, d’intérêts, de domaines qui leurs tiennent à cœur. Un profil particulier au niveau des gardiens.

Mais il y a d’autres familles. Je ne vais pas en parler là.

En tous cas, c’est une donnée très intéressante. D’avoir ce nom de lumière – quand il vient – et d’en avoir une idée.

Car ça vient compléter (pour reprendre mon image du gâteau), c’est comme une petite cerise sur le nappage.

Voilà ce que je voulais vous dire sur la mission de vie, la mission d’âme.

Bien, je pense avoir répondu à la question.

Je vous souhaite une belle journée et je vous dis à bientôt.

L’expression « mission de vie » est beaucoup galvaudée et sa signification souvent déformée. Appréhender notre part spirituelle apporte un bien meilleur éclairage pour se repositionner professionnellement et trouver sa voie. Ensuite, couplée à la mission de vie, elle permet une compréhension bien plus large et complète, de soi. Nous pourrons alors Etre en totale cohérence et exprimer notre nature profonde, trouver notre vocation au service du monde.

Remettre la Vie au centre

Remettre la Vie au centre

Alors que notre société traverse la plus grande crise qu’elle n’ait jamais connue, quelle attitude adopter ? Alors que l’Homme a tant détruit, ne serait-il pas temps de remettre la Vie au centre ? Comment y parvenir ? Voici 3 principes à suivre.

lire plus
Ennui au travail, une histoire de famille ?

Ennui au travail, une histoire de famille ?

S’ennuyer au travail. Un comble quand on sait que cette activité nous occupe une bonne partie de notre vie, non ? Quand certains se trompent de voie ou se laissent porter et font preuve d’opportunisme, d’autres se plient à la pression familiale…

lire plus

Mary Mann : Catalyseur de transformation

 

Thérapie  Et  Reconversion professionnelle en quête de sens "Orientation & Sens de Vie®"

Pour vivre et concevoir le travail, autrement !

Et être bien dans sa tête et dans son travail

Je vis en Bretagne mais je travaille partout (grâce à internet) !

Lieu-dit Le Léty  -  FR-56250 TREDION

Tel : +33.(0)6 02 31 82 85

mm[@]marymann.fr 

  • Thérapie brève (psychopraticienne) : Libération émotionnelle, régression et libération vies antérieures, libération mémoires transgénérationnelles (épigénétique), développement personnel et évolution de conscience
  • Orientation & Sens de Vie® : Bilan de compétences avec dimension spirituelle, pour reconversion professionnelle en quête de sens et alignée spirituellement
  • Atelier relation à l'argent (libération de votre histoire et de vos croyances limitantes pour aller vers la fluidité financière et un entrepreneuriat prospère)
  • Mudrâ thérapie : 1ère professeur et mudrâthérapeute en France, certifiée Sabrina Mesko, d'après l'enseignement de Yogi Bhajan - Art énergétique millénaire de bien-être et de développement personnel
  • Soin chamanique - chamanisme
TRÉDION - TREFFLEAN - ELVEN - VANNES - MORBIHAN - BRETAGNE - FRANCE
  PAR SKYPE & ZOOM

Le délicieux basculement

Le délicieux basculement

Mary Mann

ou Le jour J du réalignement

Il est souvent difficile de sauter dans l’inconnu. C’est vrai. Or quand on arrive finalement à le faire, on se demande « My God, mais pourquoi ne l’ai-je pas fait plus tôt ?! » Le temps que l’on peut perdre à avoir peur de vivre est sidérant… Nous perdons déjà 1/3 de notre vie à dormir alors n’en rajoutons pas ! 😉 Le plus important est de ressentir cet appel de nos tripes et de l’écouter. Laissez-moi vous conter mon jour de « basculement délicieux » sur le plan professionnel.

Allez je prends mes clics et mes clacs et je me barre !

Je me souviens de ce délicieux basculement… Le jour J.

De ce jour où j’ai dit STOP à une vie professionnelle qui ne me convenait pas. De ce jour où j’ai posé un acte fort pour moi. Pour me dire « oui ». Enfin !
Ce jour où j’ai eu l’envie très forte de savoir ce que j’avais dans les tripes pour cesser de n’être qu’une pâle copie de moi-même. De sortir du bois.

Quand ce jour arrive il est à la fois terrifiant mais excitant. On le sent venir parfois pendant des mois voire des années… On le sent nous frôler, jouer au séducteur que l’on veut attirer puis qu’on repousse au dernier instant, pris d’une panique fiévreuse, n’osant trop répondre à notre pulsion première. « Mais non, je me trompe, personne ne fait ça, c’est dangereux, on ne m’a pas appris, que vont dire les autres ? C’est pas normal ça ! etc ».

Mais il revient à la charge et petit à petit on comprend que nous le voulons au fond de nous. VRAIMENT.

Oui, nous voulons aller vers cet inconnu qui nous inquiète autant qu’il éveille notre curiosité et excitation.

Une évidence apparaît. Mais nous n’osions pas nous l’avouer.

Cela faisait trop peur. Bien souvent la liberté fait peur. Mais nous avons également peur de nous tromper, peur du regard des autres, du jugement, de faire une « folie », de mourir oO ???… Notre mental, affublé de son scénariste catastrophe préféré, s’emballe…

Quand le doute s’efface…

C’est par là !

Mais à l’instant où on prend la décision de répondre à cet appel, on ne doute plus.

Déclic. Rubik’s cube. Les choses se mettent en place.

Bien sûr, on doute en surface, des tourbillons sont là, écumant la mer de nos émotions. C’est dans la nature humaine et ce ne sont que des émotions…

Nous sommes tout à la fois inquiets et grisés. Mais tout au fond de nous, l’océan est immobile, constant, dense et solide. Imperturbable.

Il sait notre Vérité. Nous sommes en connexion directe avec notre noyau dur, notre âme.

Et la magie opère, une sorte d’éruption se produit, une ouverture d’énergie puissante, un flot intarissable qui nous propulse vers un lendemain stimulant. Et nous savons que quels que soient les obstacles nous les franchirons, quels que soient les difficultés nous les accepterons…

Car à l’instant même du délicieux basculement nous avons fait ce choix de nous réaligner quoiqu’il en coûte, car nous avons décidé de nous aimer avant tout, pour le meilleur et pour le pire. Même escarpé et parfois destabilisant, ce chemin est pour la joie.

Nous disons « oui » à l’aventure de la vie, qui se réinvente sans cesse pour être toujours à sa meilleure version, qui s’adapte et change pour mieux fonctionner, rayonner et offrir le meilleur au monde.

Oh oui, je me souviens avec tendresse de ce jour où j’ai décidé que cette chienlit professionnelle suffisait et que j’ai décidé de faire un pas. Je ne parle pas d’écrire tout le chemin à l’avance, c’est impossible, mais de faire le premier pas tout en décidant d’une direction, d’un objectif et de laisser la vie répondre à mes choix initiaux.

Que c’est bon !

Que c’est bon d’oser dire « non » à ce qu’on ne veut plus et de dire « oui » à ce qui est bon pour nous. Que c’est bon de se sentir reprendre le pouvoir sur notre vie, d’être maître à bord. Que c’est bon de dire « oui » à la vie et d’accueillir des cadeaux de synchronicités…

Quand je repense à ce jour, je souris et je suis fière de moi.

Ecouter ce qui souffre en soi

Prendre le large et se renouveler

Un jour, j’ai décidé d’écouter ce qui souffrait à l’intérieur de moi. J’ai décidé de me former à la méthode PEAT sans trop savoir où cela allait me mener mais je sentais cet appel, cette urgence d’apprendre quelque chose pour nourrir mon âme, quelque chose d’utile et d’intéressant pour moi. Mon premier pas duquel tout a découlé…

6 mois plus tard, après un travail et un temps d’introspection intenses, je prenais mon téléphone et je demandais un rdv à mon supérieur. Le jour de l’entrevue, je lui ai annoncé que je souhaitais partir en rupture conventionnelle. Un rdv fixé rapidement, une signature et j’étais libre !

Accordé.

Soulagement. Liberté. Sourire.

« Oui » à la vie. « Oui » à moi !

 

Les semaines qui ont suivi ont été pure folie dans le bon sens du terme. Un enchaînement de formations, de stages qui ont débloqué des choses fortes en moi, des réponses à des questions, des synchronicités de folie

Résultat de recherche d'images pour "avalanche livres"C’était comme si une bibliothèque s’effondrait sur moi, telle une avalanche de connaissances et de cadeaux alors qu’au départ, je ne voulais saisir qu’UN livre, juste UN ! Ce-lui-qui-é-tait tout-en-haut-de-l’é-ta-gère… AAAAAAAaaaaaaaahhhhhhh !

J’ai même dû demander à l’univers de se calmer car cela allait trop vite (normal héhéhé, il voulait rattraper le temps perdu…). Il a levé le pied mais il m’a quand même amené les mudrâs un an plus tard afin de me faire devenir la 1ère professeur de mudrâs et mudrâ-thérapeute certifiée en France.

Aujourd’hui, quand je regarde en arrière et que je revois la femme apeurée que j’étais il y a à peine quelques années, cette femme qui a franchi tant d’obstacles, qui a construit tant de choses, qui a appris tant de connaissances, qui a connu tant de victoires sur elle-même… Cela n’a pas toujours été simple. Mais je ne regrette rien.

Oh non ! Et l’avenir me réjouit car la forme de mon activité professionnelle si atypique, évolue, s’affine, s’enrichit pour mon grand plaisir, comme un diamant brut que l’on taillerait jusqu’à en révéler le plus bel éclat et que sa forme corresponde au plus juste à ce que je suis.

« Rien ne se perd, rien ne se crée tout se transforme »- Lavoisier

J’apprends de nouveaux outils thérapeutiques, j’ai enrichi Orientation & Sens de Vie® avec un abord encore plus spirituel grâce à l’astrologie ésotérique afin de préciser la mission d’âme et de vie et j’y ai inclus aussi un travail avec les vies antérieures pour un éclairage karmique.

J’ai également créé ma e-boutique pour offrir des programmes en ligne performants afin d’aider un maximum de salariés et entrepreneurs à être bien dans leur tête et dans leur travail. Il s’agit de cursus donnant accès à de multiples connaissances et outils de bien-être et de développement personnel…

Les choses se transforment et se mettent en place avec le temps.

Mon activité professionnelle change en fonction de ma propre évolution mais toujours autour du même axe. 

Et c’est cool ! Tout change et se recrée à chaque instant, c’est ainsi que l’univers fonctionne.

Buddha a dit :

« La seule chose qui est permanente, c’est l’impermanence »- Buddha

,Rien de plus vrai. Il faut juste l’accepter et surfer sur la vague de l’appel de la vie en enfermant nos peurs au placard le temps de nous jeter à l’eau.

Après, on apprend à nager ! Et que c’est vivifiant cette eau fraîche !

Vous aussi, vous pouvez décider à chaque instant de ce délicieux basculement, de mettre en route une transformation par un tout petit pas, un choix, un acte, que ce soit au niveau personnel ou professionnel.

Vous pouvez décider de faire un bilan Orientation & Sens de Vie® afin de mieux comprendre qui vous êtes et ce que vous faites sur Terre, si la quête de sens vous obsède.

Ou bien, si vous sentez que vous n’êtes pas dans votre pouvoir personnel, vous pouvez choisir de débuter un travail sur vous-même afin de vous libérer de vos peurs et mal-êtres car ils vous retiennent en arrière et vous empêchent d’être qui vous voulez ou d’aller vers ce que vous voulez.

Vous pouvez décider de vous faire accompagner pour mieux vivre pleinement votre vie.

 

 

La liberté d’agir pour ne plus subir vous appartient

 

Growing wings Leap of faith de Lara Fabian (Les ailes qui poussent – Saut de la foi)

As-tu déjà fait face à l’océan
Sans avoir la moindre idée
De comment nager, mais tu as quand même sauté ?

As-tu déjà embrassé un amour
En sachant que son cœur était brisé
Mais tu l’as tout de même étreint ?

Saut de la foi
Les ailes se déploient
Alors que tu tombes
Avant que tu ne heurtes le sol…

As-tu déjà erré dans le désert
Alors que les sables changeaient sans cesse
Tout en étant guidé par les vents ?

As-tu déjà parlé une langue
Que tu n’as jamais entendue auparavant
Mais qui t’es familière et que tu comprends malgré tout ?

Saut de la foi
Les ailes se déploient
Alors que tu tombes
Avant que tu ne heurtes le sol…

Remettre la Vie au centre

Remettre la Vie au centre

Alors que notre société traverse la plus grande crise qu’elle n’ait jamais connue, quelle attitude adopter ? Alors que l’Homme a tant détruit, ne serait-il pas temps de remettre la Vie au centre ? Comment y parvenir ? Voici 3 principes à suivre.

lire plus
Ennui au travail, une histoire de famille ?

Ennui au travail, une histoire de famille ?

S’ennuyer au travail. Un comble quand on sait que cette activité nous occupe une bonne partie de notre vie, non ? Quand certains se trompent de voie ou se laissent porter et font preuve d’opportunisme, d’autres se plient à la pression familiale…

lire plus

Mary Mann : Catalyseur de transformation

 

Thérapie  Et  Reconversion professionnelle en quête de sens "Orientation & Sens de Vie®"

Pour vivre et concevoir le travail, autrement !

Et être bien dans sa tête et dans son travail

Je vis en Bretagne mais je travaille partout (grâce à internet) !

Lieu-dit Le Léty  -  FR-56250 TREDION

Tel : +33.(0)6 02 31 82 85

mm[@]marymann.fr 

  • Thérapie brève (psychopraticienne) : Libération émotionnelle, régression et libération vies antérieures, libération mémoires transgénérationnelles (épigénétique), développement personnel et évolution de conscience
  • Orientation & Sens de Vie® : Bilan de compétences avec dimension spirituelle, pour reconversion professionnelle en quête de sens et alignée spirituellement
  • Atelier relation à l'argent (libération de votre histoire et de vos croyances limitantes pour aller vers la fluidité financière et un entrepreneuriat prospère)
  • Mudrâ thérapie : 1ère professeur et mudrâthérapeute en France, certifiée Sabrina Mesko, d'après l'enseignement de Yogi Bhajan - Art énergétique millénaire de bien-être et de développement personnel
  • Soin chamanique - chamanisme
TRÉDION - TREFFLEAN - ELVEN - VANNES - MORBIHAN - BRETAGNE - FRANCE
  PAR SKYPE & ZOOM

Comment attirer l’argent, la prospérité et réussir ?

Comment attirer l’argent, la prospérité et réussir ?

Mary Mann

Transformer sa relation à l’argent

Marre de ramer ? Vous manquez d’argent, il semble vous fuir !? Votre business ne décolle pas ? Vous voulez plus d’argent mais vous sentez que vous avez un problème avec l’argent ? L’argent est la source de tous les maux, c’est ce que pensent beaucoup de gens ! Notre époque, qui est sujette à de nombreux scandales financiers, n’arrange rien et renforce le lien douloureux que nous avons avec lui. Comment un petit morceau de papier ou de métal, conçu au départ pour faciliter les échanges, a-t-il pu se charger de tant de croyances négatives et nous faire souffrir à ce point ? Pour le comprendre, il faut plonger dans l’histoire, celle de notre société mais aussi la nôtre puis s’en libérer, pour ensuite devenir une personne prolifique qui s’autorise à réussir.

A la base, l’argent n’a été créé que pour remplacer le troc et faciliter les échanges commerciaux, mais à travers les siècles, les êtres humains lui ont associé des attributs qu’il n’a pas, donnant systématiquement à celui qui possède beaucoup d’argent l’image de l’Avare de Molière.

Comme l’indique Nicolas Guégen, chercheur en psychologie sociale à l’Université Bretagne Sud : « il faudrait sans doute de longues pages pour démêler l’origine de ces liens, mais il est vrai que l’argent peut beaucoup. Avec lui, nous pouvons subvenir à nos besoins alimentaires, à notre santé, à notre confort matériel, avoir un toit, une assiette pleine, des moyens de transport et du pouvoir sur nos semblables. En un mot, nous pouvons survivre sans les autres, ce qui était impossible en des temps plus anciens, quand manger et se protéger du froid nécessitait la présence et l’aide des autres. Dans la société technologique contemporaine, l’argent nous fait croire que nous pouvons nous passer des autres. »

Ainsi donc, d’une substance inerte, il est devenu pour beaucoup l’origine des maux du monde et l’objet de tous les vices.

Libérer son héritage familial

Dans cette triste vision des choses, il ne faut pas négliger l’influence des événement vécus par nos ancêtres. Quand on regarde la biologie des croyances, nous portons les mémoires traumatiques des générations avant nous. Et il suffit de voir tous les événements qui ont jalonné les 100 dernières années pour entrevoir le nombre des traumatismes légués !

Nos aïeux ont traversé des guerres mondiales, la crise de 1929, des périodes de disette et de misère… Ainsi, bien des croyances et des comportements conscients ou inconscients sont hérités de nos aïeux : 

  • nous avons peur du manque,
  • ne savons pas recevoir ou donner, 
  • ne pensons pas mériter… 

Je vous laisse lire l’article Notre corps se souvient pour creuser le sujet passionnant de l’héritage familial transgénérationnel

Mais en parallèle de ces croyances intra familiales, il faut considérer la société et ses projections…

Rappelez-vous de tous les proverbes entendus au sujet de l’argent que ce soit dans votre jeunesse, dans votre vie professionnelle…

Et si vous faisiez la paix avec l’argent ?

Libérer ses croyances

L’argent ne pousse pas sur les arbres…

L’argent ne tombe pas du ciel…

Il faut travailler dur pour gagner de l’argent…

L’argent ne fait pas le bonheur…

L’argent est sale…

etc.

Cela vous parle ?

A cela il convient d’ajouter tout le conditionnement des femmes à propos de l’argent. Alors que dans l’antiquité, beaucoup de peuples avaient un fonctionnement matriarcal, et que les femmes géraient le bétail, possédaient les terres…

Aujourd’hui, on véhicule souvent l’idée que c’est la femme qui fait chauffer la carte bleue tandis que dans la réalité des familles, ce sont souvent elles qui gèrent le budget… Il s’agit certainement d’un vieil héritage de cette période où la femme avait la gestion de tout ce qui touchait au foyer.

La possibilité pour une femme d’avoir le droit de travailler sans l’accord de son mari mais aussi d’ouvrir un compte en banque date de…1965 ! Avant 1967, les femmes ne pouvaient même pas entrer dans la bourse de Paris et y spéculer.

Voilà quelques points noirs dans l’histoire des femmes avec l’argent (il y en a d’autres !).

Du point de vue sociétal à présent, on associe souvent le fait d’avoir beaucoup d’argent à la malhonnêteté, à l’égoïsme et à la cupidité.

Des études psychologiques expérimentales internationales (Université de Sun Yat-Sen en Chine, Université du Minnesota et de Harvard aux USA, Université de Bretagne-Sud en France) ont d’ailleurs démontré que l’argent agirait comme un « anti-lien social »:

Les personnes en contact direct ou visuel avec de l’argent seraient moins promptes à aider leur prochain et à demander de l’aide, seraient plus solitaires et méfiantes, auraient un comportement moins éthique et elles valideraient plus facilement les thèses du libéralisme économique et social.

Pire, le fait de manipuler des billets usagés favoriserait aussi la malhonnêteté et l’immoralité (argent sale…) tandis que des chercheurs Canadiens ont mis au jour que des billets neufs faisaient éprouver plus de fierté à son possesseur.

Tant de choses déformées inculquées et ancrées dans les consciences !

Les scandales financiers modernes n’arrangent rien et finissent de dresser une image exagérément négative de l’argent. Or l’erreur est de confondre l’outil et la main qui l’utilise !

Si on veut avoir de l’argent, il faut l’aimer !
Non comme une fin en soit mais comme un outil
qui va soutenir notre vie !

 

Il est donc primordial de libérer tous nos conditionnements (grâce à un travail sérieux sur ce thème) afin de repartir sur de bonnes bases dans sa vie matérielle.

Ainsi, on peut devenir une personne prolifique et attirer l’argent à soi, provoquer les synchronicités, retirer les fruits de nos efforts et voir que l’argent circule mieux dans notre vie !

Devenir un entrepreneur prospère et prolifique

Une fois que l’on a enlevé tout ce qui ne nous appartenait pas, il convient d’adopter le comportement d’une personne prolifique.

Etre prolifique, c’est :

– être créatif, imaginatif, trouver des solutions pour amener l’argent à soi
– c’est développer un état d’esprit qui ne raisonne plus en terme de manque mais de gain et d’investissement
– c’est se donner les moyens d’engranger de l’argent, d’être fertile en idées
– c’est être généreux et vivre d’avantage dans un sentiment d’abondance

Développer cet état d’esprit est capital pour tout entrepreneur. On doit savoir rebondir, créer une offre, la vendre sans culpabilité… Mais ce travail d’intégration de traits de caractère se fait une fois qu’on a dit Adieu à tout notre héritage négatif du passé…

Au fait, vous ai-je raconté comment j’ai dit Adieu à la petite fille aux allumettes ?

La petite fille aux allumettes, vous connaissez ?

Vous savez, quand j’ai fait le travail sur ma relation à l’argent avec la méthode PEAT, je l’ai fait à reculons…

D’abord, j’ai fait clairement savoir à ma formatrice PEAT que j’étais la première à ne pas y croire.

Peut-être était-ce de l’auto-sabotage inconscient ?

Peut-être savais-je intuitivement que j’allais devoir me confronter à des choses difficiles ?

Mais au fond de moi, je n’y croyais tout simplement pas…

Je ne pensais pas qu’il était possible que des situations vécues au sujet de l’argent aient inscrit des croyances indélébiles en moi

Et qu’elles puissent influencer chaque jour ma vie comme un programme de fond…

Je ne pensais pas que des événements vécus par mes ancêtres aient pu encore avoir une influence sur moi.

Et puis surtout… 

J’étais convaincue que si je manquais d’argent, c’était la faute des autres, de cette crise économique !

Comment le fait d’appuyer sur des points des méridiens, visualiser des trucs etc. pouvait y changer quoique ce soit ? Comment cela pouvait-il débloquer ma mauvaise situation financière dans une telle conjoncture ?Pfff…. Ben oui !

Mais c’était sans compter sur ma curiosité…

C’était du temps où j’avais fini, depuis un moment déjà, ma formation sur cette technique et que j’avais vu tout un module sur la thématique de l’argent. Je l’avais laissé dans un coin pour le jour où j’aurais la motivation de le faire, sans grande conviction…

Mais une fois lancée comme entrepreneur, j’ai bien du me rendre à l’évidence… Si je regardais honnêtement tout au fond de moi… Quelque chose coinçait : j’avais peur de m’affirmer, de gagner de l’argent  en EN PLUS avec une activité où je prenais du plaisir :-/

 

J’avais même peur que mon téléphone sonne, c’est pour dire…

Un jour d’août, tout a basculé

Je me suis dit qu’il fallait que je mette toutes les chances de mon côté pour réussir dans mon job. Je voulais éliminer un maximum d’auto-sabotage pour ne rien regretter.

Alors, je me suis dit : « Mince, quand même… J’ai ce travail sur l’argent dont je n’ai rien fait, qui dort dans un coin. Il faut que j’en aie le cœur net ! »

Prenant mon courage à deux mains, je me suis donc plongée dans mes souvenirs, mes croyances et j’ai tout couché sur le papier… Et puis…toujours un peu à reculons, j’ai commencé à bosser sur moi pour tout éliminer petit à petit.

Et un jour… Elle est apparue ! Au détour d’un exercice sur ma grand-mère…

Bim bam boum !!!

Derrière le masque occultant mes yeux, sur l’écran noir, la petite fille aux allumettes est apparue tout à coup. Elle était misérable, le visage émacié et triste, vêtue de haillons… Cette pauvre petite fille faisant la manche dans la rue, sous la neige, que personne ne secoure…

Symbole, archétype, souvenir psycho généalogique, peu importe… En une fraction de seconde, mon corps a été secoué de pleurs sans que je puisse rien contrôler !

Quelques minutes plus tard, une fois la vague émotionnelle passée, je me suis dit : voilà, ce doit être bon ?

Mais le lendemain, alors que je poursuivais le travail, elle est réapparue !

De nouveau, pleurs, effondrement intérieur… J’avais l’impression d’être aussi misérable et malheureuse que Cosette !

Alors j’ai compris…

Soudain, tout a fait sens… Tout est revenu…
L’attitude chez mes parents « un sou est un sou », la peur du manque dans ma famille, la radinerie même pour un paquet de gâteaux…

Les mots de ma grand-mère avec son accent picard et que j’avais entendus à chacune de nos visites : « je ne suis qu’une pov’ malheureuse », « Je n’ai été qu’une pov’ malheureuse toute ma vie »

Je me suis dit : Ok j’ai compris, CA SUFFIT, il faut que je libère cette petite fille aux allumettes !

Adieu petite fille aux allumettes !

Adieu pov’ malheureuse !

Endors-toi en paix !

Adieu Petite fille aux allumettes !

 

J’ai pris l’image de cette pauvre malheureuse et je l’ai libérée avec la méthode PEAT. Et c’était fini. Elle était partie.
Dans la minute qui a suivi (croyez-moi ou pas) : je suis allée voir sur Internet le récit exacte de cette histoire dont je n’avais plus qu’un souvenir vague…

J’ai vu une image et démarré un fichier audio : la conteuse prenait une petite voix misérable à la Calimero…

Alors SANS RIEN CONTRÔLER NON PLUS : J’AI ÉCLATÉ DE RIRE !

Je ne pouvais plus m’arrêter de rire !
UN FOU RIRE JE VOUS DIS !
J’en pleurais ! 🤣

 

ET plus la conteuse usait de son ton triste et misérable pour apitoyer et plus je riais ! Aaaaah… Qu’est-ce que ça faisait du bien !

Depuis ce jour, la petite fille aux allumettes n’est plus jamais réapparue.

Ensuite, j’ai terminé le reste du travail sur l’argent et du moment où c’était fait :

  1. mon activité a commencé à démarrer,
  2. je n’avais plus peur de décrocher mon téléphone,
  3. ou de me mettre en avant en tant qu’entrepreneuse,
  4. et de réfléchir comme telle.

Les bénéfices de ce travail se sont encore fait sentir durant 1 an voire plus, provoquant des changements d’attitude en tant qu’entrepreneuse, avec l’argent, dans mes tarifs, dans ma gestion…

Ne vous méprenez pas : ce travail sur l’argent a permis de récolter les fruits de tous mes efforts réalisés par ailleurs et sur lesquels vous ne pouvez pas faire l’impasse de nos jours si vous voulez mener un business sérieusement : communication, référencement, identité de marque, création de produits, signature émotionnelle, archétype de communication, etc.

Je n’ai pas juste fait ce travail de libération sur l’argent et attendu que cela se passe, que l’argent tombe du ciel !

Non.

Il y a eu quelques beaux cadeaux inattendus, mais ce travail m’a surtout aidée à éliminer ce qui ne m’appartenait pas, qui était hérité et qui pouvait agir « surnaturellement » pour m’empêcher de prospérer et qui me sapait auparavant comme une lame de fond…

Grand bien m’en a fait !

Je suis certaine que je n’aurais pas pu réaliser tout ce que j’ai fait jusqu’à présent si je n’avais pas changé ma façon de voir, d’agir et de gérer mon argent.

Et aujourd’hui, ma situation financière est nettement meilleure.

C’est la vérité. Voilà ce que j’ai vécu.

Ne manquez donc pas ce travail enrichissant sur tous les plans : « l’Atelier relation à l’argent » et que je propose en VIP, à distance et toute l’année !

En prenant conscience de tous les schémas psychologiques liés à l’argent, vous avez compris qu’ils pesaient lourds sur votre capacité à réussir. En vous libérant de toutes vos croyances familiales et sociétales sur l’argent, vous retrouvez le pouvoir d’agir pour vous autoriser à réussir et à connaitre la prospérité financière. De belles synchronicités au service de votre succès se présenteront. Votre dynamique d’action pour aller chercher l’argent sera également impactée positivement. Certes, cette libération demande de la volonté car il faut traverser des souvenirs parfois désagréables et votre histoire. Mais le résultat en vaut la peine ! Vous allez voir : transformer votre attitude face à l’argent, la pacifier, va changer votre vie !

Comment guérir sa relation à l’argent impacte aussi l’amour

Comment guérir sa relation à l’argent impacte aussi l’amour

Le lien entre argent et amour est difficile à faire. Oui, les scandales financiers et le capitalisme ne donnent ni une image positive de l’argent, ni n’évoquent l’amour. Pourtant, en libérant leur relation à l’argent, les participants de mon atelier transforment aussi leur relation à l’amour…

lire plus

Mary Mann : Catalyseur de transformation

 

Thérapie  Et  Reconversion professionnelle en quête de sens "Orientation & Sens de Vie®"

Pour vivre et concevoir le travail, autrement !

Et être bien dans sa tête et dans son travail

Je vis en Bretagne mais je travaille partout (grâce à internet) !

Lieu-dit Le Léty  -  FR-56250 TREDION

Tel : +33.(0)6 02 31 82 85

mm[@]marymann.fr 

  • Thérapie brève (psychopraticienne) : Libération émotionnelle, régression et libération vies antérieures, libération mémoires transgénérationnelles (épigénétique), développement personnel et évolution de conscience
  • Orientation & Sens de Vie® : Bilan de compétences avec dimension spirituelle, pour reconversion professionnelle en quête de sens et alignée spirituellement
  • Atelier relation à l'argent (libération de votre histoire et de vos croyances limitantes pour aller vers la fluidité financière et un entrepreneuriat prospère)
  • Mudrâ thérapie : 1ère professeur et mudrâthérapeute en France, certifiée Sabrina Mesko, d'après l'enseignement de Yogi Bhajan - Art énergétique millénaire de bien-être et de développement personnel
  • Soin chamanique - chamanisme
TRÉDION - TREFFLEAN - ELVEN - VANNES - MORBIHAN - BRETAGNE - FRANCE
  PAR SKYPE & ZOOM

Comment retrouver son pouvoir personnel ?

Comment retrouver son pouvoir personnel ?

Mary Mann

Et devenir fort et libre

Il est parfois difficile d’avancer dans la vie : les épreuves que nous traversons, l’influence de notre vécu et les traumatismes subis nous privent petit à petit de nos forces. Notre pouvoir personnel s’affaiblit. Nous baissons alors les bras et l’audace déserte notre chemin, nous poussant à mener une vie décevante dans laquelle nous ne nous reconnaissons pas. Il est pourtant possible de relever la tête et retrouver son pouvoir personnel afin de transformer sa vie. Mais comment ? Et qu’entend-on exactement par pouvoir personnel ? Voici mes clés.

Notre pouvoir personnel reflète notre puissance de vie et d’action. Il est directement relié à la notion de complétude, d’unité. Cela fait appel à des notions chamaniques : à notre naissance, nous sommes « complets » et notre potentiel est fort. C’est un peu comme si notre âme était un miroir auquel il ne manque aucun morceau.

Or, au fil des épreuves, ce miroir prend des coups et perd des fragments, affectant directement notre force et notre étincelle de vie. A cela s’ajoutent les croyances limitantes inculquées par notre famille, sur notre valeur personnelle et nos capacités…

Tout ceci façonne des peurs et une fausse vision de nous-même et du monde… Notre pouvoir personnel diminue.

Et petit à petit, nous devenons l’ombre de nous-mêmes, traversant la vie tels des fantômes tristes, ne sachant plus qui nous sommes et ne pouvant plus agir pour le mieux.

Ainsi, pour retrouver notre unité, et retrouver notre force et notre identité, il faut d’abord :

  • soigner nos blessures émotionnelles et traumatismes,
  • changer nos croyances limitantes,
  • vaincre nos peurs 

Nous recontacterons alors notre pouvoir personnel et pourrons rayonner. Nous serons plus forts, heureux, alignés et pourrons nous construire une vie qui est cohérente avec nous-mêmes.

 

1-Guérir ses blessures de l’âme

Vous avez peut-être entendu parler des 5 blessures de l’âme développées par Lise Bourbeau ? (le rejet, l’abandon, l’humiliation, la trahison et l’injustice). Nous avons tous plusieurs de ces blessures (2 ou 3), mais selon notre vécu et notre personnalité, elles ont laissé des bleus à notre âme plus ou moins importants. Cela conditionne notre image de nous-même et notre relation aux autres.

Quand j’accompagne en thérapie des clients blessés par la vie, je vois clairement un AVANT et un APRES.

Pour les plus abîmés par la vie, au début, ils arrivent tels des enveloppes vides. Ils sont profondément tristes et quand certains cachent leur état sous un masque jovial et sociable, d’autres ressemblent à des lanternes soufflées par la brise. Il manque l’étincelle.

Parfois, l’Ego a pris toute la place et le mental turbine à plein régime pour empêcher toute connexion à l’enfant intérieur meurtri. Ils ne savent plus qui ils sont véritablement et n’ont plus vraiment de plaisir dans la vie.

Ils ont beaucoup de mal à être en présence d’eux-mêmes dans le silence, à être seuls.

Car entendre l’âme qui tenterait de s’exprimer alors est une souffrance. Ils mettent toujours un bruit de fond, TV, radio ou cherchent compulsivement la compagnie… Voire ils comptent en permanence tout un tas de trucs inutiles (les marches, nombre de pas) juste pour occuper leur cerveau et détourner leur attention de l’enfant intérieur en souffrance !

D’autres clients cherchent frénétiquement à remplir leur vide intérieur par un flot d’activités ou de possessions.

Mais dans tous les cas, souvent ils ne sont pas capables de dire « je m’aime ». Cela les fait souvent fondre en larmes.

Comment vivre ainsi quand on sait qu’il est important de s’aimer pour avancer et être heureux dans la vie ? Pour se déployer dans la vie ?

Il est essentiel de réparer les blessures vécues, puis de recoller les morceaux qui sont partis à cause des épreuves et des dénigrements familiaux parfois dès la petite enfance.

Quand l’individu est prêt, les morceaux du miroir brisé peuvent revenir parfois spontanément à lui.

Mais le plus souvent, la force d’un intervenant extérieur est nécessaire. C’est là qu’un soin chamanique est pertinent. A cette occasion, le chaman, aidé de ses fidèles esprits alliés, va chercher les bouts d’âme égarés et meurtris. Il arrive que ces fragments d’âme soient dans des dimensions parallèles… Ils peuvent être perdus, apeurés, à bout de force. La beauté du travail du chaman consiste à les trouver, les nettoyer, réinsuffler la vie en eux si nécessaire et à les ramener enfin à leur propriétaire.

En guise d’exemples, il m’est déjà arrivé de retrouver soudain une petite fille pure dansant dans la neige et de ré-insuffler cet être pur à sa propriétaire… Ou encore d’aller chercher un bout d’âme enchaîné dans un monde ténébreux plein d’éclairs puis de le délivrer, de le nettoyer et de le ramener.

Outre l’individu, sa lignée aussi peut avoir besoin d’une guérison.

J’ai déjà eu à nettoyer des mémoires transgénérationnelles d’abandon, nettoyer des empreintes de magie noire, libérer l’âme d’une esclave afin qu’elle puisse enfin monter dans la lumière… Tout est possible ! L’histoire de chacun est si riche et différente !

Sachez que les mémoires transgénérationnelles peuvent aussi être abordées différemment grâce à un travail de libération épigénétique où le client est acteur du process.

 

2-Changer ses croyances limitantes

Photo by Jeanne Menj

Nos croyances limitantes viennent souvent de très loin. On peut aussi les appeler croyances fondamentales car elles sont si fortes qu’elles influencent directement nos pensées et nos émotions, façonnant ainsi notre vision du monde et de nous-même. C’est notre vécu qui les détermine.

Prenez par exemple ceux qui ont une piètre estime d’eux-mêmes. Ils aurons beau changer de coiffure, de garde-robe, perdre 5 kilos, acheter une plus grosse voiture ou une Rolex, quand leur propre estime ne tient qu’à des éléments extérieurs, le bien-être retiré ne durera pas et il leur en faudra toujours plus ! Pire encore, si un jour tout s’effondre, que restera-t-il de cette « valeur » ?

Il en va de même dans d’autre domaines : comment mener à bien des projets audacieux, une reconversion professionnelle, se lancer dans l’entrepreneuriat, quand durant toute son enfance on s’est entendu dire « tu es nul, tu ne feras jamais rien de bien dans la vie, etc. » ?

Imaginez que vous ayez souffert de la blessure de l’âme d’abandon, et que vous pensiez inconsciemment « On me laisse toujours tomber ». Comment voulez-vous vivre votre vie amoureuse de manière sereine alors que vous attendrez de votre partenaire qu’il comble le trou béant laissé par cette blessure d’abandon dans votre cœur, jusqu’au jour où, votre partenaire épuisé s’en ira ?

Par cet acte, il viendra donc confirmer votre croyance auto-réalisatrice d’abandon. Et si vous ne vous libérez pas de ce schéma, il y a fort à parier que vous ferez de même avec votre prochain partenaire !

Comment être heureux alors et construire une vie satisfaisante et harmonieuse quand on n’est pas soi-même structuré et équilibré, libre de ses conditionnements destructeurs ?

Autre exemple, vous êtes-vous déjà relooké(e) de la tête aux pieds, avec la ferme intention de laisser le passé derrière vous ? De changer de peau ? Vous vous sentez bien pendant un temps et puis… vos vieux démons reviennent au galop.

La petite voix d’auto sabotage (le Juge) qui vous a pourri la vie revient telle un petit démon « t’es trop gros(se), t’es moche etc. ». C’est comme dans l’ancienne pub de la vache qui rit : « Trop ceci, trop cela, trop typé, trop gros ! Non mais ça va pas la tête ?!… ». Et ça ne va toujours pas !

 

Un nouveau look pour une nouvelle vie, vraiment ?

C’était le titre prometteur d’une émission bien connue ! Si cette promesse peut se révéler vraie pour des personnes qui ont juste un souci pour marier les couleurs ou pour qui s’habiller est juste ne pas être tout nu, il n’en va pas de même pour les personnes en surpoids ou qui se sont senties dévalorisées toute leur vie.

Bien souvent, un relooking seul ne sera pas suffisant pour aller vers une nouvelle vie !

Imaginez que vous ayez subi des brimades toute votre enfance et que dans votre glace, malgré votre Relooking, vous ayez inconsciemment ces remarques négatives à l’esprit ! Comme elles ont façonné l’image que vous avez de vous-même, ce n’est pas le reflet du miroir que vous verrez mais bien une image déformée : c’est comme les anorexiques qui se voient toujours trop gros.

Comme le disent beaucoup de relooker : « le Relooking peut faire émerger des blessures de l’âme et être l’occasion d’un travail sur soi salutaire ». En effet, il est important de lustrer les deux faces d’une même pièce pour qu’elle brille !

Sinon c’est comme mettre du lino sur un parquet vermoulu ! Ça fait meilleure impression, mais fondamentalement rien n’a changé et le sol est toujours aussi abîmé et fragile en-dessous !

 

3- Vaincre ses peurs

La peur est une émotion très puissante. Sentez combien votre corps se rétracte quand vous ressentez la peur. Rien n’est possible ou alors dans la souffrance. Le plus important est de comprendre qu’il est normal d’avoir peur dans une certaine mesure, or ce qui ne l’est pas, c’est qu’elle dirige votre vie !

Il y a la peur d’une situation nouvelle, légère, le trac du débutant.

Et il y a l’autre peur, celle qui est chronique. Celle qui paralyse et rend malade, celle qui nous fait renoncer à nos rêves. Le ventre noué, les mains moites, les nausées…

La peur des autres, de mal faire, d’être rejeté, de ne pas être aimé, d’être abandonné…

Ces peurs font souvent échos à nos blessures de l’âme et à nos croyances.

 

Quand la peur atteint son paroxysme, on peut voir des phobies tentaculaires terrasser littéralement une personne ! C’est la panique du patient qui doit passer une IRM mais qui s’enfuit à toutes jambes à cause de sa claustrophobie. C’est la phobie scolaire qui se développe à cause de la maltraitance et du harcèlement qu’un enfant peut subir à l’école. Ou encore la phobie suite à un accident, un traumatisme violent.

Au final, on touche souvent à la peur de mourir ou de ne pas être aimé, de ne pas exister et de ne pas pouvoir être libre et soi-même.

Soit vous avez peur d’affirmer qui vous êtes et d’être rejeté, d’enfreindre certaines règles et fidélités familiales, certaines normes sociales. Soit l’avenir qui s’annonce vous tétanise et vous vous sentez dépassé par son lot d’événements inconnus et le fait de ne pas tout contrôler…

Soit vous ne savez plus qui vous êtes car la vie a fait que vous vous êtes complètement éloigné de vous-même. Dans ce cas, vous avez peur de vous rencontrer au cœur de vous-même, vous savez ? Là où vous avez cette sensation de vide immense dans la poitrine, dans votre ventre…

Ce vide que vous cherchez à remplir compulsivement par des achats, des activités toujours plus intenses pour vous sentir vivant artificiellement, ou encore du bruit, de l’effervescence, un tourbillon de stimulis toujours extérieurs…

Si vous vous reconnaissez, je suis désolée de vous dire qu’il est temps d’affronter vos démons pour vous reconnecter à vous-même et par là même trouver la paix intérieure.

Car quand on n’est plus au centre… on se perd de vue, on ne sait plus s’écouter et c’est le mental, nos croyances, la volonté des autres et la peur qui guident nos actes au final.

 

4- Ce que vous changerez à l’intérieur se verra à l’extérieur

 

Quel que soit le contexte, quand on aspire à revivre, à un renouveau dans notre vie, il faut toujours que le changement vienne de l’intérieur pour qu’il soit durable à l’extérieur.

Car nos croyances déterminent la façon dont nous vivons les événements qui se présentent ainsi que ce que nous en ferons par la suite. Si vous libérez vos émotions liées à votre vécu, libérez vos traumatismes et que vous changez vos croyances, alors votre vie changera.

 

 

En s’affranchissant de toutes ces chaines et carcans, on peut enfin se réaliser dans la vie !

C’est en se libérant de ses blessures, de ses peurs et de ses croyances qu’on retrouve sa liberté ainsi que son pouvoir personnel, une véritable renaissance et qu’on est pleinement heureux !

Car notre pouvoir personnel c’est notre puissance sur les choses, notre capacité à décider pour nous, de ce qui est bon pour nous, de ce que nous voulons.

Il conditionne notre énergie vitale, notre capacité à poursuivre nos rêves et à satisfaire nos besoins !

Quant à notre liberté intérieure fièrement gagnée, elle se verra à l’extérieur dans tous nos actes.

Quand nous sommes UN, nous sommes nous-mêmes et ne faisons qu’un avec la vie

On se sent vivant et pleinement heureux !

Et nous pouvons enfin danser avec la vie !

Ainsi, votre pouvoir personnel est lié à votre vécu. Et si la vie de chacun est jalonnée de difficultés et d’épreuves, certains sont néanmoins plus touchés que d’autres. Mais il est toujours possible de transcender les schémas destructeurs et les traumatismes, s’il y a au fond de soi une volonté farouche de s’en sortir. C’est d’ailleurs la première condition pour aller mieux : regarder objectivement les choses et arrêter de se mentir. Cela n’est pas facile bien sûr, et demande du courage, de la détermination et de se faire aider. Car il faudra d’abord traverser nos tourments et se confronter à nos ombres intérieures afin de les libérer pour enfin revenir vers la lumière et la liberté d’être Soi. Mais quelle belle renaissance s’offre alors !

 

Remettre la Vie au centre

Remettre la Vie au centre

Alors que notre société traverse la plus grande crise qu’elle n’ait jamais connue, quelle attitude adopter ? Alors que l’Homme a tant détruit, ne serait-il pas temps de remettre la Vie au centre ? Comment y parvenir ? Voici 3 principes à suivre.

lire plus
Comment gérer ses émotions négatives ?

Comment gérer ses émotions négatives ?

Les émotions négatives dérangent beaucoup. Pourtant n’ont-elles pas une utilité ? Et la voie de la paix intérieure et de l’éveil ne serait-elle pas de les écouter, de les libérer puis de les rééquilibrer ? Suivez le guide…

lire plus
Comment guérir sa relation à l’argent impacte aussi l’amour

Comment guérir sa relation à l’argent impacte aussi l’amour

Le lien entre argent et amour est difficile à faire. Oui, les scandales financiers et le capitalisme ne donnent ni une image positive de l’argent, ni n’évoquent l’amour. Pourtant, en libérant leur relation à l’argent, les participants de mon atelier transforment aussi leur relation à l’amour…

lire plus

Mary Mann : Catalyseur de transformation

 

Thérapie  Et  Reconversion professionnelle en quête de sens "Orientation & Sens de Vie®"

Pour vivre et concevoir le travail, autrement !

Et être bien dans sa tête et dans son travail

Je vis en Bretagne mais je travaille partout (grâce à internet) !

Lieu-dit Le Léty  -  FR-56250 TREDION

Tel : +33.(0)6 02 31 82 85

mm[@]marymann.fr 

  • Thérapie brève (psychopraticienne) : Libération émotionnelle, régression et libération vies antérieures, libération mémoires transgénérationnelles (épigénétique), développement personnel et évolution de conscience
  • Orientation & Sens de Vie® : Bilan de compétences avec dimension spirituelle, pour reconversion professionnelle en quête de sens et alignée spirituellement
  • Atelier relation à l'argent (libération de votre histoire et de vos croyances limitantes pour aller vers la fluidité financière et un entrepreneuriat prospère)
  • Mudrâ thérapie : 1ère professeur et mudrâthérapeute en France, certifiée Sabrina Mesko, d'après l'enseignement de Yogi Bhajan - Art énergétique millénaire de bien-être et de développement personnel
  • Soin chamanique - chamanisme
TRÉDION - TREFFLEAN - ELVEN - VANNES - MORBIHAN - BRETAGNE - FRANCE
  PAR SKYPE & ZOOM

Réinitialiser le mot de passe
Veuillez entrer votre email. Vous allez recevoir votre nouveau mot de passe par email.